4 janvier 2013

Conseiller : singe ou grenouille ?

Dans cette oligarchie qui grouille au château Carnot la loi du « 100 ème singe » va-t-elle s’appliquer ? Que M. le maire ne s’offusque pas, si l'on songe à comparer sa majorité municipale à une population de macaques, c'est pour en faire l'éloge. 

La «loi» qui prédit les mutations chez les bonobos et leurs frères, grouillots de tout acabit, béni-oui-oui et autres godillots est particulièrement pertinente au Vésinet, où sévissent depuis 2008 quelques spécimen qui ne dépareraient pas dans la canopée du jardin d’acclimatation.

Pour les rustres le « 100 ème singe » est celui qui prenant modèle sur le meilleur d’entre eux déclenche l’effet de seuil. Dès lors tous les singes adoptent un comportement supérieur. Le lavage de patates reste l’exemple emblématique.

Quelques conseillers ont fait connaître leur décisions de « sauver le Vésinet ». Y aura-t-il masse critique, effet de seuil, transition de phase pour entrainer la majorité protéiforme et hésitante vers une prise de conscience de sa capacité à arrêter un désastre.
 

Pour les conseillers plutôt grenouille, habitués au marigot, ils peuvent réagir tels des batraciens plongés dans une marmite qu’on vient de mettre à chauffer. La chaleur de l’eau commence à les rassurer, puis à les engourdir avant de les bouillir. Ils n’auront jamais le réflexe du coup de pattes salvateur pour sauter hors du chaudron. Ce coup de pattes qu’ils auraient donné s'ils avaient été brutalement mis au contact d’une eau bouillante.

Un centième singe pour faire basculer la majorité ? Une grenouille futée pour donner le coup de pattes salutaire ? C’est tout l’enjeu !

Grenouille barbotant dans le marigot ou singe se prélassant dans la canopée le conseiller sera le 16 janvier investi d’une mission transcendant son petit rôle de membre du clan. Saura-t-il s’élever, ou singeant l’autruche s’enfoncera t-il la tête dans le sable pour finir en gribouille ?





8 commentaires:

  1. Bonne question ! qui sera le "100ème singe" ?

    Malih, Guiza, Beelaerts et quelques autres peuvent entrainer les hésitantes et faire basculer la tribu des primitifs au stade plus évolué de conseillers conscients de leurs responsabilités.
    Les primitifs pratiquent la "terre brulée" comme ce projet en est le reflet.
    Les conseillers évolués défendent leur territoire et le protège contre les hordes de sauvages.

    RépondreSupprimer
  2. Quel intérêt à saborder le Titanic penserait le macaque ? Pour finir noyé?
    Sauf à repartir sur un radeau de la méduse après avoir jeté la bande des quatres à la mer.
    Encore faut il l'avoir préparé!!!


    RépondreSupprimer
  3. Beau challenge! Qui relèvera le défi... ? Sortir la tête haute de ce marigot pourrait rendre leur dignité à certains d'entre eux... encore faut-il un peu de courage....ce qui n'a pas l'air d'être leur qualité première? Wait and see!

    RépondreSupprimer
  4. Le salut ne peut venir que d'une personne mûre et réfléchie.
    Il se dit que cette personne pourrait être Josette Hubert.
    Appréciée semble-t-il par les associations culturelles, elle n'a qu'une décision à prendre pour sauver son mandat et montrer à Léon XIII qu'il a eu raison de la soutenir au moment de l'arrivée de Bastard.
    Elle n'a plus rien à perdre, elle ne risque plus rien.
    Josette, votre heure est venue : maintenant ou jamais !

    RépondreSupprimer
  5. Léon XIII aime à se faire prier !

    Il n'est pas homme à chercher des crosses fussent -elles épiscopales, Il est sapiens tendance ça-pionce.
    Alors prendre le risque de déplaire au prince n'est pas sa tasse de thé, sa cup of tea, sorry, on est plutôt gentleman-farmer que baroudeur dans cette branche là de la célèbre lignée alliée par ailleurs à celle des Crisnay, comme un deuil repris par la gazette de Beaumarchais s'en fit récemment l'écho.

    Quant à Mme je-sucre-les-fraises (couleur de son Chanel préféré) elle nous parait bien mal en point pour s'opposer à quelque autorité que ce soit.

    Elle rampa devant Varèse qui lui imposa sa maçonne de saltimbanque sans avoir le front de lui tirer sa révérence. Et fit pire encore que la décence nous interdit de rappeler.

    Alors laissons Léon XIII et Mme je-sucre-les-fraises et espérons que le bon sens des conseillers suffira à inverser le vote de la majorité

    Phénix

    RépondreSupprimer
  6. Qui est la maçonne de saltimbanque? Je sèche.

    RépondreSupprimer
  7. oui, sucrer les fraises est son sport favori ; si elle avait un peu de bon sens il y a bien longtemps qu'elle aurait tiré sa révérence !

    RépondreSupprimer