26 mai 2012

Fiquet : droit de réponse

Phénix, tu ne te tiens plus au courant de l’actualité.

Cela fait quelque temps déjà que les maires-adjoints se rongent les sangs. Il est désormais acquis que le pourcentage de logements sociaux sera porté à 25%. Le Vésinet, ville carencée ne doit s’attendre à aucune exception, aucune tolérance aucun passe-droit, car le Vésinet est « emblématique ». La même règle s’appliquera de Saint-Denis au Vésinet. La seule inconnue réside dans le taux des pénalités qui seront appliquées aux communes carencées, celui-ci ne pouvant être modifié que par la loi.

Lors de la soirée du 24, certains députés de l’opposition sortirent de la salle du conseil pour attendre au dehors l’air narquois : ils pensaient qu’en leur absence le quorum ne serait pas atteint et qu’il faudrait donc repousser le Conseil. Quelle gloire imprescriptible, quelle victoire politique, quel fait d’armes ! Sauf qu’ils devaient savoir, s’ils avaient lu le texte des résolutions, qu’il fallait qu’une résolution passe impérativement ; sinon un projet de 17 logements sociaux serait remis aux calendes grecques avec un coût brutal et immédiat pour les Vésigondins.

Les ouailles sont finalement revenues et ceci est mieux ainsi. Phénix, amis du Vésinet, amis de la majorité et de l’opposition, les nuages s’amoncellent. L’heure est à l’union et non à la discorde.


JP Fiquet


12 commentaires:

  1. Députés??? Vous délirez, Monsieur Fiquet!
    Et puis vous oubliez que Saint-Denis dispose de son quota de logements sociaux depuis des lustres...Pauvre Vésinet!

    RépondreSupprimer
  2. Cher Concitoyen, à Montesson sommes nous à 25%pour le taux de logements sociaux ???

    RépondreSupprimer
  3. Si les maires adjoints se rongent les sangs qu'ils se tirent au lieu de s'accrocher.

    RépondreSupprimer
  4. Monsieur Fiquet,restez à Montesson et laissez nous en paix. Comment oser être responsable de l'urbanisme d'une ville où l'on n'habite pas! Vous ne subirez pas les nuisances de ce que vous faites. Enfin,controlez vos propos. Au revoir, Monsieur Fiquet.

    RépondreSupprimer
  5. Mais enfin, quel est son intérêt à s'occuper de c e qui ne le regarde pas ??????????

    RépondreSupprimer
  6. Les nuages s'amoncellent ? Bien pis, cela fait 4 ans qu'ils naviguent dans le brouillard !

    RépondreSupprimer
  7. Il n’est pas de bon vent pour qui ne connaît pas son port

    RépondreSupprimer
  8. "L’heure est à l’union et non à la discorde."
    M. Fiquet a-t-il réprouvé la mise à l'écart de M. A. Michel de l'intercommunalité ?
    M. Fiquet, la sagesse enseigne qu'on ne peut exiger d'autrui ce qu'on n'exige point de soi-même.

    RépondreSupprimer
  9. Mais pourquoi s'occupe-t-il de nous ? Nous aurait-on caché quelque chose ?

    RépondreSupprimer
  10. Je n'habite pas chez vous, je préfère loger ailleurs.
    Je décide à votre place parce que je pense que vous êtes incapables de le faire vous-mêmes.
    Je n'admets pas la moindre critique.

    Qui suis-je ?

    RépondreSupprimer
  11. Mais qu'il dégage...


    Cela fais combien de temps qu'on lui dit


    Il manque de pudeur, et ce donneur de leçon n'est pas content et bien qu'il démissionne tout de suite, à moins que la soupe soit bonne!

    Qui peut me dire combien il touche chaque mois en indemnitées ?

    RépondreSupprimer
  12. Merci à Robert Le Bien-Aimé ; sans sa démission, les talents littéraire et politique de maître F. resteraient ignoré des Vésigondins.
    Remerciements aussi à ce blog d'avoir suscité cette pièce, si furieusement RPV, ma chèère.

    RépondreSupprimer