17 juin 2015

Ligne 19 : le syndrome pavillonnaire.

Oubliée l'euphorie des lendemains de victoire électorale, la résignation explique la faible mobilisation des riverains de la ligne 19. Sauver le Vésinet, leur association, tenait hier son A G en présence de monsieur le frère et de l'adjointe aux transports.

Aucun motif d'optimisme, aucune raison d'espérer voir dans un horizon proche les bus contourner par le nord  (route de Montesson) ou par l'ouest (route de Sartrouville) le triangle formé par KLM. Les habitants de cette réserve d'indiens (300 environ) réalisent à leur tour que les promesses n'engagent que ceux qui les entendent. Le poids d'un lobby se mesure à sa capacité de nuisance, et hors échéance électorale la leur est faible ...

Le problème du détournement est né au fond d'une erreur de diagnostic. On a longtemps cru le Caduc, l’homme qui barre toutes les solutions, accessible au raisonnement. Or il est sourd à tous les arguments. On a perdu notre temps !

Et pourtant Jo l'avait décelé : l'homme souffre du syndrome pavillonnaire. Ce syndrome découvert suite aux travaux  des docteurs Kaufman et Broad, est couramment appelé complexe du lotissement.  Les victimes de cette pathologie développent une animosité virulente à l'encontre des individus qui ne sont pas membres de leur communauté. Ce qui est le cas des habitants de la ville-parc.

Inutiles toutes les approches logiques et financières, tous les essais de trajet alternatif avec chronométrage à l’appui. L’homme fait une fixette et oppose une fin de non-recevoir à toutes les tentatives de concertation. Qu'il ne se soit pas entendu avec Jo passe encore, mais qu'il ne s’entende pas plus avec No, son contraire dépasse l’entendement, et confirme le diagnostic posé par Jo.

La situation est d’autant plus bloquée que ce syndrome s’étend en boucle de Seine. Une forme de rejet de l'exception vésigondine. Montesson le premier frappé, maintenant c’est au fond de Sartrouville que l’on recense de nouveaux cas. L’annulation in extremis par le président de la CABS d’une délibération visant à bypasser l’oukase du Caduc sur le détournement de la ligne 19 renforce l’hypothèse d’une épidémiologie galopante. 


Des raisons d’espérer ? Oui, aucune malédiction n’est éternelle. Il faut souhaiter que le bon sens et la raison l'emportent avant que le toujours redouté accident - statistiquement certain - ne vienne ternir le mandat du Caduc et de ses alliés dans la négation des risques qu'ils font encourir aux riverains.






7 commentaires:

  1. le caduc n'est pas dupe

    RépondreSupprimer
  2. Sauver le vesinet est b......

    RépondreSupprimer
  3. Cherchez et vous trouverez ! La Soeur des 2 JO, JO sette dont le mari est un des élus dans la majorité ancienne JO devenue NO, habite sur le parcours de la ligne 19 . JO sette ne veut pas que la ligne 19 passe devant chez elle ! Elle est la fille du JO prénommé Alain . Après ce GRAND JO , ce fut le tour de L'EX et de Maman NO !!!
    Tout ceci pour que vous ne perdiez pas le fil ...........de la ligne 19!

    RépondreSupprimer
  4. Phénix le beau toutou de Bernard. Que c'est mignon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est son saint bernard?

      Supprimer
    2. Réponse aux 'anonymes du 17 juin , 21:59 et 23: 04 : Oui , et dans le petit tonneau du beau et bon gros TOUTOU , il y a du "Père NO"!

      Supprimer
  5. Il existe 2 Saints BERNARD, le grand et le petit . Au Vésinet on n'en connaît qu'un seul , le GRAND BERNARD : "une fusée à plusieurs étages "! , " un moi je" qui ne redescend pas !

    RépondreSupprimer