26 janvier 2013

"Quand le Chauve sourit, le Bastard blêmit"


Entre eux, c’est la guerre.

La révélation par une taupe, marionnette de Myard, d’une conspiration n’aura pas sauvé la peau du maire, bien au contraire. Aujourd’hui les paris sur ses chances de survie ne font plus recette chez les bookmakers de Londres.

Depuis son coup de Jarnac, la Jeannette peut numéroter ses abattis.

Conciliabules, rumeurs et désinformation circulent à l’ombre du château Carnot où grouillent les spadassins rêvant d’en découdre, de sortir le glaive, de trucider la félonne...

AV dit César, revêtu d’une toge de lin blanc et de fourberie candide se la joue en imprécateur. Le Chauve balance et tient plusieurs co princes, le baron, le marquis et la potiche Verte au cœur de son viseur. Il sait, il a les dossiers, lui l’éminence grise du p‘tit Robert au temps béni de la varésie flamboyante.  Il peut les propulser jusqu'au quartier VIP  ... se refaire une Santé.  

La fenêtre de tir est étroite. Et le coup imparable sauf à faire occire par les goupillons des comparses de la guidouille l’un des 10 conspirateurs dont les noms seront tus, ou à tenir jusqu’aux ides de mars.

in Le Parisien du 26 janvier
Le Landerneau s’agite jusqu’à Tignes. Quel est le successeur légitime : l‘ourdisseur du complot ou le premier des fusillés ?  L’homme de Flamby ferait un bon choix par défaut ! Estimé, unanimement apprécié à droite, et maudit chez les siens, il pourrait terrasser le dragon moribond et animer le comité de salut public. Il devra promettre de s’effacer en 2014 ce qui enlèverait une épine aux Roses ! L’acceptera-t-il ?


« Le compte est bon » selon les séditieux. Même si  un maillon faible, un chainon manquant, une Mata Hari à lunettes alanguie sur un divan mansonnien peut faire capoter la dernière chance de se débarrasser  des vestiges de la varésie, de la clique montessonnaise et de l’emprise de Jacques le petit, ils n’ont plus rien à perdre, et vont tenter crânement de conquérir par les urnes ce que les putschistes ont obtenu par la ruse : le pouvoir au Vésinet !

Avant d’être rattrapés par le virus ... de sombrer dans le clientélisme ...

Au secours Sisyphe !


Ce billet contient  vérité et part d’affabulation pour ne pas compromettre le succès de l’opération de salubrité publique. 



9 commentaires:

  1. Je ne m'en fais PLU !

    RépondreSupprimer
  2. Phénix, qui est la potiche verte? Si vous songez à Mme KERAMANE, vous vous trompez lourdement sur son compte...Elle n'a pas froid aux yeux et saura avec le temps, vous étonner par son courage et sa vision pour notre commune. J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec elle et c'est vraiment autre chose que la taupe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignorais que Mme K était co-prince !

      Supprimer
    2. Lisez, lisez.

      La potiche, verte ou pas verte est à son fabricant ce que la baguette est au boulanger.

      Supprimer
    3. Il ne faut quand même pas se tromper d'ennemis et oublier que Madame Keramane appartient au parti des Bétonneuses dont le but est de briser les reins des municipalités rebelles et de faire du Vésinet un Sarcelles en Yvelines.

      Supprimer
    4. C'est une affirmation un peu rapide.
      Duflot veut que l'on construise, comme Boutin et Apparu avant elle. Mais rien ne dit qu'elle sera aussi obtuse que ses prédécesseurs quant à notre cas particulier. A voir.

      Supprimer
  3. Un peu flou votre cloud Phénix
    Votre Bastard ne serait-il pas un peu nuageux ?

    RépondreSupprimer
  4. Vintraud ne connait pas beaucoup la musique; sinon le triangle, bien sûr.

    RépondreSupprimer
  5. Après "Zadig ou la destinée", "Phénix ou prendre ses reves pour la réalité"

    RépondreSupprimer