20 avril 2015

Éloge du carburateur : lettre à Pierre Gattaz

Pierre, 

vous méritez le respect. On vous sent enragé de voir vos efforts couronnés d’insuccès. Se faire violence pour ne pas rentrer dans le lard des politiques qui sciemment laissent monter le chômage montre une abnégation qui, à vous entendre ce matin sur RTL, atteint ses limites. Vous en êtes convaincu, le chômage augmente en France du seul fait de ceux qui nous gouvernent.

Le bon sens et l’obstination du savoyard-vésigondin ne peuvent rien contre la lâcheté et le dogmatisme des élites. Votre discours se heurte aux non dit des politiciens : la France est moribonde perfusée aux toxines du cadavre du PC-CGT. Nul n’ose toucher aux vaches sacrées de peur des derniers spasmes.  

Non, dites vous, on n’a pas tout essayé contre le chômage ! A l’appui de votre réflexion ces centaines de milliers d’emplois qui ne sont pas pourvus. Plus grave, ces chiffres en baisse continue du nombre des apprentis ! Or les apprentis d’aujourd’hui sont les CDI de demain, avez vous expliqué.

Pierre, je voudrais apporter la mienne, modeste, à votre croisade pour la revalorisation des métiers manuels, en vous conseillant, si vous ne l’avez déjà fait, la lecture de «L'Éloge du carburateur», l’opuscule du professeur Crawford, qui délaissant les « think-tank » de Washington s’est reconverti en réparateur de motos.
 

L’auteur convainc sans mal que la quintessence de l’intelligence humaine se révèle mieux dans le cambouis du régleur de carburateur que dans le fumeux de conseiller servile des présidents.

Cette thèse n’a qu’un inconvénient : elle séduit les adultes mais pas les parents ! Aussi 
longtemps que vos enfants comme ceux des lecteurs de ce blog seront infusés aux bienfaits de la Grande École, et n’auront pour le plombier que le respect affecté que l’on réserve aux polonais le problème restera entier. Le nombre d’apprentis diminuera. 

Mais le jour où les fils de "piston" et autres enfants d'X seront fiers de décrocher un job au "Garage de la Poste" plutôt qu'à son back office, à Pole emploi on pourra se croiser les doigts.

Vous qui avez le talent et encore les moyens de faire entendre une voix iconoclaste, puisque vous en êtes convaincu, utilisez les ressources du Patronat pour faire du travail manuel une grande cause nationale.

Dans cette ultime croisade contre l’establishment et une méritocratie élitiste qui méprise les apprentis vous devez semer la bonne parole et user d'une com transgressive pour briser la dictature de l'éducativement correct : Onan ne serait-il pas tout désigné pour réhabiliter les vertus du travail manuel ?




Phénix


Au Vésinet le Garage de la Poste mérite l'éloge du Pr Crawford

3 commentaires:

  1. Phénix, je pense que pour ce combat il est impossible de ne pas demander à Bitoussi de s'y associer.
    Onan soit qui mal y pense !

    RépondreSupprimer
  2. Savoyard - Vésigondin nous dit Phénix . Vésigondin oui , Savoyard ? ? ?
    Pierre Gattaz est né à Boulogne- Billancourt (92) pas vraiment la Savoie ! Yvon , le père ,"piston" E C de PARIS , académicien au passage est né à Bourgoin - jallieu (38 ) pas encore en Savoie . Ainsi donc la famille Gattaz n'était ni des Savoyards de la Savoie, ni de Drouot, ni des petits ramoneurs .
    Henri Rochefort, savoyard puisque mort à Aix-Les - Bains(73) en Savoie, a écrit sans doute en pensant aux phénix " Si haut qu'on monte, on fini toujours par des cendres".
    Contrairement à Michel C , à Bernard G , à Jo Furax (? frère de Mr Jo ?) je ne connais pas les Gattaz .,

    RépondreSupprimer
  3. Phénix et Pierre! je ne savais pas que Phénix était intime de Pierre Gattaz!

    RépondreSupprimer