28 avril 2012

De profundis RPV : Sans fleur ni couronne

Le RPV a sombré corps et âmes, sans fleur ni couronne.

Premier vice président de cette association avec Claude Chatard, le signataire de ce billet n’a pas cru devoir rédiger une épitaphe en date du 1er avril lendemain de la liquidation de ce groupuscule, ou de ce qu’il en restait. Mettre un point final à cette sinistre plaisanterie une veille de 1 er avril, il fallait tout le talent cosmico comique du p’tit Robert pour oser le faire.

Aussi le blog a pris son temps avant de porter cette information capitale à la connaissance des vésigondins.

Le plus cocasse dans l’histoire du RPV n’est pas tant le sabordage de cette assoce que les commentaires que le capitaine a cru nécessaire de publier au jour de sa dissolution.

Édifiant, ce texte ! La déconnexion de l’ancien maire avec la réalité ne pouvait mieux s’exprimer qu’à travers la reconnaissance par le gourou lui même qu’il a été abandonné de tous, et qu’aucun des mutins n’a eu à l’égard du vieux pacha la moindre commisération, comme celle que l’on manifeste à l’égard d’un papy gâtaux auquel ont tient à reconnaître qu’il eut son heure de gloire.

Rien de tel chez les putschistes, aucun apitoiement pour le capitaine « fracasse ». Le plus étrange étant qu’il s’en étonne, lui qui a institutionnalisé le vice comme méthode de gouvernance.

Au Vésinet comme souvent ailleurs les élèves ont dépossédé leur maître.



2 commentaires:

  1. RPV : Retraite Pour Varèse

    RépondreSupprimer
  2. un nouveau groupe est né:le bureau municipal"LBM" avec 10 membres

    RépondreSupprimer