10 octobre 2009

Un maire pétochard !

Les anecdotes pullulent sur la paranoïa de l’élu, paniqué à l’idée d’être conspué par ses administrés. Dernière en date, lors des journées du patrimoine, avant d’apparaître en public le p’tit Robert se faisait téléphoner par sa garde rapprochée (Mme Hubert pourra confirmer) pour être rassuré qu’aucun vésigondin récalcitrant ne se pointait à l’horizon. Sinon, courage fuyons….

Son refus de donner audience aux parents des enfants du collège* est perçu comme la lâche fuite d’un maire incapable d’assumer une quelconque responsabilité sans la reporter sur un bouc émissaire.

Il aura fallu la menace d’un sit-in de plusieurs centaines de parents devant l’hôtel de ville le 15 octobre, jour du conseil municipal, pour que Robert le pétochard propose aux représentants de la FCPE et de la PEEP de les recevoir le 14 au soir.

Claustré dans son bunker, flanqué de 3 porte flingues dont le frère de Caïn et son bbq préféré, après avoir précisé que la réquisition du gymnase Matalou était actée par le préfet, le p’tit Robert tentera de désamorcer la grenade qu’il a dégoupillée.

De bide en bide, de flop en flop, la baudruche de la mairie n'en finit pas de faire pschitt !


* Confirmé par le tract commun (ci dessus) que les associations de parents d’élève faisaient signer ce matin sur la place de l'église. voir photo




5 commentaires:

  1. Qui nous débarrassera de ce boulet ?

    RépondreSupprimer
  2. Elles sont mignonnes les mamans d'élèves. Il est vraiment naze le Robert de ne pas vouloir rencontrer d'aussi jolies femmes !
    Décidément, il n'a aucun goût !

    RépondreSupprimer
  3. La Médiathèque serait construite, il aurait été possible de retarder l'inauguration de quatre mois, d'avoir le stationnement nécessaire en sous sol et en plus n'aurait pas gêné le bon fonctionnement des activités des scolaires et des associations.
    Sacré robert, sacré claude!

    RépondreSupprimer
  4. Ni la massue, ni la surdité, ni le mutisme, ni le déni,ni la fuite, ni la garde rapprochée, ni le recours à l'Etat, non, aucune des armes de sa panoplie ordinaire n'aura évité à l'homme de Carnot la rencontre avec ce peuple qui l'a fait roitelet.
    Quel sera le message le 14 au soir?
    Vous le saurez -peut-être- en lisant, sur ce blog, le prochain épisode de notre grande saga vésigondine-à-nous : "Mais où est-ce qu'il va nous chercher tout ça?"

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai que c'est domage de réquisitionner le gymnase MATOUTOU.... par un panier de crabes...

    RépondreSupprimer