14 janvier 2013

PLU : 680 pages ni plus, ni moins !

Il faut se palucher 680 pages pour découvrir ce qui a été modifié entre le projet de 335 pages soumis à la commission Urbanisme le 5 décembre 2012 et celui proposé au vote des conseillers le 24 janvier. 

Que pourra faire la commission du 17 janvier si ce n’est acter son impuissance à analyser le différentiel en un si court délai. Quel individu dont ce n’est pas le métier peut mettre le doigt sur les modifications entre les deux moutures ?

La mairie continue de prendre ses interlocuteurs pour des bœufs. Le très civil blog de notre confrère sauver-le-Vésinet serait en droit de parler de « foutage de gueule » s’il n’était pas rédigé par des gens fort bien élevés.

Il ne fallait que quelques minutes aux professionnelles de l’urbanisme qui ont été démesurément sollicitées depuis trois mois pour rédiger un papier mettant en exergue les très rares changements entre les deux versions. Dans n’importe quelle entreprise les juristes auraient rédigé ce type de document, n’est pas maître Fiquet ?

Mais au Château Carnot, on se moque des administrés, des conseillers. Plutôt que de les aider à s’y retrouver dans ce dossier très complexe, on les a noyés sous un tombereau de documents. Ce ne sont pas des information qui ont été distribuées, ce sont des kilos de papier.  Un fois encore on est dans la provocation. 

Ce dossier de 680 pages en est la plus parfaite démonstration




4 commentaires:

  1. Sur Word :

    Menu "outils" > "suivi des modifications" > "afficher les modifications".

    Pas besoin d'être un pro de la bureautique. Je ne le suis pas.

    RépondreSupprimer
  2. 680 pages modifiées ? en 10 jours ? cela semble du travail bâclé ! il va falloir prendre le temps de lire cela précisément pour éviter de se faire enfumer... marque de fabrique de cet exécutif !

    RépondreSupprimer
  3. Restons objectifs, sur les 680 pages, il y a des pages nouvelles comme le rapport de présentation qui nous explique le pourquoi des choses... ou pas.

    RépondreSupprimer
  4. L'analyse est très simple! Si le projet de zonage reste inchangé et que des zones précédemment résidentielles deviennent des zones à densifier (zone UB) alors cela reste inacceptable. Il ne s'agit pas de modifications mineures du paysage de notre Ville mais de modifications profondes et irrévocables. Cela semble simple à comprendre même pour les conseillers municipaux qui avouent ne pas tout comprendre à ce PLU mais qui sont prêts à voter juste pour soutenir lors majorité au dépend des habitants de leur Ville.

    RépondreSupprimer