14 janvier 2013

La Jeannette

Il se recula dans son fauteuil. Aucune position ne soulageait la douleur. Quel fichu swing sans compter qu’il avait perdu sa balle. Cette vieille lombalgie qu’aucun paracétamol ne calmait taquinait le professeur depuis le réveil. 

Il était dans le coltard, sans parvenir à se vider la tête. Des bribes de cette soirée faisaient surface qu’ils ne parvenaient à chasser. On l’avait enfumé ! oui c’est ça il s’était fait roulé. Le Fouché l’avait niqué.

Il prétendait tenir 12 conseillers, mais quand il avait fallu voter le remplacement de l’Éolienne à la commission de la ZAC, il n’avait récolté que 3 voix ! Les autres avaient adoubé le bobo écolo ou même la Jeannette.
 

Il perdait son temps à cogiter un après. De la Fermette, ils n’auraient pas sa peau.

"Mata Hari" s’afficha sur l’Iphone. Il se saisit du portable. 
« Je peux te voir » demanda la voix. « Oui à midi à mon bureau ». Il en saurait plus. Mata Hari avait l’ouïe fine et beaucoup ne se doutaient de rien.

L’idée de réunir les conseillers hésitants venait de son contact. Lire l’avenir dans une boule d’Édam n’était pas à la portée d'un vulgaire cristallographe, mais il n’avait d’autre choix. Il écouterait, se ferait une opinion. Si un train passait, ce serait trop con de rester à quai.

 La secrétaire annonça l’arrivée du rendez vous.

« Finalement samedi ça a foiré. Personne n’est venu. » lâcha Mata.
« Pas même la Jeannette ? » Il l’aimait bien, c'est pas qu’elle le fasse marrer. Elle doit avoir un blocage des zygomatiques songea le professeur. Mais elle avait ses idées, même des convictions, pas le genre de l’Éolienne
« Non, elle m’a pris la tête au téléphone, elle devait faire les soldes avec son mec. Et puis t’inquiète, j’ai fait le décompte, on aura deux vois de plus que le maire ».

La douleur survint brutale. Le rictus trompa le visiteur.

« Quoi, tu ne me crois pas ? »
« Non, j’ai fait un air shot hier à Fourqueux. Je suis à moitié bloqué. »

Mata Hari se leva.

« Bouge pas, je connais le chemin, faut que j’aille tirer les tracts qu’on distribue ce soir au Théâtre »
"Y a aussi les banderoles que je dois terminer. Ah bon tu savais pas ? Oui y aura un sacré comité d’accueil pour ses voeux. »

La porte claqua.  Il sortit un comprimé d’Xprime. Décidément rien n’était clair et cette réunion qui n’avait pas eu lieu.

L’interphone grésilla, la voix hachée était entre toutes reconnaissable. A la porte le poulet attendait. Ils allaient avoir une explication entre 4 yeux. 






6 commentaires:

  1. du Mal armé, de plus en plus hermétique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si vous partagez les frais d'avocats je veux bien vous donner les clés !

      Phénix

      Supprimer
    2. ca risque de couter combien?

      Supprimer
    3. Depuis qu'elle attaque le blog (déjà en 2005) la mairie a englouti - selon mes estimations - entre 30 et 50.000 €.
      cela vous donne une idée de là où passe votre argent.

      Phénix

      Supprimer
  2. Nous conspirons, le roi répudie la reine, la vieille épouse le perroquet, César devient roi, je l'épouse et me voilà reine !!!

    RépondreSupprimer
  3. Phénix,

    Je fais suite à mon précédent message (13/01/2013)

    Je vous attends à mon bureau.

    signé : Editions Fleuve Noir.

    RépondreSupprimer