22 mars 2016

Vésinet, ta culture fout le camp !

La réunion du conseil d’établissement n’a pas apaisé les tensions. Si la musique adoucit les mœurs la maison de Georges Bizet fait exception.

Les dénégations des officiels de la mairie n’impressionnent plus personne. Les dividendes des coupes budgétaires se paient à tempérament. Et l’ambiance hier soir était franchement morose.

Le départ d’une professeure de danse suivi de celui de plusieurs membres du corps enseignant a dérouté les parents, compromis le projet pédagogique et instillé le doute sur la pérennité de cette institution quand de surcroit une directrice est nommée ... à mi-temps !

On n’attend pas d’une Corneille de faire le printemps. Mais de rassurer sur la volonté de la mairie de préserver les acquis culturels, de ne pas laisser détricoter ce qui a été tissé par les générations précédentes. Des « sachants » auto proclamés mettent en péril théâtre, conservatoire, harmonie et autres clarinettistes sans considération pour les bénévoles ni respect pour les professionnels dévoués au motif que le passé est à jeter. Nul ne dira assez le mal accompli par une marâtre et un BTS avec la duplicité d’un maire qui risque rien moins que la « bastardisation ».

Prétendre être attaché aux legs de ses prédécesseurs est une chose, transformer cette pétition en lignes budgétaires en est une autre que rien aujourd’hui ne vient étayer.

Pour revenir au conservatoire (appellation par défaut) il est étrangement mis sous la tutelle budgétaire de sa directrice. Violation du plus élémentaire principe de management dans le privé comme dans le public. Son projet pédagogique - pièce maîtresse de l’obtention (toujours) pas acquise du classement en établissement à rayonnement communal - n’est pas à l’ordre du jour du prochain conseil municipal, passage pourtant obligatoire.

Aucun effet n’est sans cause ; il faut imaginer que les prérequis pour la confirmation de cet agrément ne sont pas réunis, comme le suggère l’absence de réponse claire du maire aux demandes de publication d’une soi disant lettre de conformité obtenue de la tutelle.

Une forte odeur de désengagement flotte sur le boulevard d’Angleterre, odeur que la mise en place d’un partenariat avec Chatou conservatoire - lui - dûment estampillé ne dissipe pas, au contraire.

Comme si No voulait accélérer l’exil des talents chez les catoviens. A ce rythme là à la fin du mandat que restera –t-il des bastions de la culture vésigondine ?

L’ombre d’une Corneille … 


22 commentaires:

  1. Ô Phénix

    Que se passe-t-il au quartier Princesse? Le maire a supprimé la traditionnelle brocante de quartier. Encore un PB de budget? Ici ni corneille ni BTS? Alors que fait le maire?
    Zorro

    RépondreSupprimer
  2. Et la date du prochain conseil municipal choisi par le maire, le Jeudi Saint est ce du pipeau !? info Lu sur un commentaire daté du 22 mars, du billet de Phénix ou "la corneille" est branchée.

    RépondreSupprimer
  3. Que la personne qui a écrit ; "C'EST DU PIPEAU " recherche sur GOOGLE ; CONSEIL MUNICIPAL DU 24 MARS LE VESINET " Actualité : VIDE GRENIER PRINCESSE "! FLUTE ET FLUTE ! :ZORRO NE JOUE PAS DU PIPEAU lui !

    RépondreSupprimer
  4. Tout fout le camp, dites vous Phénix : le théâtre dégringole, le conservatoire s'effondre. tout ça de la faute aux élus
    pourquoi l'USV et la MJC semblent fonctionner alors ? faut penser que leur tour viendra? ou bien avez des explications positives ? Merci de ne pas évacuer la question monsieur le blogueur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. USV et MJC ne dépendent qu'à la marge des subsides municipaux, environ 10% du budget de fonctionnement. Conservatoire et aCAL sont sous perfusion du château. La marge de manœuvre de leur dirigeants en est d'autant impactée.

      Supprimer
    2. Phénix, tu démontres par cette réponse que le maire n'est pas responsable de ces déficits. Ce n'est ni lui, ni Mme Politis qui ont instauré des subventions aussi élevées. C'est donc aux équipes du conservatoire et du théâtre de se prendre en mains et de dépenser moins pour que ça coûte moins cher aux contribuables.

      Supprimer
    3. Mangez le maximum d'oeufs en chocolat pour faire de réserves car les temps seront durs en 2017-2018 : hausse des impôts, perte du Conservatoire, du Théâtre, MJC en perdition, stade des Merlettes à l'abandon, construction d'une nouvelle Place du Marché baptisée Grouchko "c'est moi qui l'ai fait" plombant un peu plus nos finances, départs en masse des classes moyenne avec enfants, parc princesse et ses nombreuses "emmerdes" à venir, disparition des commerçants remplacés par des agences immobilières... Nous serons plus endettés qu'hier avec en supplément : "RIEN", les seules activités seront les messes d'enterrement... Et attention, pour finir en beauté, nous vivrons dans un régime de terreur où nos élus bien engraissés nous enverrons couper les pelouses avec des ciseaux

      Supprimer
    4. On parle dans les journaux du problème du Conservatoire. Pourquoi, Mme Politis qui montre son incompétence ne démissionne-t-elle pas ? Avec votre plume, pouvez-vous l'aider à rédiger sa lettre Mr Phénix ?

      Supprimer
  5. Donc si on vous écoute, vous avancez que conservatoire et théâtre sont des organismes publics: ça bouffe du pognon.
    USV et MJC sont quasi des organismes privés (auto-financement à 90%) et ça marche. Faut mettre la mairie au régime USV, ça nous coûtera moins cher

    RépondreSupprimer
  6. La mairie va couper les vivres au Théâtre pour le reprendre en régie et le contrôler voire le supprimer. Plassard a reçu l'ordre de se faire sous peine d'être viré. Corneeilles, BTS et l'ex exigent la mainmise sur la culture et les associations. Et une opposition à la vacuité impressionnante, sans idées ni projets, au service de l'équipe aux commandes. Bien joué NO !

    RépondreSupprimer
  7. A l'anonyme de 07:58, l'enseignement artistique (musique, danse, art dramatique) est un service public s'il correspond au cursus national (ce qui peut permettre en cycle 3 une formation professionnelle) qui ne peut s'effectuer que dans un conservatoire, établissement public dépendant de la mairie (ou du département ou de la région selon les cas). Soit on en a un, et il faut dépenser les sous nécessaires pour que ça fonctionne, soit on décide de s'en passer. la mairie a l'air de vouloir partir sur la seconde option à terme. Les cours de musique dispensé dans une MJC ne permettent pas d'obtenir les diplômes valables au niveau national, sauf à passer ces diplômes en candidat libre dans une structure publique.

    Cela dépend aussi de la place que l'on souhaite accorder à l'art, à la culture et à leur enseignement, et donc à l'enseignement du "beau" au sens le plus philosophique du terme pour les enfants des familles du Vésinet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La solution est departementale

      Supprimer
  8. CULTURE : PARLONS CULTURE ! CELLE qui " ne fout pas le camps ",puisque celle des celle des GENS CULTIVÉS!
    Il existe au Vésinet un club culturel : "Le Cercle de Réflexion de la Boucle " dont le siège est au 1 av des Pages au CIAV qui dépend de la commune.
    L'anonyme du 22mars 2016 23:17 a eu une excellente initiative de mettre Phénix au défi " de ne pas évacuer la question" ( la sienne) .Phénix a répondu a l'appel ! . Je pense que ce même Anonyme ne fera aucune objection à ce que Phénix nous donne des infos "sur le Cercle de Réflexion de la Boucle". Qui en est le Président ou la Présidente, quel est le montant des subventions accordées par la mairie à cette association ......Les subventions passent-elles a travers un goutte à goutte ,comme pour certaines?
    Le Théâtre est ouvert à tous ! Le cercle culturel l'est à qui??? Puisque Mr le Maire a supprimé le grand déballage de la brocante de la Princesse, Phénix pourrait nous faire un grand déballage sur son blog ! Quartier de la Princesse la brocante était ouverte à tous , ce n'est pas le cas du local de bridge de la Princesse ! C'est comme pour le Théâtre et le cercle de réflexion de la Boucle , il y a la sélection des triés sur le volet
    Sur le fronton de la mairie il y a ; LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ !?

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles sont aussi d'une arrogance incroyable. Venez au CM de jeudi vous ne serez pas déçus

      Supprimer
    2. Deuxième avertissement : La diffamation publique est définie par la loi sur le Liberté de la Presse du 29 juillet 1881 en son article 29 alinéa 1 :
      CHAPITRE IV : des crimes et délits commis par la voie de la presse ou par tout autre moyen de publication. Paragraphe 3 : Délits contre les personnes. Article 29 Al. 1er : "Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation.
      La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés."
      Ainsi, les éléments constitutifs de la diffamation sont : L’allégation d’un fait précis ; La mise en cause d’une personne déterminée qui, même si elle n’est pas expressément nommée, PEUT ETRE CLAIREMENT IDENTIFIEE ; Une atteinte à l’honneur ou à la considération ; Le caractère public de la diffamation.

      Supprimer
  10. Le cercle de réflexion de la Boucle a été crée sous Foy par Mme Grouchko mère, elle
    Était maire-adjoint au social à cette époque.Ce cercle était réservé à la soi-disant
    élite !On voit aujourd'hui le résultat, c'est la Bérésina !

    RépondreSupprimer
  11. Y a t-il au Vésinet d'autres associations (subventionnées) ouvertes qu'a l'élite. Serions nous dépendant de ceux ou celles qui se prennent pour L'ÉLITE des ÉLITES ?

    RépondreSupprimer
  12. J'ai relevé dans les Synonymes d'élite: Gratin, fine fleur, crème de la crème ! Effectivement ce n'est pas tout le monde, ce n'est pas n'importe qui, qui peut prétendre faire partie de l'élite !

    RépondreSupprimer
  13. ELITE :" Groupe minoritaire ayant dans la société , une place éminente due à certaines qualités valorisées socialement"!
    Au Vésinet qui peut désigner LES ELITES , si ce n'est un(e) ELITE en Chef !

    RépondreSupprimer