5 novembre 2015

Qui croire ....

 ... le panneau public sur la rue de l’Écluse ou l’arrête municipal du 28 octobre signé par M. No ?

L’un (ci-contre) indique aux passants que la mairie entreprend des travaux à la crèche Princesse pour permettre aux associations (au pluriel) de bénéficier d’un local accessible aux personnes à mobilité réduite, l’autre (ci dessous) informe que M No a offert ce local en exclusivité à son club de bridge préféré ainsi que les places de parking attenantes.

On sait la capacité des bridgeurs à faire le siège du Château. Ont-ils menacé No de le séquestrer dans son bureau s’il ne cédait à leur extravagante revendication ?

Toujours est-il que ce local très coûteusement restauré - on évoque 300K€ - est cédé sans contre partie à une section de la MJC dont la majorité des membres se recrutent hors des murs de la ville.

Cela pose à l’évidence un problème d’éthique, et aussi un problème de droit public.

L’association MJC est à but lucratif. Comment se fait-il qu’elle dispose d’un privilège exorbitant pour faire fructifier son fond de commerce ?

Nul doute que d’éminents juristes auront à se pencher sur la question. N’en déplaise à M No.



6 commentaires:

  1. Un proche du dossier5 novembre 2015 à 13:58

    Il est faux de prétendre que la ville a dépensé 300k€ puisque les frais sont à la charge de l'aménageur du projet princesse.
    De même il est faux d'opposer les associations et les bridgeurs puisque le bridge n'a pas accès à la totalité du premier niveau.

    RépondreSupprimer
  2. C'est pareil. C'est de l'argent publique. L'amenageur n'est pas assez con pour payer les travaux da sa poche! Il recupere la somme qq part....

    RépondreSupprimer
  3. déjà du temps de Varese le projet d'agrandissement MJC prévoyait la part belle aux bridgeurs (jeunes ? , Culture?) au détriment d'autres associations..
    Le maire de Saint Germain en Laye fait payer aux associations de peintres les locaux mis à leur disposition ; c'est son côté j'aime la culture
    Au Vesinet une mini-nomenclatura agée et bridgeuse se prélasse dans des locaux que la mairie leur donne gratuitement (drôle de façon de soutenir les jeunes).
    Chacun son tropisme !

    RépondreSupprimer
  4. Puisqu'on vous dit que c'est le FUTUR aménageur-promoteur qui a payé les travaux la NOUVELLE salle de bridge, au lieu de montrer vos mauvais esprits réjouissez vous , c'est cadeau !
    grands bêtas , le père No Ël existe il faut y croire !

    RépondreSupprimer
  5. à l'anonyme de 7h54 Pourquoi affirmer ce qui est manifestement faux? .Vous savez très bien puisque vous êtes informé que c'est la ville qui a payé- l'aménageur ne pouvait pas payer une salle de bridge qui ne devrait servir qu'aux habitants de l’écoquartier qui ne sont pas là, gue cela sera jusqu'à preuve du contraire dans les comptes 2015 de la ville , que les factures sont au nom de la ville. Si ce n'est pas le cas montrez donc une facture et on vous croira !!! Pourquoi la vérité fait-elle si mal . Quant 'à savoir si en 2018 ou 2019 ou 2020 l’aménageur paiera après ce temps ne rêvons pas : ce sera la fin du mandat......

    RépondreSupprimer
  6. Réponse : anonyme du 6 novembre , vous être tombé dans le panneau ! Mon commentaire était ironique , je me moquais de l'anonyme du 5 novembre 13:58; "un proche du dossier" qui voulait nous faire avaler une couleuvre ! . pensant prendre le contre pied de ce que j'écrivais , vous avez en réalité écrit ce que je pensais . Merci nous sommes au moins deux à ne pas croire au père No Ël . Sinon : Pas de dépenses pas d'impôts !!!à moins que la facture de la salle de bridge sera versée dans la rubrique "bonnes Œuvres "

    RépondreSupprimer