2 juin 2015

M. No : « Don’t take it personnally ! »

L’homo politicus de quelque bord qu’il soit tendrait-il à développer – quand il parvient aux affaires – les travers qu’il dénonçait quand il rongeait son frein dans l’opposition. Le «Moi Président» se décline-t-il aussi au niveau vésigondin ?

Entre 2007 et 2015, période couvrant 5 mandats on note sur un thème cher au blog : la réaction aux critiques, une similitude dans les réactions des élus, personnages oh combien dissemblables.

La réceptivité à la critique n'est qu'un marqueur de la distanciation entre l’homme et sa fonction. Plus l’écart est faible moins la critique est reçue. Quand il y a confusion entre l’individu et le poste, plus la moindre réprobation n’est tolérée, étant «taken personnally».  Phénix critique t-il No qu’il devenu fou  «sic», comme le qualifiait ce samedi un proche lieutenant du maire.

Les 4 élus précédents M. No ont glissé furtivement puis chuté lourdement sur cette pente. Leur incapacité à maintenir une cloison entre leur personne et son rôle les a coupés des réalités. L’individu s’est fondu dans la fonction alors que l'élu la détient à titre provisoire, et qu’a contrario d’un président ou d’un gérant il ne saurait disposer de titre de propriété.

L’erreur commune aux précités s’étendrait-elle au nouvel élu ? Prétendre gérer la ville comme son affaire commerciale. Malgré l’impossibilité de pouvoir exiger d’agents territoriaux – qui ne peuvent voter avec leurs pieds - la même implication que de collaborateurs d’une entreprise privée. La loyauté que les premiers doivent aux élus est d’une nature distincte de celle des seconds vis-à-vis de leur société.

Quand ce distinguo est ignoré peut-on s’étonner des crispations rencontrées dans des projets tels la fusion-rapprochement avec Croissy ?

Difficultés qui provoquent le raidissement aux critiques signalé plus haut et gèlent l’expression de toute velléité d’objection puisque ressentie comme une critique de l’individu, alors qu’elle viserait l’exercice de sa fonction. L’élu - on l'a vu - se satisfait d’un simulacre d’acquiescement dont il se gargarise à tort tellement il masque un rejet.

Cette « weberisation » du management accentue l’incompréhension avec les agents – pas seulement les fonctionnaires mais de nombreux acteurs de la vie municipale - écartés des processus de décision, et informés a minima. Si même ils le sont*. Tenus pour corvéables et responsables pré désignés des insuccès futurs. Échecs qui réduiront encore la capacité des élus d’entendre les avis divergents.

Cette spirale a entraîné l'Ex, le Cosmique et Bitoussi dans les abîmes de la détestation. Les mêmes causes produiront-elles les mêmes effets affectant le mandat de M No ? Question impertinente !

"Please Mister No don’t take it personnally !"




*    Pourquoi le contenu de l’étude relative au rapprochement des moyens humains et matériels des services techniques des deux villes, qui fixe le cadre et chiffre précisément les perspectives de réduction des coûts (RH) et le nombre d’agents concernés, n’est pas révélé ? Ce black-out peut alimenter les scénarios farfelus … et contribuer à la réticence à adhérer au projet.

10 commentaires:

  1. Ce billet fait echo dans mon esprit à la thèse de Kantorowicz "les deux corps du roi"
    Le corps sacré , immortel, dépourvu de faiblesses, ne se trompant pas et incarnant le royaume et le corps humain mortel soumis aux maladies,aux infirmités, aux tares de la vieillesse

    L'historien Patrick Boucheron (2006) écrit ainsi:

    « Parce qu'il est naturellement un homme mortel, le roi souffre, doute, se trompe parfois : il n'est ni infaillible, ni intouchable, et en aucune manière l'ombre de Dieu sur Terre comme le souverain peut l'être en régime théocratique. Mais dans ce corps mortel du roi vient se loger le corps immortel du royaume que le roi transmet à son successeur. »

    La conception britannique de ce double corps du roi, analogue à certaines théories christologiques, peut conduire à une opposition interne à celui-ci: ainsi, le Roi peut s'opposer au roi. En particulier, le Roi en son conseil, c'est-à-dire le Parlement, peut prétendre s'opposer au roi, en parlant pour le Roi lui-même. Cette interprétation spécifique à la Grande-Bretagne la distingue des versions absolutistes en vigueur sur le continent.

    Merci Phenix de paraphraser ce grand intellectuel.
    Le parallèle avec la maison Tudor est significatif

    RépondreSupprimer
  2. Phénix sautez enfin le pas plutôt que de vous livrer à des analyses hermétiques, dites ce que vous pensez clairement. Ils font tout de travers et sont contents d'eux. Sous la tente, il s'est dit que tout va bien, que le personnel est heureux, que le redressement est en bonne voie, que les projets se développent bien. Ils vont permettre de faire un bestseller "la gestion municipale pour les nuls". à donner aux villes voisines. Quelle tristesse! Cela finira mal.

    RépondreSupprimer
  3. Avec son dossard de N° 1 , "cousu de fil blanc" par Mère , pour la 5ème course des maires ( 5 courses de 2008 à 2014 ) , Mr No doit être confirmé comme le champion en toute catégorie, pas par lui ,mais par tous les Vésigondins !
    Autre sujet: Hier le théâtre était plein d'espoir pour les spectateurs de la saison 2015-2016. Impossible de faire tenir autant de monde dans la future salle de bridge, même si Mr No a prévu grand . Pour la grandeur il a été doublé par la salle prénommée Alain Jo . Encore un "Jo" en travers de la route!

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme du 3 , 11:10 :"Sous la tente " il s'est dit que tout va bien, que le redressement est en bonne voie" ! C'est ce que nous dit aussi Hollande de sa " bonne voie" ! Il faut y croire ...pour le voir et non l'inverse ! Ainsi les bonnes nouvelles prolifèrent comme les algues du lac de la Station ! Cette comparaison a t-'elle été évoquée sous la tente ?
    Il faudra effectivement donner des cours de rattrapage, cours du soir aux maires de Chatou et de Montesson , des nuls que certains de ces billets ne trouvent de plus pas beaux ! Voyez, je n'en perds pas une miette de la lecture des billets .

    RépondreSupprimer
  5. si je comprends il y a Jo 1 Jo 2 Jo 3 No1 No 2

    RépondreSupprimer
  6. et l'affreux jojo c'est Mr No ?

    RépondreSupprimer
  7. Faits historiques: No, no, Mr No, lui ne se considère pas comme un "affreux jojo ". Rappelez- vous le très grand portrait en couleur, qu'il avait placardé sur une vitrine de la rue Thiers pendant la dernière période électorale ! S'affichait-il pour être admiré ou s'agissait t'-il d'une image subliminale ? A cette époque Phénix avait pignon sur rue, (rue Thiers,) il était "un enfant de troupe", monopolisant avec " la troupe" le trottoir , la rue en cet endroit devant le P C.( P pas communiste), pour se payer les portraits, (les têtes ) des adversaires .Connaissez vous " l'effet boomerang? A suivre....l'histoire du Vésinet .
    Il serait peut être bon de ressortir ce portait haut... en couleur ? Phénix , après l'avoir roulé, où l'avez vous mis ?
    Je commence à me demander si les Catoviens, les Montessonnais n'ont pas de quoi être fiers de pas être Vésigondins ? Je parle seulement par rapport à "leur" maire respectif , ( leur singulièrement au singulier contrairement à ceuxxxxx du Vésinet .Je ne parle pas là des portraits en couleur ou en "noir " et blanc ? Noir à la manière de Phénix et de "la troupe ".

    RépondreSupprimer
  8. un peu de symbole: l'ancienne permanence de la rue Thiers est devenue une agence immobilière...

    RépondreSupprimer
  9. A mon avis l'ancienne permanence a changé de cycle , en devenant non pas une agence immobilière mais le magasins du vélo! Cela me donne une sérieuse envie de fredonner la chanson Brassens : Marinette

    RépondreSupprimer
  10. Pourquoi l’Ex ne figure pas sur le carton? Il est président d'honneur.

    RépondreSupprimer