25 mai 2012

Fiquet : l’éructomane !

Ils n’étaient qu’une poignée, les vésigondins, à voir JP Fiquet éructer, fulminer, ivre de rage, en ce début de conseil.

Scandaleux, minable, pitoyable : les invectives tombaient comme à Gravelotte de la bouche de l’adjoint montessonnais. Fiquet déversait son fiel sur les trois coupables, ces pelés, ces galeux mettaient en péril logements sociaux haranguait, telle une poissonnière, l’adjoint à l’urbanisme dans un amalgame outrageant.

Qu’avaient-ils donc fait ces Jonemann, Michel et Desvaux pour être déblatéré s publiquement par l’avocaillon de chez
Landwell brothers & co, que l’on croyait rompu aux bonnes manières ?

Étaient-ils manquants, vêtus de jean ? Étaient-ils bruyants ?

Non, indifférents à l’éructomane les 3 opposants se prélassaient paisiblement dans le salon jouxtant la salle du conseil, attendant goguenards au cas où l’un des 13 absents* de la majorité municipale daignerait passer une tête au conseil. Il fallait entendre monsieur le maire suspendu à son portable exhortant les Morel et autres élus désinvoltes à rappliquer dare-dare pour éviter le désastre d’une annulation du conseil par défaut de quorum. Seulement 14 sur 25 conseillers RPV avaient pointé leur nez lorsque la cloche de 20 h a sonné. L’opposition eut beau jeu d’en profiter.

Mme Morel accaparée par son job de secrétaire à Montesson finit par rejoindre son fauteuil d’adjointe, suivie par une Mme Kersten au pas chancelant : le conseil pouvait commencer.

Début de fin de mandat ?

Cette désinvolture des conseillers de la majorité se rencontre parfois en fin de mandat. Mais en début de mandature, c’est du jamais vu ! Le maire est impuissant à mobiliser ses conseillers, les copains s’affairent de nouveau, les incompétents prolifèrent, tel ce Belloc dont la délib fut retoquée par le maire lui-même !

Un ancien adjoint, genre langue de vipère au masculin, prophétisait sur le perron à l’issue du conseil : « ça ne peut pas durer ».

* Majorité municipale, absents à 8h 15 : Beelaerts, Chaléat, Chatard, Créhange, Humann, Husson, Kersten, Laffitte, Lagèze, Malih, Morel, Roche, Villatte. Seules Morel et Kersten finiront par se pointer.

photo en haut : Fiquet éructe, le siège de madame Morel est vacant, il est 8 15 !

photo centre : Il est 8.00 , la salle est vide ...

photo en bas : 8h 15, seuls 14 conseillers sur 31 sont présents.


6 commentaires:

  1. Non, non, non,
    L'RPV n'est pas mort!
    Il sévit encore!

    RépondreSupprimer
  2. Soyons assurés que certains de ces brillants sujets ne manqueront pas de se présenter aux suffrages des vésigondins aux prochaines municipales!
    On attend avec impatience le programme!
    Les mânes d'Alphonse Allais et autres Pierre Dac en frémissent!

    RépondreSupprimer
  3. Et ils sont encore payés pour ça ?
    Je serais curieux de savoir combien assistent encore aux commissions qu'ils doivent animer ...

    RépondreSupprimer
  4. Bastard est désormais prévenu. Il a intérêt à avoir 16 conseillers de son équipe présents à chaque séance, sinon... Didier, André et les autres attendront dans les salons avant d'entrer dans la salle du spectacle

    RépondreSupprimer
  5. Ils ont été à bonne école. Pourquoi les adjoints et conseillers devraient-ils être plus assidus aux CM que Bastard ne le fut avant de devenir Maire ? L'exemple vient souvent "d'en haut".

    RépondreSupprimer
  6. Pourquoi B2C a-t-il organiser un conseil le soir de la meilleure sortie du théatre de l'année ?
    Un communiquant en manque d'information ?
    La + plupart des absents y étaient...
    et avaient prévenus ...
    donc en plus B2C ne sait pas compté, ou n'anticipe rien ?
    Quant à ceux qui ont rappliqué après appel téléphonique, ils n'étaient pas au théatre.
    Corollaire,
    préféraient-ils être pantoufler à la maison plutôt que de participer au conseil ?
    (Me Morel en faisait partie ?)

    RépondreSupprimer