29 juin 2015

Varèse et la Grèce

La presse du jour rappelle la persistance des méfaits de Varèse et de ses cloportes, et leur ouvre une perspective pour de nouvelles carrières.

Dans l’article (ci contre) c’est Bédier qui en rajoute une louche. L’ancien sous ministre aux prisons  s’est refait une santé après être resté quelques années à l’ombre. Il  se rappelle au bon souvenir du Vésinet.

Alors président du conseil général des Yvelines Bédier a attribué au Vésinet une enveloppe de 4.2M € au titre du Cdor, plan d’aide à la construction : 10.000€ par logement dont 50% à la signature du plan, le solde à la pose de la premier pierre. Pour palper l’oseille l’inénarrable Varèse s’était engagé par écrit à faire sortir de terre 420 logements en moins de 4 ans ! A l’issue de cette période aucun des 420 n’était même au statut de projet !

https://fr.finance.yahoo.com/actualites/yvelines-ces-villes-qui-nont-145635810.html

Dans une interview donnée à un canard spécialisé dans l’immobilier Bédier - président du conseil départemental - traite les vésigondins comme de vulgaires grecs : Il confirme qu’il n’effacera pas leur dette! Tel un dilapidateur de catégorie olympique le cosmique Varèse a encaissé la subvention, plutôt que de la mettre en réserve pour les constructions aux quelles il s’était fermement engagé. La somme s’est volatilisée en excentricités, en danseuses  ! 

Une Castafiore pour le Conservatoire, diva qui n’ayant pas les diplômes requis a empêché le conservatoire du Vésinet d’être reconnu par la tutelle. Une flottille de voitures électriques pour complaire aux gogos verts, des coachs pour satisfaire les caprices de son clan des siciliens ...  sous l’œil impavide du couple d'experts financiers Bastard Laffitte compères en varésie.

Début 2013 : fin de l’ère Varèse Bastard, aucun logement éligible au CDOR n’est sorti de terre. La deuxième tranche ne sera pas versée, l'éligibilité au plan CDOR 2 est refusée et cerise sur le gâteau Bédier condamne aujourd'hui la ville à rembourser les 2.1M€ partis en fumée. On sait que Bastard au terme d'une cour assidue auprès de Pécresse avait obtenu l'investiture. Or Bédier ne peut sacquer Pécresse ... 


Une bonne nouvelle ne vient jamais seule. Ce week-end des pointures de l’entreprise du gros œuvre de la place du marché/patinoire croisant  les actuelles autorités ont réveillé de cuisants souvenirs. « Chez Léon on se marre quand on évoque le Vésinet : nulle part ailleurs on s’est autant gavé ! Jamais on a eu à faire à une équipe d’incompétents aussi notoires » et d’énoncer la liste des facturations passées comme une lettre à la poste à commencer par l’affaire du muret bien connu des lecteurs de ce blog.

Dilapider l’argent du contribuable, détourner les subventions des objets pour les quels elles ont été versées, ne pas contrôler les dépenses et donner prise aux soupçons de détournements de fonds publics, voire évaporation de biens mobiliers (comme ceux qui se sont volatilisés au Wood cottage) qualifient les auteurs de ces faits et leurs complices encore en activité pour une promotion

Où mieux qu’en Grèce pourraient-ils exercer leurs talents et couler des jours heureux ?



11 commentaires:

  1. Si ce n'est dans le trou, on pourrait les mettre au trou !

    RépondreSupprimer
  2. A quoi sert le surnom de NO si notre maire actuel se couche devant Bedier .
    Faisons maturer la dette comme nous le conseille Dominique Strauss Khan!

    RépondreSupprimer
  3. Il me semble que VARESE se targuai d être soutenu par Ump avec le soutien de V Pecresse et de j Myard
    Entre Ump ou Républicains on ne se fait pas de cadeaux ,.... sauf qu'entre temps Bedier a été condamné pour abus de biens sociaux ....belle famille ces républicains

    RépondreSupprimer
  4. La solution est simple : il n'y a qu'à vendre l'immeuble de la Mairie du Bd Carnot, le somptueux siège de la Police Municipale rue Thiers et le I 2 bâtiment de la MJC. Les caisses seront pleines et l'ont pourra rembourser les subventions volées, les emprunts indus et finalement loger tout ce beau monde dans le trou de la place du marché, après quelques menus aménagements.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Phénix pour toutes vos informations ! Mais l'immeuble entre le théâtre et la brasserie qui appartenait à la ville , juste en face de la mairie a été vendu à un promoteur par L'EX et sa bande dont Maman. Pourquoi ne pas en parler ? Cela risquerait -il de défriser "le fils de la mère" ? C'était un emplacement central ,unique pour la commune ! où est passé l'argent de la vente ? Qu'en dit L'EX , l' ami de NO... donc de PHÉNIX ? ( les amis de nos amis sont nos amis) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand Varèse arrive aux affaires (avril 2008) le compte patinoire/pdm est équilibré : 8M€ facturés, 8m€ payés entre autre par le produit de la vente du 55 auquel vous faites référence.

      Ensuite Varèse fera exploser les compteurs jusqu'à 25M€ qu'il couvrira par des emprunts calamiteux à plus de 5% non re-négociables que l'on remboursera jusqu'en 2023 ... , par des hausses d'impôts 60%, la cavalerie habituelle des maires qui ont pété un câble.

      Phénix

      Supprimer
    2. On rappellera à l'anonyme de 14:12 que Foy a laissé une dette de 4 M€ en quittant le pouvoir. Son erreur coupable aura été de rester le cul entre 2 chaises à propos de la place du marché, il fallait soit l'abandonner, soit se dépêcher de construire son mausolée qui n'aurait ajouté que 10 M€ de dette supplémentaire.
      Et Varèse a fait exploser les compteurs jusqu'à 25 M€ comme le rappelle Phénix

      Supprimer
  6. Et alors , pas de panique : En élisant Bernard Grouchko, les Vésigondins ont choisi un repreneur de biens en déconfiture. Il va sauvez le Vésinet, sinon il n'aura qu'à remettre son tablier ou son "tapis".

    RépondreSupprimer
  7. Merci beaucoup pour toutes ces données !

    Aroma

    RépondreSupprimer
  8. Ce n'est pas d'aujourd'hui , ni d'hier,ni d'avant hier, ni de jadis que les maires du Vésinet ne veulent pas de logements sociaux, préférant payer des pénalités( faire payer les pénalités aux Vésigondins)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien la seule seule chose qui soit en leur honneur d'ailleurs...

      Supprimer