22 septembre 2015

Volkswagen : it's a shock

Dans cette affaire Volkswagen  il y a de quoi être choqué.

3 remarques viennent à l’esprit et on s’étonne qu’elles aient jusqu’à présent échappé aux chroniqueurs, à moins que la firme ne pèse de son poids pour ne pas ajouter à l’opprobre général.

1) D’abord on s’étonne que le premier constructeur mondial ait eu recours massivement à des moyens de dissimulation. Soit ses technologies sont aujourd’hui dépassées, soit les normes sont hors d’atteinte dans des conditions normales d’utilisation. Même s’ils s’en défendent, dans ce dernier cas les autres constructeurs auraient utilisé d’autres moyens pour biaiser les tests d’homologation.

Dans la première hypothèse le constructeur allemand serait à la peine n’étant pas capable de produire des moteurs au niveau de ses concurrents. Il serait dès lors en grand danger.

2) Mais le plus ébouriffant se situe à l’étage des dirigeants. Truander massivement dans une organisation aussi complexe que le groupe automobile allemand et ses filiales ne peut se faire sans que la tromperie ait reçu l’aval de dizaines de dirigeants. Pas seulement des ingénieurs, des lampistes mais aussi de membres éminents du système, par ailleurs actionnaires es qualité de la firme.

 Il ne s’agit pas d’une complicité passive, d’une ignorance calculée, mais bien d’un ensemble de décisions volontaires prises au plus haut niveau après le constat que les moteurs de VW n’étaient pas aptes à réussir les tests.

3) D’où la question : comment des cerveaux brillants ont-ils pu imaginer que le stratagème ne serait pas découvert, que l’un des nombreux co-acteur de cette escroquerie massive n’irait pas un jour jouer les maîtres chanteurs, ou plus simplement pris de remords ne serait pas le dénonciateur anonyme pour empocher la prime ?

Pendable cupidité ou sidérante stupidité qui ne peut avoir d’autre origine que l’arrogance que confère une réussite dont on sait aujourd’hui qu’elle était imméritée.

Comme tant d’autres mastodontes portés au firmament VW n'est à son tour victime que des turpitudes de ses dirigeants.



14 commentaires:

  1. "Infiniment Désolé" est le seul commentaire que Winterkorn, patron du Groupe, a trouvé à faire. Une fois de plus , l'arrogance des dirigeants des grands groupes est en cause. Ils sont responsables des tricheries et ce n'est que très rarement eux qui payent, mais les actionnaires eux trinquent à tous les coups.
    Il n'y a qu'à voir la plupart des groupes bancaires (dont presque toutes les grandes banques françaises cotées) qui ont été condamnées à payer de très nombreux milliards aux USA pour des tricheries et des manipulations répétées dans divers domaines. Seuls les actionnaires sont pénalisés car ils sont appauvris du coût des condamnations.
    Et après, la SG vient nous dire qu'elle n'était pas au courant des agissements de Kerviel ... encore une tromperie et des mensonges répétés.

    Pour en revenir à l'automobile, il est bien connu de tous les spécialistes automobiles que les performances indiquées par les constructeurs (consommation et pollution) sont fausses et donc trompeuses. Les tests ne sont pas réalisés dans des conditions normales d'utilisation par Monsieur Toulemonde. La carence des autorités à mettre un peu d'ordre est patente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jo Furax

      Bien d'accord. Cette affaire nourrit ma conviction que les organisations humaines meurent de l'arrogance de leurs dirigeants plutôt que des coups de leurs concurrents ou compétiteurs.

      Cette remarque s'étend à la vie politique.

      Au Vésinet . Foy, Varèse, Bastard chutent d'abord par leur fatuité qui les empêche de voir qu'ils se sont coupés des réalités; il apparaît à beaucoup d'observateurs que No prend le même chemin, son entourage étant pire encore.

      Phénix



      Supprimer
    2. bien d'accord avec vous. Votre dernière phrase est la plus grande prophétie que vous avez émise ces deniers mois : "NO prend le même chemin, son entourage étant pire encore"

      Supprimer
  2. Imaginons que les responsables de Boeing aient introduit dans leurs logiciels avion un virus inactif sauf à decider de le reveiller pour faire se detruire les avions à un moment choisi.
    La revelation Volkswagen nous autorise à imaginer d'autres intentions malveillantes potentielles.
    J'ai froid dans le dos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que fait Microsoft depuis longtemps.
      A la demande des autorités états-uniennes, ils sont capables de prendre le contrôle de votre ordinateur.
      Vous pouvez avoir froid dans le dos, effectivement.

      Supprimer
  3. Quelque soit son niveau direct d'implication le fait que le PDG n'ait pas annoncé de son initiative sa démission montre qu'il a - comme les hommes politiques français - perdu tout sens de l'honneur.

    L'essentiel c'est de perdurer et de palper ! Le socialisme rampant (responsable mais pas coupable) fait aussi des dégâts en Allemagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le summum chez nous, c'est un candidat à l'élection Présidentielle de 2012 qui a triché et effrontément menti sur ses dépenses. Et il continue à faire le beau !!!
      Plus près de chez nous, un Maire qui a eu des dépenses de 3000€ un peu troubles, a été destitué 9 mois après ...
      Bel exemple de justice dans notre pays.

      Supprimer
  4. Il est quand même bizarre que sur tous ces sujets on entende peu le Medef !
    Ce dernier est pourtant présent dans quelques rues du Vésinet !
    Le Medef représente des milliers d'entreprises et d'entrepreneurs qui, tous les matins, cherchent à trouver du boulot pour des millions de salariés, trouver des marchés, lutter pour compenser les hausses permanentes de charges et d'impôts ... et, in finé,gagner quelques centaines de milliers d'euros.

    On est loin de ces flambeurs qui trichent et qui en 48h perdent près de 15 milliards d'€ !!!
    Y-aurait-il une connivence entre le Medef et nos banquiers flambeurs, tricheurs et irresponsables pour être aussi muet ?

    RépondreSupprimer
  5. Aux USA, le budget de l'Etat va bientôt être assuré par les amendes que les sociétés américaines mais surtout étrangères payent ou doivent payer ( banques, demain VW, après-demain TOTAL ...).
    L'Europe, elle, compte fleurette : elle est bucolique, écologique, plus préoccupée par les migrants que par les désespérés qui eux ont la nationalité, le travail derrière eux, et moins de droits que les polygames et voilés.
    Google, Micosoft, Uber, Apple, Facebook ... nombreuses sont les sociétés qui devraient payer des dizaines de milliards d'€ à l'Europe pour infraction à la concurrence, abus de position dominante, utilisation frauduleuse de fichiers clients ... mais que fait l'Europe, elle dort, elle ronfle, elle se complait dans l'auto-satisfaction et dans ses privilèges.
    Sachez que les députés et fonctionnaires européens gagnent en moyenne entre 100 et 150000 € et que personne ne paye d'impôt. C'est facile dans ces conditions d'être exigeant pour le Vulgum Pecus.
    On croirait retrouver la dialectique de notre cosmique Varèse et de son irresponsable moustachu qui ont augmenté les impôts locaux de 50% pour ne rien proposer en échange.
    Voilà encore des "Pseudo Responsables" mais non coupables.

    RépondreSupprimer
  6. Bling, bling vous oubliez ceux qui envoient leurs billes dans les paradis fiscaux comme le luxembourg ou autres et qui nous mettent la ceinture ! c'est sans doute pour cela que l'on dit ;
    " les conseilleurs ne sont pas toujours les payeurs ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça nous fait tout de suite penser au mafieux de Levallois, le grand copain de Bling Bling

      Supprimer
  7. Au fait Phénix, vous ne pourriez pas donner quelques leçons particulières à Mr. No pour qu'il améliore sa prose et son élocution ! En effet, la vôtre fait merveille et gagne chaque jour en qualité !

    RépondreSupprimer
  8. Moi je pense comme vous au maire de Levallois ....et à d'autres ............

    RépondreSupprimer
  9. La fierté des allemands pour la suprématie supposée, mais avérée pour eux de leur technologie, leur a fait commettre une faute énorme. Quand l' orgueil étouffe la raison, c'est que quelque chose ne tourne pas rond. A vouloir absolument démontrer leur supériorité, les dirigeants d' entreprises ou d' états, et tacitement les ingénieurs et les peuples qui suivent docilement s 'engagent sur des voies qui les conduiront tôt ou tard à la honte ou bien pire.

    RépondreSupprimer