20 janvier 2012

B 2 C = Zorro ?

Fini Varèse, le virtuose de la phrase creuse, l’as du lieu commun, le roi de l'indécision, forcé par ses contradictions à l'inaction. L'homme du passif, sauf à ce que des malversations soient décelées, ne sera pas comptable de l'inventaire que M. B 2 C se doit de dresser.

Comment engager le redressement, réduire le budget de fonctionnement sans avoir la connaissance des bombes à retardement léguées ou planquées ? La plus évidente, celle du litige Chaslin, mais quid des coûts liées à l’aménagement des terrains de l’hôpital pour ne prendre qu’un exemple ?

B 2 C tenu de faire établir cet inventaire avec ceux là même qui étaient associés aux affaires devra, sans même endosser un costume de justicier, ouvrir des placards dont les grognards varésiens détiennent encore les clés.

Un DGS sur le départ, un directeur de cabinet exécuté sans ménagement, un ex premier adjoint et intéri-maire posté tel un sniper : c'est un environnement hostile qui attend les limiers de B2C chargés d’instruire les dossiers et d’apprécier l’ampleur du désastre.

Ce n’est pas dans le rôle de Zorro que B 2 C est attendu par des vésigondins ni revanchards, ni frondeurs, mais dans celui d’un auditeur faisant fi du détail et indifférent aux vaches sacrées, concentré sur l’essentiel : comment réduire les frais de fonctionnement sans remettre en cause les investissements (CIAV, MJC, Ateliers techniques ... etc ..) comme publiquement annoncé ?

C’est, semble-t-il, mission impossible, ou alors M. B 2 C se prendrait-il déjà pour Zorro ?



23 commentaires:

  1. Rorro avait du panache !comme Zorro !
    et pas comme Zéro l'auteur de ce blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement qu'il est là, l'auteur de ce blog!

      Sinon bien des informations seraient ignorées du " pékin moyen" qui ne vit pas dans les hautes sphères de la varésie et compagnie....

      Supprimer
  2. Si l'on comprend bien, il s'agit d'auditer les conséquences de décisions votées en toute méconnaissance de cause et à l'insu de leur plein gré?

    RépondreSupprimer
  3. Après Château Carnot, Costa Carnot ?

    RépondreSupprimer
  4. L'équation m'a l'air bien posée.
    Il faudra un habile mathématicien pour la résoudre ...

    RépondreSupprimer
  5. Les Vigilants Vésigondins rappellent dans leur dernier article cette promesse d'Isabelle MOREL lors de la campagne de 2008 :
    "Si je suis élue, je m'engage à abandonner mes activités actuelles pour me consacrer exclusivement à mon mandat de maire du Vésinet"
    Aujourd'hui 2nde adjointe en charge du personnel, Isabelle MOREL a vite oublié ses promesses. Elle, qui a déjà trahi Foy, ses colistiers de 2008, Didier Jonemann, Eric Charlet, va continuer avec ses nouveaux équipiers.
    Son discours a déjà changé en 8 jours. La semaine dernière, elle promettait de quitter son poste à la mairie de Montesson à l'été. Aujourd'hui, elle annonce une retraite pour novembre 2012.
    Pauvre Vésinet, pourquoi attires tu tant de crabes dans ton panier ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans vouloir défendre à tout prix Mme Morel, il faut rappeler que l'exercice d'un mandat de maire-adjoint ne nécessite pas un temps plein et que Mme Morel en temps qu'agent d'une collectivité territoriale a droit à l'équivalent d'une journée par semaine payée par la ville de Montesson pour exercer son mandat au Vésinet.
      Plus les soirées et samedi, cela suffit amplement.

      Supprimer
    2. Nous n'avons aucun doute sur la capacité de Mme Morel à trouver du temps pour Le Vésinet. Elle consacrait 80% de son temps à gérer la campagne des cantonales de JF Bel. C'est donc bien la preuve qu'elle n'est pas surchargée par son poste à la mairie de Montesson.
      Ce qui pose question c'est la confiance qu'on peut lui accorder (elle a beaucoup trahi...) et aussi son impartialité lorsque d'inévitables conflits intercommunaux apparaîtront (défendra-t-elle vraiment Le Vésinet ou servira-t-elle servilement BEL)

      Supprimer
  6. Ou en est maintenant l'opposition?
    On compte Michel, Desvaux, Ayme,
    Chatard,
    Charlet,
    Joneman,
    soit 6 au lieu de 8.
    On attend un communiqué de leur part avec impatience.
    Merci à eux d'avoir participés activement à l'élection de Mr. B2C et ce, dans une volonté apparente de continuité.

    RépondreSupprimer
  7. @ Phenix

    Pendant les 100 jours de grâce accordés au nouveau maire, pourquoi ne pas s'occuper du cas Chaslin ?

    C'est quand même un comble et un sacré déni de démocratie qu'un type qui a remporté un concours d'attribution d'un marché public, alors qu'il n'avait pas respecté les règles (en particulier l'enveloppe budgétaire fixée dans la définition dudit marché), et dont le projet était rejeté par la majorité de la population de la commune puisse continuer ainsi à emm... les citoyens de la commune pour une question de propriété intellectuelle dont il n'aurait jamais pu se prévaloir si les règles du marché public avaient été respectées dès le départ (à savoir qu'il n'aurait jamais dû être déclaré lauréat).

    Il y a bien quelque chose à faire, non ? (et de quoi animer le blog pendant 100 jours ...)

    RépondreSupprimer
  8. En attendant, à quoi sert de rabâcher ce qui aurait du se passer, alors qu'aujourd'hui il est impossible de faire marche arrière. Tournons nous vers l'avenir de la place du marché en y apportant des idées et enfin d'agir.
    La durée du mandat de B2C ne permettra aucune avancée concrète étant donné le peu de temps dont il dispose. A moins que soit voté la reprise du projet tel que Mme. Morel nous le proposait dans son dernier programme électoral.
    Par contre, régler le différent avec Mr. Chaslin dans ce laps de temps permettrait, lors des prochaines élections démocratiques, de repartir sur un projet, quel qu'il soit, réalisable par la nouvelle équipe municipale. Si la ville dispose d'un bas de laine, comme on peut l'entendre à droite ou à gauche, autant s'en servir.
    La redynamisation du centre ville est le passage obligé pour réunir les Vésogondins, jeunes et moins jeunes, culture et sport, commerces et animations...
    Au fait, Camille, sur quelle rumeur vous basez vous pour dire que "projet" était rejeté par une majorité de la population de la commune? Pas si sûr! En tout cas, maintenant la prochaine équipe doit prouver qu'elle est capable d'agir dans l'intérêt commun des Vésigondins, et non pas pour en satisfaire seulement qu'une partie ou un parti politique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le petit scrutateur23 janvier 2012 à 15:50

      Petit retour vers 2008, en réponse à cette rumeur de rumeur que vous opposez à Camille :

      Volens nolens, quel était le sujet à propos duquel les Vésigondins s'étripaient à cette époque ? -- Réponse : la patinoire et la place du marché.
      Que lisaient les Vésigondins sur les professions de foi des candidats ? -- Réponse : Varèse CONTRE le projet (et il a obtenu 36,56 % au premier tour); Morel POUR le projet (21,74 %) ; Joneman CONTRE (19,08 %); Bécue POUR (8,58 %); Michel Position Rad-Soc (14,04 %).

      Soit au 1er tour 36,56 + 19,08 = 55,64 % CONTRE le projet [en supposant que parmi ces votes il n'y avait pas d'égarés amoureux de la patinoire que l'amour de Varese ou de Joneman poussait à se renier ; et 21,74 + 8,58 = 30,32 % POUR le projet. Donc, au premier tour, majorité relative déjà écrasante (presque 2 fois plus --1,82 fois exactement-- pour les "CONTRE").

      Au 2nd tour Varese, seul CONTRE (il a obtenu 55,65 % des voix) ; les carpes-lapins et Michel 27,22+17,12 = 44,34 %, démontrant que les "POUR" ont au mieux 11% de voix de retard.

      Voilà, Monsieur l'anonyme de 12:40 AM, ce que les chiffres disent.

      Je doute fort que le charisme, l'entregent et la popularité de Varese ainsi que l'amour irrépressible qu'il suscitait déjà dans les cœurs de nos compatriotes ébahis, expliquent son succès d'alors de façon convaincante.

      Ajoutons que la pétition des Vésigondins demandant un référendum sur le sujet brûlant (à cause de la friteuse) de la patinoire avait obtenu un nombre de signataires allant largement au-delà du nombre requis pour être mis en oeuvre(ce dont le maire d'alors s'était bien contre-fichu).

      Vous voyez, cher Saint-Thomas, que nous sommes plutôt devant une réalité qu'une rumeur quand il est rappelé que la majorité des Vésigondins était CONTRE le projet.

      Vous avoir convaincu ? Je sais qu'on ne peut pas faire boire un âne qui n'a pas soif ; cependant je suis prêt à continuer ce débat, mais si et seulement si vous apportez des faits et chiffres précis en contradiction avec l'analyse ici produite.

      Qu'il parle ou bien "qu'il se taise à jamais", comme dit le Maire aux invités au mariage qu'il s'apprête à célébrer.

      Supprimer
    2. Et bien non les Vésigondins lisaient (tract varese mars 2008)

      "Combien coûte l'arrêt des travaux?: il est estimé à 2 M€ alors que l'achèvement de ce projet coûterait 30 M€".

      Ils ont aussi lu: "Vous ne voulez pas des impôts locaux qui s'envolent avec un endettement passant de 4,5 M€ à 22 M€".

      Résultat des mensonges: le coût est de 20 M€ (contre 12 M€ si nous avions fait la patinoire, largement subventionnée ce qui n'est pas la cas du parking) et les impôts ont augmenté de 50% et l'endettement a explosé.

      Ce me semble être très factuel.

      Supprimer
  9. Merci pour vos éclaircissements. Hormis votre petit paragraphe sur l'âne et votre conclusion un peu pédante. C'est curieux cette façon de toujours vouloir donner des conditions ou des semblants d'ordres! Bref passons.
    Ce que vous donnez comme chiffres peut être interprété de différentes façons:
    En 2008, Varèze est élu avec 55,65% des suffrages exprimés, Il serait peut être bon de rappeler le pourcentage de votants. Quant à moi, dans mon précédent post, je mettais en doute le fait que le projet avait été rejeté par une majorité de la population. Il n'y a pas forcément que les votants qui vivent le Vésinet au quotidien, il y a les jeunes âr exemple, les commerçants qui ne sont pas forcément domicilés ici, etc...
    Aussi, le programme de Varèze spécifiait clairement que, pour une somme minime, le projet de la place du marché serait arrêté et aménagé sans patinoire en sous sol et sans l'édifice de quatre niveaux sur le parvis. C'est pour ça que beaucoup d'électeurs ont voté pour lui.
    Si certains avaient connu le coût réel de la plaisanterie, Varèze aurait il eu autant de voix? Pas si sûr petit scrutateur.
    En tout cas, je lme redis encore; maintenant la prochaine équipe doit prouver qu'elle est capable d'agir dans l'intérêt commun des Vésigondins, et non pas pour en satisfaire seulement une partie ou un parti politique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le petit scrutateur23 janvier 2012 à 20:14

      Oui ou non avez-vous des arguments autrement chiffrés que des "il n'y a pas forcément...", "Il y a des jeunes..." (qui ?, combien ?)"Varese avait dit que..." (au fait qu'avait-il dit exactement ?); vous semblez savoir mieux que les électeurs ce qu'ils veulent vraiment : pourquoi voter, alors ?
      "Si ceci, si cela, Varese aurait-il eu autant de voix" : vous n'en êtes pas sûr, moi non plus : c'est pour cela qu'on vote.
      Je ne donne pas de semblants d'ordre : j'exprime des faits, des chiffres, pas des sentiment svagues.
      Quant au pédantisme, quand vous saurez que c'était du 2ème degré et demi, vous serez rassuré.
      J'arrête quand même le débat.

      Supprimer
  10. Et bien voilà une sage décision "petit scrutateur". Avec aussi peu d'argument, vous n'avez de toute façon pas d'autre choix.
    Croyez aussi en retour à mon attachement au second degré et demi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous trouvez que Petit Scrutateur a développé bien d'arguments ?
      Hé bien, c'est lui qui a raison, avec son exemple de l'âne qui n'a pas soif !
      Où sont les vôtres, d'arguments ?
      A part quelques phrases qui ne veulent rien dire, sauf à chercher à nier ce que les citoyens ont exprimé par leurs suffrages dans les urnes ...

      Supprimer
  11. Il me semble que Petit scrutateur a bien rapporté les faits, rappel d'un passé qui explique pourquoi nous en sommes là aujourd'hui.
    C'est l'opposition au projet de patinoire enterrée place du marché qui a fait élire la liste RPV : c'est la seule liste qui n'a pas changer de position entre les 2 tours avec elle du PS.
    Le rappel également des saisines de référendum sur le sujet de la place du marché superbement ignoré par le maire de l'époque est également important pour expliquer pourquoi les vésigondins ont voté de façon si importante pour quelqu'un qu'ils ne connaissaient pas bien .

    Après, qu'il y ait des nostalgiques de Foy ou de la patinoire qui n'acceptent toujours pas avoir été minoritaires sur le sujet et qui tentent de nier les faits, cela ne fait que quelques négationistes de plus ... qu'ils fassent attention : il pourrait bientôt y avoir une loi contre ce négationisme-là aussi !

    RépondreSupprimer
  12. Nostalgique de Foy ou de patinoire, minoritaire, nier les faits, négationiste. Vous y allez un peu fort et paraissez bien sûrs de vous! C'est encore une nouvelle fois curieux de voir comment vous vous accordez le droit de cataloguer les gens et en plus vous avez un sacré penchant pour utiliser de véritables infos en les arrangeant à votre sauce.
    En 2008, au second tour, Varèze a été élu à 55,65% sur 58,64% du taux de participation, soit 7091 bulletins exprimés sur 12092 inscrits. Cela donne 3946 voix pour la liste Varèze. Ramené à tous les Vésigondins, votants ou non votants, majeurs ou mineurs,..., je veux simplement dire que petit scrutateur de 6h50 va un peu vite en besogne lorsqu'il écrit: "la majorité de la population du Vésinet était contre le projet de la place du marché"! En tout cas, il va bien falloir s'y remettre à ce projet parce qu'on soit pour ou contre le projet Chaslin ou Chatèze, ça ne peut pas tel quel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les faits sont les faits.
      En démocratie, ce qui compte, ce sont les suffrages exprimés.
      Et là, nous parlons des élections, et aussi des saisines de référendum local.
      Vouloir mettre les absentionistes de votre côté, c'est juste de la manipulation. ils ne se sont pas prononcés, pour des motifs qu'eux seuls connaissent .
      Mais le résultat des élections a été on ne peut plus clair, et votre attitude n'est que le reflet de votre déception de vous être retrouvé du côté minoritaire et de votre déni de cette réalité.

      Quant à la place du marché elle-même, là aussi il y a un blocage qui n'est pas du fait des vésigondins, ni de l'équipe municipale, mais d'un paradoxe étrange.
      Mr Chaslin garde la propriété intellectuelle de ce qui a été construit place du marché, et s'en sert pour bloquer toute modification en réclamant une somme extravagante pour céder sa propriété intellectuelle, alors qu'il n'aurait jamais dû pouvoir construire "son oeuvre", puisqu'il s'est vu attribuer le marché en violation du code des marchés publics (la définition du marché incluait une enveloppe budgétaire qu'il n'a pas respectée, au contraire de l'architecte classé second).
      Tant que ce noeud gorgien n'aura pas été tranché, la place du marché restera en l'état.
      Et, en attendant, ce type emmerde toute une population avec un projet qu'il n'aurait jamais dû pouvoir faire, et qui, il ne pouvait l'ignorer, était rejeté par la majorité des habitants : encore un grand démocrate soucieux du bien public !

      Supprimer
  13. Encore une fois, relisez mon post.
    Pour vous toute personne qui ne vote pas est forcément un abstentionniste. Pour ma part, je pense que dans l'action municipal il doit être tenu compte des mineurs, des commerçants, des votes blancs aussi, etc... A titre d'exemple, pourquoi continuer à réunir un conseil municipal jeune? Par pure démagogie? Aussi, permettez moi de vous assurer qu'il n'y a chez moi aucune déception, hormis de voir le Vésinet dans l'état dans lequel il se trouve, et ne me sent pas dans le déni de la réalité dont la vérité que vous écrivez n'engage que vous.
    Ce que je constate, c'est surtout votre manque d'ouverture d'esprit et de projection dans l'avenir afin de remédier aux problèmes.
    Quant à la place du marché, et concernant la propriété intellectuelle et (vous en oubliez un bout) artistique, Chatèze et Vatard se sont bien assis dessus lorsqu'il ont pris la décision de finir le projet pour soi-disant 2 millions d'euros. Aussi, ça vous dérange qu'il y ait eu un dépassement de l'enveloppe budgétaire imposée initialement mais par contre ça ne vous dérange pas d'avoir dépensé (pas seulement financé par 3946 voix) autant d'argent pour le minable aménagement réalisé. Alors, tant que le litige avec Chaslin ne sera pas tranché, on restera avec l'oeuvre de l'architecte interprétée par Chavèze et Vatard. Aussi, pour mémoire, souvenons nous que le projet n°2 aurait suscité bien d'autres polémiques étant donné le volume global bien plus important que le projet Chaslin. Aujourd'hui, si on votait, je ne sais pas si ce serait l'Architecte qui emmerderait le plus la majorité de la population parce que, pour vous citer, un vrai grand démocrate soucieux du bien public, apporterait sans aucun doute un peu d'air frais dans ce climat municipal nauséabond.

    RépondreSupprimer
  14. @ Anonyme Jan 26, 2012 03:57 AM
    Finalement concernant votre cas je vais donner tort à votre adversaire qui parler de prendre au second degré son histoire d'âne ...
    Tout compte fait ces bêtes là ne semblent pas mériter leur réputation de bêtise et d'êtres bornés, ou du moins d'autres la mériteraient peut-être plus !
    En plus vous êtes pire qu'un dictateur vous vous arroger le droit de mettre dans votre chapeau plus de la majorité des électeurs qui se sont abstenus de s'exprimer; alors que la majorité de ceux qui se sont exprimés sont opposés au votre.
    Sur ce postulat, on ne peut plus tirer par les cheveux, vous tentez d'accuser de menteurs et autres noms d'oiseaux ceux qui se basent sur ce qui est visibles et vérifiable.
    Votre "logique" est pétrifiante.
    Je pense que votre adage favori est : Plus le mensonge est énorme plus il a de chance de passer.
    Vous êtes tout simplement exaspérant de mauvaise foi !
    (et je modère ma pensée)
    Si le projet inachevée a couté si cher c'est aussi parce que l'équipe de Foy a :
    - modifier à postériori le plan d'occupation des sols (c'est à dire que le projet choisi par cette équipe ne respecter même pas le POS)
    - accélérer à outrance le rythme des travaux, modifiant encore une fois à postériori les règles de nuissance quand les riverain ont commencé a se plaindre de ce fait.
    - signer des devis entre les 2 tours voyant son projet voué à l'abandon vu les résultats du 1er tour.

    Corrobant la bonne foi de l'équipe précédente et la votre, j'en viens tout d'un coup à être tenter de faire quelques rapprochements....

    RépondreSupprimer
  15. vos arguments sont à peu près au niveau de votre orthographe: approximatifs.
    Pour le reste, le premier paragraphe est comme d'habitude relativement agressif.
    Pour le deuxième, si au moins votre maire fétiche avait fait ce qu'il avait vendu sur son programme, c'est à dire remédier aux erreurs du précédent, vous ne seriez pas contraints, à cours d'argument, de ressortir ce genre d'argument à deux balles. Comme je le dis depuis un moment, vous avez vraiment du mal à vous projeter d'une manière constructive dans la résolution des problèmes à régler au Vésinet. Si vous vous engagez sur le thème du rapprochement, votre nouveau maire par défaut ne va manifestement pas dans ce sens.

    RépondreSupprimer