25 janvier 2016

Autolib : une occasion ratée ?

Annoncé lors de la campagne électorale par M No le déploiement des bornes des voitures bleues aura fait long feu. L’abandon du projet a été la dernière décision de feu la CABS.

Retour sur une occasion ratée pour le Vésinet de prendre le leadership dans la Boucle sur le terrain de l’auto-partage. On l’aura compris il ne s’agit pas de co voiturage mais du louage de voitures électriques pour des courtes durées. Tout ça fleure bon l’écolo.

Lancée par Jo l’étude s’est d’abord perdue dans les méandres du Château. Puis mystérieusement le sujet a quitté l’échelon de No pour être hissé au niveau communautaire et atterrir sur le bureau du maire de Houilles. Charge à lui d’aller au charbon pour vendre l’idée aux maires des autres villes dont Chatou, (cf article du CY). Vice président en charge des transports il a à son actif d’avoir magistralement encalminé le dossier de la ligne 19.

Au moment où Rueil annoncait la signature d’un protocole Autolib, la CABS a renâclé à investir dans des bornes d’alimentation. Le coût de 220.000€ par station aurait été jugé excessif pour assurer le retour sur investissement.

Le détail du « business case » n’a pas été rendu public. Seule la sanction est tombée. Projet mort né.

On est circonspect : le transport semi collectif est une activité nouvelle dont rien ne semble pouvoir contrarier l’essor. Appliquer les critères routiniers en matière de retour sur investissement à une activité en phase de décollage revient à la condamner. Si nos pères avaient eu la même diligence quand ils ont installé les premières antennes de TSF on en serait encore au tamtam.

Pourquoi le Vésinet a-t-il cédé son dossier aux technocrates communautaires, par qui les critères de décision ont-ils été établis ?  Quel objectif long terme s’est-on donné pour faciliter les transports dans la boucle ?

Toutes ces mauvaises questions, et bien d’autres, auraient pu être posées en conseil municipal. Encore eut-il fallu qu’il fut appelé à en débattre.

 
article extrait Courrier des Yvelines 

9 commentaires:

  1. On aurait pu en caser un certain nombre sous la place du marché, et en plus on aurait même pu y installer un atelier d'entretien et de réparation pour les Autolib de la Boucle loué très cher à Vincent B.

    On a vraiment aucun sens du business au Vèze !

    RépondreSupprimer
  2. Dis, Phénix, peut-être que l'on a refusé parce qu'on ne voulait pas de bagnoles d'occasion !

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord avec l'analyse de Phénix, c'est une "faute politique".
    Quel est le retour sur investissement des travaux de voirie, des tontes de pelouse ?
    A-t-on fait un bout de réflexion pour savoir si et combien de clients potentiels ?
    Phénix essayez de vous procurer cette étude qui a été faite si elle existe.
    Pour moi c'est comme si on refusait l'implantation d'une gare du RER.

    C'est aussi ...

    RépondreSupprimer
  4. Une fois encore le Vésinet est la victime du syndrome du BTS.
    Là où il aurait fallu de l'imagination, de la vision, de l'audace, des petits comptables ont opposé les chiffres insuffisants (disent-ils), et le principe de précaution (le risque de ne pas équilibrer le bilan).

    Est ce que A. Joly l'équilibre son bilan avec sa piscine à peine ouverte et déjà fermée pour malfaçon ? mais la CABS n'a pas fait de difficulté, sauf son ennemi de voisin (A de Bourrousse), pour la financer.

    B. Grouchko s'est-il seulement battu, a-t-il essayé de reprendre le projet à l'échelon communal ?
    A voir le résultat, on en doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a peut-être confondu le projet Autolib avec le projet de voitures électriques de la Mairie.
      Vroum, vroum, pouët, pouët ..

      Supprimer
  5. Décidément vous avez du mal à comprendre que tout ce qui a été promis pour se faire élire est jeté aux orties. La ligne 19 est pérennisée: et pourtant avait eu lieu une réunion publique pour les promesses,la place du marché : pas d’idée: demander à chacun, c'est la garantie d’avoir le tout et son contraire et de ne rien faire: ouf, la CCBS où l'action était annoncée: retour au rang comme un bon soldat,le développement de la culture:c'est la mise à la cap du théâtre, on nous répare la vieille bibliothèque (cela vaut une piscine à Houilles, une piscine à Sartrouville, Chanorier à Croissy, une médiathèque à Chatou),les réseaux enfouis: c'est fini on a abandonné ....on pourrait continuer: c'est la grande désillusion. Mais si demain on revote:il n'y aura pas de changement.

    RépondreSupprimer
  6. Phénix pour nous le vendre à tout prix,nous aurait il vanter un mauvais produit ?

    RépondreSupprimer
  7. aujourd'hui j'ai le blues car Christiane Taubira nous quitte.
    Je sais cela ne vaut pas du Canteloup mais cela fait du bien

    RépondreSupprimer
  8. Mr Phénix échappera t'-il à la mise au placard, puis à la mise à mort par Mr NO comme ce fut le cas pour Mr JO et de certains au Château Carnot ? Mais attention Phénix est muni de griffes ou plus exactement de serres. Vésigondins attention, Mr NO de poilant peut devenir plumant! voir son projet pour la place du marché avec "SON ... architecte de tallent "( sans appels d'offre). Il va vous demander de participer à ce projet pour après vous mettre tout sur le dos au cas ou cela deviendrait encore une fois "la Bérézina" pour vos impôts . Pour mémoire l'histoire du grand trou creusé par LE GRAND EX, en son temps, devenu le trou Du PETIT ROBERT pour y noyer le poisson ! Qui à Creusé le trou ? Qui l'a mal rebouché? C'est ainsi que de poilant c'est devenu plumant pour les Vésigondins !!!

    RépondreSupprimer