20 mars 2015

M. No et le curseur

http://notrevesinet.com/pdf/edito.pdf
M. No apporte dans le dernier Magazine des assurances sur la pérennité du théâtre, pérennité compromise aux yeux des pétitionnaires par les restrictions budgétaires. Les propos roboratifs de monsieur le maire (ci contre) vont-ils éteindre une polémique qui a pu sembler démesurée eu égard au montant de la chicane : 70.000€.

Il est loisible d’en douter. M. No peut craindre que la vigilance des défenseurs du statu quo soit avivée.

Le maire n’a jamais occulté la difficulté de planifier les rentrées financières avec un État qui se dérobe à ses engagements mais persiste à transférer contraintes et obligations.


Le Monde d’hier se faisait l’écho du nouveau risque « SRU » encouru par certaines villes dont le Vésinet : la pénalité maximale s’élève à 7,5% du budget, soit 2M € laissés à la discrétion du préfet, au lieu des 300.000€ supportés actuellement. 

D’autres mécanismes de péréquation entre communes riches et pauvres sont alourdis, leur incidence cumulée peut s’élever à 1 ou 2 millions d’€, au bon vouloir des autorités.

C’est honnête d’agiter ces chiffons qui ne sont pas encore tous rouges, et illusoire de penser résoudre à long terme le problème du financement du théâtre en rognant bon an mal an 70.000€ sur la subvention de l’ACAL, association autonome insiste M. No. Quant au succès de la mobilisation d’on ne sait quel adjuvant communautaire il est tout aussi incertain.

La survie du théâtre dans sa forme actuelle dépend du million d’€ versé par le contribuable vésigondin. En clair si les vases sont communicants, la subvention du théâtre fait partie des variables d’ajustement pour échapper aux hausses d ‘impôts que provoquerait le scénario noir décrit plus haut.

La culture c’est comme la santé : elle n’a pas de prix, mais elle a un coût que in fine quelqu’un doit supporter. Il n’y a que deux contributeurs : le spectateur et le contribuable vésigondin, et un curseur sous le contrôle du maire.

Aujourd’hui le curseur est au centre. Où sera-t-il demain ? C’est la question à laquelle l'édito ne répond pas. No ne le sait pas. On comprend que ses contempteurs ne s’en contentent pas.

Avec cet édito le devenir du théâtre n’a pas progressé d’un poil. Pas plus que ne sont esquissées des alternatives pour sortir de cette impasse. De la sanctuarisation sous forme de régie municipale à la privatisation avec création d’une fondation, les pistes à explorer sont nombreuses. 

Nommer un nouveau président sans que la ville ait débattu publiquement de ces choix fait prendre le risque d’un nouveau désaveu.


16 commentaires:

  1. Simple constat : Ce 20 mars date de ce billet de Phénix, mais aussi celle du printemps et celle de L'ÉCLIPSE !

    RépondreSupprimer
  2. No nous prend pour des nonos. de quelle politique culturelle parle t il ?
    c'est plutot la politique de la chaise vide, avec son adjointe culture, absente du CM au cours duquel on a parlé longuement du theatre, avec un carnaval transformé cette année en aimable plaisanterie super héros, où les gamins n'ont même pas pu contempler un bonhomme carnaval

    RépondreSupprimer
  3. 1 à 2 millions détournés au profit des territoires occupés, voilà le vrai problème, pas les 70.000 balles de subventions en moins...

    RépondreSupprimer
  4. Cet édito traduit le malaise de notre maire.Il suffit pour s'en convaincre de lire les tribunes libres des opposants. Certes, Phénix a raison en insistant sur le fait que Gripoix serait recalé au certificat d'études primaires et que Bastard ne décrocherait le brevet des collèges qu'au rattrapage. Néanmoins, tous les opposants sont unanimes pour critiquer le mensonge, le manque de transparence et l'absence de vision de Monsieur Grouchko. Ils n'ont peut-être pas tous tort... même s'ils n'ont pas tous le niveau BTS.

    RépondreSupprimer
  5. Que cache cette mine réjouie de G B ?
    Pour "l' ÉCLIPSE ", le figaro titre ; " En direct, suivez l'éclipse solaire" , " Les astres se rencontre avec le GRAND SPECTACLE de l'éclipse solaire " , "Pourquoi l'éclipse et la marée du siècle en même temps" ? . Moi je lis bien les billets de Phénix et le figaro en ligne en même temps !!!
    Tout cela me fait penser au théâtre du Vésinet : ÉCLIPSE PARTIELLE ou TOTALE ? Chantons d'un même cœur sur la scène du théâtre pour les rares élus qui se trouvent exceptionnellement dans la salle : Le Soleil a rendez- vous avec La lune , ....mais la Lune ne le sait pas !"
    Vésigondins déridez vous un peu avec l' équipe du cru classé 2014 ! Cru qui aime la "culture".

    RépondreSupprimer
  6. Cher anonyme du 20mars 11:39, il faudra vous habituer à Grouchko, à tout ce qui lui manque, donc à ce qu'il n'a pas ! Il n'y a pas de quoi vous en arracher les cheveux !
    Regardez le, il est content de lui .: large sourire discret , yeux à 1/2 fermés par le bonheur , cheveux peut être comme les vôtres ("c'est poilant" !), il semble vous dire "J'y suis, j'y reste"


    RépondreSupprimer
  7. Merci Phénix de nous informer, car la revue municipale n'est pas encore venue jusqu'à nous; il lui arrive d'ailleurs de nous oublier.
    L'édito est un parfait texte BTS et je serais plus "méchant " :
    Le texte n'est pas au niveau : son lycée, ses enfants...rien à faire dans l'édito du Maire sur un sujet Grave...
    Un français très BTS: répétition de "par", " dont profitent bcp d'habitants" , pas très élégant...
    Confusion entre conseil municipal et conseil communautaire .

    Enfin et c'est le bouquet, il demande aux associations de chercher des subventions auprès des utilisateurs....Mais, n'est ce pas d'abord "sa" responsabilité ! On se moque du monde...

    Si je ne connaissais pas un peu le contexte, je dirais:
    1. C'est (matériellement)du travail bâclé.
    2. C'est (intellectuellement) se moquer des Vésigondins.
    3. C'est un péché d'orgueil (très BTS ou autre...) que de laisser publier un texte non
    sérieusement relu !

    RépondreSupprimer
  8. Phénix a été sévère avec les scribouillards signataires de tribunes indignes d’être publiées dans le journal d’une ville d’exception, à moins que ce ne soit en raison de leur exceptionnelle médiocrité. Les mauvaises langues prétendent que le maire a cette fois refusé que les textes soumis soient corrigés.

    L’éditorial du maire ne vaut pas mieux. Quel plumitif lui prête sa plume ? Style balourd ("à part par ..." déjà relevé), fil manquant : on se perd dans les méandres de la pensée de No, et pour finir grave faute au tout dernier paragraphe : si le maire et ses élus se concentrent sur des projets et des budgets, alors « attentif » mérite un « S » , comme BT "S" !


    RépondreSupprimer
  9. Pour mémoire; le octobre 2011à 12 :04 12 , dans le billet de Phénix A E B : une fusée à plusieurs étages, Un anonyme ou une anonyme écrivait mot pour mot : Bernard Grouchko est un vrai Vésigondin. Il y vit depuis son plus jeune age et connait parfaitement le Vésinet . De plus, c'est une personne dont le parcourt professionnel est plutôt brillant . Sur son C V on peut y voir des diplômes qu'il a réellement obtenu . Ce qui n'est pas le cas de tout le monde . Un peu de jeunesse (51ans) ferait beaucoup de bien à notre ville et viendrait sans aucun doute ranimer le contact perdu avec les autres communes de la boucle pour le bien de tous. "
    Le Sujet a maintenant 55 ans , c'est " un grand garçon" . Qu'en est il en 2015 des prédictions du " Nostradamus" Vésigondin , (en français, M de Nostre- Dame) ?

    RépondreSupprimer
  10. Il suffit de relire tous les commentaires du billet de Phénix du 26 octobre 2011 pour découvrir que le Nostradamus du Vésinet avait des détracteurs . Certains autres astrologues faisaient des prédictions différentes sur le futur . Le futur qui est devenu le présent ! Il est intéressant de relire ce vieux billet pour être dans le bain .

    RépondreSupprimer
  11. Chair Tibo
    J'est bien lu ton texte. Je suis daccort avec toi. Le merre c'est pas un bon. Je te soutient dans ta démarche polie-tique. Bravo pour ton courage.
    Tu irat loin

    RépondreSupprimer
  12. PAS DE POT, aucun commentaire : "Tribunes libres : une honte pour le français ".
    QUEL BOL, "Mr No et le curseur", " la ville vous informe",actuellement 11 commentaires .
    M de Nostre -Dame Vésigondin , pensait que pour être un bon Maire , il suffisait d' avoir "de vrais diplômes" mais est ce "vrai" ?
    Lorsque l'on regarde notre gouvernement et les précédents , beaucoup ont de "de vrais diplômes", pour amener la France là où elle est ! Des " vrais diplômés " que nous payons grassement à faire des conneries .
    "Chair Tibo, tu irat loin"... si tu ménages ta monture ! "Mr No, o si tu irat loin"... si tu ménages ta monture. Ne lis pas les commentaires des billets de phénix , mais ton horoscope .

    RépondreSupprimer
  13. Au lieu de déblatérer sur l'orthographe, la couleur de la cravate ou la taille du sourire (sujets passionnants et fondamentaux) interrogeons nous plutôt sur nos impôts et donc les économies a réaliser. Est ce que derrière quelques beaux discours M Nô aura le courage de s'attaquer aux privilèges exhorbitants de certains des agents municipaux (maison ou appart de 100 ou 200 m2 loues 200€/mois par ex) ou de proposer aux habitants de trancher entre hausse d'impôts et hausse de tarifs ?

    RépondreSupprimer
  14. Et de 12 ! Pour" faire bon poids ", treize à la douzaine !
    Voila une petite devinette : Si " le Merre d ' " à côté est un "enfoiré " selon M C , qu'en est 'il du " Merre d' " ici ? Ne répondez pas , ça ferait trop lourd 14 à la douzaine !
    Les planches de Phénix sont devenues , le centre culturel "No" qui remplace le théâtre d'Alain " Jo ". Aucun risque d'y jouer " relâche" , l'avenir ( de ce côté là )est assuré !
    Ainsi va la vie:" No" remplace "Jo "sur tous les " tableaux".

    RépondreSupprimer
  15. Anonyme du 21 mars O9; 38, Je ne sais si vous avez de "vrais diplômes" = une tête bien pleine comme le Maire B - c - G . Mais au moins la vôtre est bien faite !
    Le diplômé "aura t'-il le courage de s"attaquer aux privilèges exhorbitants de certains ....?" C'est un " un grand garçon " qui n'en fait qu'à sa tête ( la tête à lui), il ajoutera même si tel est son bon plaisir des privilèges à d'autres . C'est cela être politicien de métier !

    RépondreSupprimer
  16. Le Vésinet Magazine de mars … ne faisons pas de littérature et parlons chiffres.
    Dans la tribune de « unis pour le Vésinet » il est dit que « le théâtre coûte à la Ville plus d’un million d’Euros par an et que la baisse de la subvention représente 70.000 Euros ». Soyons plus précis : le théâtre, propriété de la Ville coûte en fonctionnement 627.000 Euros à la Ville pour l’année (subvention de fonctionnement votée). Dire qu’il coûte « plus d’un million » consiste à ajouter à son coût de fonctionnement d’autres frais estimés par les auteurs de la tribune à 372.500 Euros, frais censés couvrir les charges incombant au propriétaire (dont travaux) … en réalité les frais réellement engagés pour le théâtre sont en général inférieurs à 150000 Euros par an. Si par souci de transparence nos élus sont désireux de faire connaître les coûts réels pour la Ville (en séparant les coûts de fonctionnement des charges incombant au propriétaire) pour chacun des biens communaux (Hôtel de Ville, pelouses, banquettes anglaises, rond points, Conservatoire, stade, écoles, MJC, … etc.) qu’ils n’hésitent pas, chacun de nous en tant que contribuable y verra enfin plus clair et saura ce que lui coûte réellement chaque équipement municipal ...

    RépondreSupprimer