27 novembre 2015

Le Vésinet sous tutelle : fiction ou réalité ?



De ville franche et cœur de la Boucle le Vésinet devient le vassal de Versailles. Tout comme un vulgaire Pecq ou un modeste Croissy.

No pour un petit pois troque la fierté qui restait à ses administrés. Depuis la chute de l’Ex les maires successifs sont élus sans que les appareils partisans ne réussissent à faire émerger leur candidat. L’os vésigondin reste en travers de la gorge du dépité « Républicain » depuis qu’il a concubiné avec le Cosmique notoire.

Ainsi l’éphé-maire malgré l’appui de Pois plume, (voir son écrit à droite) l’investiture de Mme Valérie et le soutien de Jacquot a été rejeté par les électeurs, et plutôt deux fois qu’une.
*

Fort de cette résistance aux états majors, fort de cette liberté chèrement acquise No aurait pu être fier de sauvegarder cette spécificité. D’être dans la Boucle le seul magistrat élu sans l’appui du Parti. Liberté de choisir son équipe, de décider de sa politique. Pour n’avoir pas connu l’emprise des Républicains No se croit habile en laissant un tocard de Troie pénétrer au cœur du Château.

Qu’espère-t-il en contrepartie : être considéré comme un membre de la « famille », accéder au saint des saints et pouvoir baiser l’anneau du pape des Républicains ?

Quel naïf ! No ne sera jamais l’un des leurs. Tout juste une pièce rapportée, le consort à une marâtre.  Au Parti on préfère les marquis, les  puceaux, les perdreaux de l’année, ceux que l’alopécie n’a pas encore frappée. On craint les vocations tardives, les convertis de la dernière heure et on se détourne de tout ce qui n’est pas en odeur de sainteté à l’évêché. Presbytère oblige.

Difficile d’être bien en cour à Versailles, même si par des gestes louables, ou pendables, du 11 novembre Monseigneur aura prisé les efforts méritoires de No pour se rapprocher du goupillon.

Cette révolution copernicienne met la ville sous tutelle partisane. Comme au temps du Cosmique où le dépité avait bureaux ouverts au Château, y donnait ses instructions, faisait tomber les têtes. Pour complaire à Jacquot le maire aurait bouffé son chapeau. 

Erreur vénielle que de croire à la sincérité du « mon cher Bernard » que Valérie susurra à l’oreille d’un No instrumentalisé pour permettre au Parti de reprendre le contrôle d’une ville de prestige, classée divers droite, qui échappait à la comptabilité des Républicains. Et ce avec la duplicité de maires adjoints encartés !  

Erreur fatale que de faire la place à un intrigant tout juste apte à gérer sa petite épuisette, dont l’agenda note de préparer la scission au sein de la majorité, pour faire la place nette à ceux que ses employeurs le temps venu décideront d’imposer.


Ce scénario de mise du Vésinet sous la tutelle des Versaillais n’est aujourd’hui que fiction. No est-il encore en situation de ne pas faire le pas qui le transforme demain en réalité ?

Réponse au prochain Conseil du jeudi 3 décembre. 




4 commentaires:

  1. Quelle tirade Mr DU PHÉNIX !
    "Que vous êtes poli ! Que vous me semblez beau ! Sans mentir , si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le PHÉNIX des hôtes de ces bois" ... de No et de tous les Vésigondins - boisés.
    Quant au billet froissé, il prouve que "les conseils privés" comme celui d'hier soir , existent depuis "belle lurette au Veze". À l'exemple du "Cercle de Réflexion de ..." où certains membres "triés sur le volet", ayant "montrés pattes blanches"ont tout fait pour " rayer de la carte" Didier "JO." Attention grand frère "JO" , vous connaissez les piles Wonder qui "ne s'usent que l'on s'en sert " puis qu'on jette ! Votre frère Didier était UN TREMPLIN , Vous vous serez peut être un jour UN TROP PLEIN!?

    RépondreSupprimer
  2. Faut dire que le bon Didier s'est bien fait roulé dans la farine .Merci au frère de Cain......

    RépondreSupprimer
  3. C'est sur que lorsque l'on voit Pois Chiche dans les parages, il vaut sans doute mieux pour Le Vésinet passer sous les fourches de la tutelle de l'Etat plutôt que de passer entre les mains de cet olibrius pour qui la voix électorale est comme un savon qui glisse entre les mains.

    RépondreSupprimer
  4. Histoire du Vésinet des dernières années: L'EX -Maire avait une adjointe maire , une femme de caractère ,n°1 en puissance . Puis se sont succédé des individus auquel Phénix donna des noms plus que bizarre. Enfin arriva au pouvoir Mr Jo , "le fils de son Père", mais pas pour longtemps ,( ne cherchez pas pourquoi ), son 1 er adjoint était Mr No, le fils de sa mère , maire adjointe de Mr L'EX ? Mr NO n'était pas un sans dent , il avait la dent longue, Il détrôna son ami JO . La moindre des choses était qu'ile prenne comme 1er adjoint l'autre JO, le fils aussi du Père ? Dans tout ce virevolte ( pour ne pas dire autre chose ), pour corser l'affaire il y eut "le petit pois " qui a essayé de mettre son grain de sel, donc encore plus de pagaille !
    Heureusement que le Chef de Cabinet Officiel de Mr JO , est resté le Chef de Cabinet Officieux de Mr NO !
    Pour reprendre l'expression de Jo Furax un autre commentateur ; " Comme un savon qui glisse entre les mains " ainsi va la politique au Vésinet avec pas un " olibrius " mais des "olibrius"

    RépondreSupprimer