26 octobre 2012

« Herd of cats ! »


Herd of cats
Il se reconnaîtra, inutile de cafter. L’adjoint qui devant Phénix balance  ses collègues du bureau municipal sait de quoi il parle. Non pas d’une meute de félins mal léchés, d’une horde de greffiers affamés ou d’une compagnie de minous avides de mou, il cible les adjoints du maire du Vésinet.

Sa formule que seul le moins politique des élus, le plus émancipé des proches du maire peut livrer au blog fait mouche. Le bureau municipal, il nous le confirme, n’est qu’une ligue de clampins aux ego dilatés qui partagent un dessein : perdurer, ne pas se faire débarquer

Autres traits communs à cette tribu : l’absentéisme, le clientélisme, l’amateurisme(1) – jusqu’alors on a évité le népotisme – et le voyeurisme ! Même que les cérémonies du 11 novembre* ont été placées sous la tutelle de la dame de l’Événementiel ! notre chambellan municipal, Belloc de Chamborant, préposé aux commémorations nationales -  aurait-t-il prévu de déserter ?

Qu’exprime l’adjoint au delà d’un anglicisme intraduisible au pays des mangeurs de grenouilles, si ce n’est l’absence d’affectio societatis au sein du bureau municipal. Chacun des adjoints défend son petit pré carré, cherche à survivre au sein d’une horde qui se dispute les rogatons du festin municipal après 4 années de gabegie dont les vésigondins paient les lourdes conséquences.

Alors on protège les galeux, les miteux, les péteux !  

Parce que c’est comme au domino, le premier qui tombe et toute la rangée s’effondre. On se méprise mais on se serre les coudes. On se tire dans les pattes, on s’écharpe, on se court-circuite, on se défausse mais comme tout chat acculé on fait le dos rond dans l’adversité.

C’est cet « herd of cats » qui gère le Vésinet !   Ah mon biquet !




1 la crèche princesse est un exemple des conséquences de cet amateurisme et de son coût pour les finances municipales.

* voir en commentaire la réponse du maire parvenue au blog

5 commentaires:

  1. le roi de la défausse26 octobre 2012 à 15:47

    11 novembre : La faute au maire ? non la faute à Voltaire ! ci dessous texte intégral du mail envoyé par le maire

    "Monsieur,

    Il s’agit en effet d’une regrettable maladresse. Cette invitation a été diffusée sans avoir été validée par le Maire-adjoint et par moi-même en dépit des règles en vigueur.

    Elle ne saurait cependant remettre en question la solennité de cette commémoration qui reste pour chacun d’entre nous une tragédie majeure de notre histoire.

    Cordialement,

    Philippe BASTARD de CRISNAY

    Maire "

    RépondreSupprimer
  2. Étrange qu'un bristol d'invitation ait pu être imprimé sans un bat avec une signature autorisée !

    Qui peut croire que Mme Kersten n'était pas informée du contenu de ce carton et qu'elle n'était pas à l'origine de cette regrettable initiative ?

    Des lampistes vont payer pour une bourde qu'aucun élu ne veut assumer ...

    RépondreSupprimer
  3. faire reposer la faute sur des fonctionnaires: c'est jamais bon.
    Disons plutôt que l'ego Kerstenien avait besoin de s'affirmer.

    RépondreSupprimer
  4. La tragédiz est un genre théâtral dont l'origine remonte au théâtre grec antique. Quand le métier colle à la peau...

    RépondreSupprimer
  5. Qui peut mettre en ligne le contenu de ce fameux bristol d'invitation?

    RépondreSupprimer