16 octobre 2012

Histoire d’O : quand Varèse mouillait Conte


Homme de paille, conflits d’intérêt, arnaque : tous les ingrédients sont réunis dans cette brève histoire d’O.

En 2009 avant que C. Chatard ne soit éliminé, la ville veut économiser les 100.000€, coût des 500.000 m3 d'eau injectés chaque année dans le circuit des lacs et rivières par la Lyonnaise puis rejetés à la Seine.
 
Assurer l’autonomie de l’alimentation des lacs et rivières du Vésinet : quelle bonne idée ! Claude Chatard encore adjoint à l’équipement en 2009 initie le projet de forage d’un puits permettant de se passer de la Lyonnaise. La réalisation du projet échoit à la Safège, filiale à 100% de la Lyonnaise. 

B. Conte siège à la commission "appel d’offres" qui est aussi ouverte à un collaborateur de la Safège !

Fin 2009, exit Chatard, remplacé au pied levé par B. Conte* comme maire adjoint à l'équipement et aux lacs et rivières. C'est un ancien de la Lyonnaise, consultant pour la Safège, comme le souligne le perfide R. Varèse qui n'hésite pas à mouiller Conte dans un courrier que le blog s’est procuré. Extraits ci-dessous.  
extrait d'un courrier de R. Varèse daté 22 juin 2010


Changement de cap ! B Conte nouvel adjoint à l’équipement fait voter un contrat attribuant à la Lyonnaise la gestion des lacs et rivières. En plus de la fourniture de l’eau.

L’essentiel étant acté, pour faire taire les grincheux qui s’inquiètent de possibles conflits d’intérêts, un nouvel adjoint aux lacs et rivières est nommé : Potier, dont l’expertise hydraulique est soigneusement cachée. L. Desvaux, le très compétent mais peu complaisant délégué à l’équipement –  conseiller d’opposition PS – voit sa délégation retirée...

Le puits foré par la Safège doit permettre d’injecter 50 m3 heure sur les réseaux de canalisation existants, comme le recommande le rapport produit par cette société en décembre 2009 (voir page de couverture). Ce volume est très suffisant pour les besoins du réseau.

Étrangement la Safège va découvrir, une fois la Lyonnaise en charge de la gestion des rivières, que ce réseau ancien ne peut acheminer l'eau du puits, et va imposer la création de nouvelles canalisations entre le puits du lac de la Station et le lac des Ibis, d'où cette eau sera ensuite forcée jusqu'au lac supérieur, puis par gravité au lac de Croissy.

Problème : la gravité qui est censée faire circuler l’eau dans les tuyaux ne suffit pas pour alimenter correctement le lac de Croissy. Le système se bloque et le puits qui devrait fonctionner depuis un an est à l’arrêt.

La Lyonnaise nouveau maitre d’ouvrage de l’opération commande, pour remédier à la succession d’incidents rencontrés, des travaux à la Safège.  La ville paye les factures ... sans intervenir dans les prises de décision. Elle n’est plus partie prenante dans la gestion et ses compétences ont été éparpillées.  Des centaines de milliers d€ se déversent dans la Seine.

Le dessaisissement total de la ville dans un élément essentiel du patrimoine vésigondin est une décision stupéfiante, lourde de sens. Deux adjoints sont à l’origine de ce transfert : Conte et Potier. On attend encore qu’ils expliquent quel intérêt la ville pouvait y trouver. Même Mme Morel se pose la question !  
Mme Morel avant qu'elle ne rejoigne la majorité !

Les impôts sont majorés de 60% et une activité essentielle à la sauvegarde de l’exception vésigondine  – la gestion des lacs et rivières – est abandonnée. L’élimination simultanée de L. Desvaux,!, interlocuteur expert dans le domaine des eaux, installé par Varèse avec mission de ... l’informer , laisse à la Lyonnaise et à sa filiale la Safège le champ libre pour imposer les solutions optimales pour la multinationale.

Avec le résultat que l’on sait ! 


* En remplacement de C Chatard B. Conte devient ipso facto le vice président (rémunéré) du syndicat d'assainissement (sans rire) de la boucle de la seine.




6 commentaires:

  1. Silence on coule !16 octobre 2012 à 19:02

    De puits...début 2012 Monsieur Conte en reconnaissance de ses "bons et loyaux" services est promu 1er Maire Adjoint, chargé de l'équipement.
    Pas étonnant qu'au Vésinet on puisse dire "Silence, on coule !".

    RépondreSupprimer
  2. Rennequin Sualem16 octobre 2012 à 22:44

    Ma machine de Marly fonctionnait mieux.

    RépondreSupprimer
  3. " Un conflit d'intérêts est une situation d'interférence entre une mission de service public et l'intérêt privé d'une personne qui concourt à l'exercice de cette mission, lorsque cet intérêt, par sa nature et son intensité, peut raisonnablement être regardé comme étant de nature à influencer ou paraître influencer l'exercice indépendant, impartial et objectif de ses fonctions. »

    définition donnée dans le rapport sur l'éthique du personnel politique, appelé rapport Sauvé.

    RépondreSupprimer
  4. Bastard de C savait-il cela?

    RépondreSupprimer
  5. La conclusion s'impose vite avant que le ciel devienne sombre pour tous..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Démission et action en justice!

      Supprimer