8 octobre 2012

L’étrange affaire Landwell

JP Fiquet, l'ex Landwell et présentement Montessonnais
Disons le liminairement, la law firm n’est pas responsable des turpitudes des élus du Vésinet.

Rompt-elle avec les codes éthiques et la déontologie propre aux cabinets d’avocat ? C’est l’avis sans appel d’un managing partner d’un cabinet anglo saxon.  Prendre en charge les intérêts de la ville dont l’un de ses ex associés est maire adjoint enfreint l’esprit si ce n’est la lettre des dispositions relatives aux conflits d’intérêt.

Mais là n’est rien au regard de l’aveu formulé publiquement par monsieur le maire en réponse à D. Jonemann élu de l’opposition qui s’étonnait que 5.000€ aient été dépensés pour préparer l’assignation d’un simple administré. Au motif qu’il avait en 2002 déposé un nom de domaine.

Cette dépense n’a pas été stoppée à l’arrivée de M Bastard de Crisnay, loin s’en faut. Le travail initié par R. Varèse a été poursuivi sous le mandat actuel, et JP Fiquet ne pouvait y être étranger. Le pire reste à venir : aucun bon de commande n’a été passé ! La ville est dans l’incapacité de produire - comme l'a révélé au public du Conseil A. Michel, le document donnant instruction à Landwell de « récupérer » le site www.levesinet.com 

Et pour cause une telle mission si elle avait été confiée aurait été entachée d’illégalité. C’est pourtant le libellé qui figure dans la décision publiée dans les documents du conseil municipal du 4 octobre. Voir billet du 28 septembre.

Question : comment Landwell a-t-il pu être payé si aucune commande n’a été passée ? Or le maire affirme que Landwell a été réglé. Il va bien falloir clarifier.

Les remugles de la varésie continuent d’empuantir l’atmosphère : des adjoints barbotent dans l’eau fangeuse de la Lyonnaise, d’autres font fructifier les affaires de leur ex cabinet, sans qu’une seule voix ne s’élève dans cette "nouvelle" majorité pour la rappeler à l’intégrité !

Dans cette affaire Landwell, ne comptez ni sur Morel, ni sur Gattaz pour sortir le carton rouge : elles sont de mèche avec le montessonnais. 




9 commentaires:

  1. Fiquet devrait donner sa demission

    depuis le temps...

    Il faut esperer qu'il ne se representera pas

    mais n'y a t il pas un moyen légal pour qu'il demissionne, du au fait qu'il y a conflit d'intéret?

    RépondreSupprimer
  2. Ces putchistes constituent un nid de vipères et ne sont même pas dignes de finir dans un bocal de formol au Musée d'Histoire Naturelle mais au Musée des Horreurs et en fin d'année au Grand Bétisier de TF1.

    RépondreSupprimer
  3. ON PEUT PROPOSER AUX PRODUCTEURS DES EMISSIONS DE STRIPTEASE,COMBIEN çà COUTE ET JULIEN COURBET DE VENIR ENREGISTRER PENDANT LES REUNIONS DU CONSEIL MUNICIPAL AU MOINS ON NE SERA PAS LES SEULS A RIRE JAUNE DE LEUR SUFFISANCE ET VANITE.

    RépondreSupprimer
  4. Le quel suscite le plus de ricanements du public ?

    Le nigaud de province - nobliau sorti d'un roman de Balzac - et le précieux de Montesson, qui se croit toujours au prétoire ont permis au public de passer un bon moment !

    On ne les remerciera jamais assez. Définitivement, il s'entend.

    RépondreSupprimer
  5. Broutilles, broutilles, au regard des décisions qu'ils ont avalisées et/ou prises depuis leur arrivée aux affaires (comme on dit...)!
    L'impunité étant garantie, pourquoi se gêneraient-ils à 18 mois de la prochaine échéance?
    Les concurrents du prochain Grand Prix du Vésinet vont partir avec un sérieux handicap!

    RépondreSupprimer
  6. Depuis des années la ville de LAGUIOLE (et ses artisans couteliers) essaye de récupérer la marque "LAGUIOLE" déposée par un petit malin qui importe des couteaux chinois qu'il vend sous cette appellation.
    Pas simple la question des marques.
    Phenix peut dormir tranquille à l'abri de son vesinet.com

    RépondreSupprimer
  7. Il est clair que l'avocaillon et ses comparses de Landwell ont vu le beau fromage vésigondin leur tomber dans le bec sans trop d'efforts. Ca, c'est du barreau dont on fait plutôt des grilles de prison ....

    RépondreSupprimer
  8. Delenda Fiquet.

    RépondreSupprimer
  9. Les principes essentiels de la déontologie de l'avocat sont au nombre de 16 :
    5 principes fondamentaux solennisés dans le texte du serment : dignité, conscience, indépendance, probité et humanité,
    11 autres principes essentiels énoncés par le décret du 12/07/2005 : honneur, loyauté, désintéressement, confraternité, délicatesse, modération, courtoisie, compétence, dévouement, diligence et prudence.
    ces principes s'imposent non seulement à l'avocat libéral mais aussi, lorsqu'il exerce au sein d'un cabinet groupé, à l'ensemble de son cabinet.
    Pouvons-nous considérer en l'espèce que la connivence Fiquet/Landwell constitue un comportement digne, consciencieux, honnête, honorable, loyal,, désintéressé, prudent vis à vis du risque de conflit d'intérêt ? Les vésigondins seraient sans doute curieux de connaître l' avis de monsieur le Bâtonnier et du Conseil de l'Ordre.

    Scapin

    RépondreSupprimer