5 mai 2012

JF Bel et l’entremetteuse

C’est au pilori que le Conseil d'État* vient de les clouer. La honte !

Leur bonne foi ne peut plus être invoquée : ils ont magouillé ! De connivence avec le préfet rétorqueront-ils pour éluder leur propre responsabilité, peut nous chaut. Lui le vice président du Conseil général se voit traité par les juges suprêmes comme un usurpateur, un imposteur puisque la chambre haute précise qu’il n’avait pas le droit de se présenter aux suffrages des électeurs lors des cantonales de 2011.

Lui, l'homme avisé : quelle raison a pu le pousser à enfreindre les lois, quelle raison a pu conduire le sémillant Bel , presque-septuagénaire, à faire appel de la décision du tribunal administratif pour risquer la claque la plus retentissante reçue par un homme politique des Yvelines, claque signée de la plus haute juridiction ?

L’autre, c’est son égérie, sa muse, sa conseillère, qui n’est autre que sa secrétaire.

C’est à l’été 2010 que tout va se décider. Mme Morel est grillée au Vésinet. Son chef est à la recherche d’une suppléante pour les cantonales. Varèse lui fait l’article pour ses blondes, puis pour une grenouille de bénitier qui finira par échoir à la CCBS. Toutes récusées.

C’est alors que Mme Morel lui glisse un patronyme dont la notoriété dépasse les limites du canton. Bel flaire le bon coup. Un ticket avec la bru du patriarche des patrons ça ne se refuse pas. Peu importe qu’il ne la connaisse pas, qu’il ne l’ait jamais vu, son nom est un passeport, un viatique, et si ça lui permet de faire la nique à l’insupportable p’tit Robert, alors il ne faut pas s’en priver.

Mme Morel est priée d’arranger un rendez vous pendant l’été, RV qui se tiendra dans le sud ouest de la France. Lors des vœux de M Gournac Bel, fier comme un paon, se vantera auprès de M. D. d’avoir tiré le bon numéro. Le lendemain – avant même que le patriarche ne soit mis au parfum, le blog publie le nom, non sans avoir auparavant prévenu Mme G. que le secret allait être éventé. (SMS émis le 6 janvier 2011 à 7h24).


Mme Morel qui se vante de tout décider pour sa dame de compagnie ne pourra nier qu’elle fut à l’origine de ce duo.

Qu’elle soit rassurée, sa carrière d’entremetteuse sera de courte durée. On ne se remet pas d’un tel fiasco. Sauf à devenir adjointe à la mairie du Vésinet. Mais là aussi ça sent déjà le roussi.

"Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre; ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre". MATTH. VI, 24.


Le blog des Vigilants publie les « considérants » de l’arrêt.



7 commentaires:

  1. Il faut lire le blog des vigilants:

    1-Il est bien informé sur la gloire de Bel et Gattaz qui figurera dans les livres de jurisprudence. La honte!
    Madame Gattaz doit démissionner car elle a été élue conseillère municipale dans l'illégalité. Tout Le Vésinet va être au courant.Ce serait digne de sa part de démisssionner.

    2-De plus le préfet n'aurait pas du accepter la liste aux municipales de Madame Morel, puis de Didier Jonemann. Toute la liste est concernée.La suite normale et digne est donc la démission de Morel et Jonemann et de tous ceux qui suivent. La liste jonemann-Morel vient de fait d'être invalidée.Oseront-ils rester au mépris de la loi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mme Gattaz n'a pas été élue conseillère municipale dans l'illégalité, pas plus que Mme Morel et M Jonemann.

      C'est l'élection de Mme Gattaz au poste de suppléante du Conseiller général qui est invalidée, cette décision n'a aucun impact sur son statut d'élue municipale de la ville du Vésinet. les règles d'inéligibilité n'étant pas les mêmes pour les deux élections.

      Cet amalgame n'a aucun fondement juridique. Ce commentaire a été publié pour permettre le rétablissement de la vérité et éviter la propagation de fausses informations.

      Phénix

      Supprimer
  2. Trahison, compromission, infraction à la Loi ...
    Décidément, les débuts électoraux et municipaux de Mme Gattaz sont de piètre facture.
    Papy Gattaz ne doit pas être très fier de voir son nom traîner dans la boue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la faute à qui ?
      la faute à Mme Morel

      Supprimer
    2. Ah bon ! Madame Gattaz serait une incapable (au sens juridique du terme)! Raison de plus pour qu'elle reste à la maison .

      Supprimer
  3. à notre Vésinet: pour rétablir la vérité,il faut la prouver. Regardez bien les textes,Phénix, et publiez les, et après vous affirmerez ce qui est vrai.La question CG et CM est la même sauf démonstration de Phénix.

    RépondreSupprimer
  4. Pas sûr que cela soit vrai anonyme du 7 mai.
    L'article qui définit les inéligibilités des CG est l'article L195 du Code électoral.
    L'article pour les CM est l'article L230.
    Comparez vous verrez ce n'est pas la même teneur.
    Et je crois qu'il y a des raisons objectives.

    RépondreSupprimer