30 mai 2016

La Cane déchaînée

La tribune signée Sophie Willemin égaye l’édition de l’été 2016 de la revue municipale par sa verve cannoise. Pas sûr qu’elle incite beaucoup de vésigondins à rejoindre les « indépendants engagés » de son mouvement. 

En tant qu’élue la raison d’être d’un mandat est de représenter ses électeurs, pas de plagier un blogueur en maniant la philippique pour mettre de son coté les rieurs. Même si le talent ne lui manque pas, dans le style du "Canard", madame Willemin est à contre emploi.

Rien n’interdit de passer de l’autre coté du miroir, de créer un organe de contestation de l’action municipale. Sera-ce plus utile que d’œuvrer de l’intérieur en respectant les us de la politique locale ? Peu importe la réponse, la certitude du signataire de ce billet est qu’investie d’une mission de représentation on ne saurait se moquer des électeurs.
 
Tourner en ridicule ses collègues a un coût : une perte de crédibilité qui exclut d’être écoutée, sans même parler d’être entendue.

Le Canard n’a pas vocation à proposer une solution pour sortir de la crise où Hollande a plongé le pays. Pas plus que Phénix ne prétend élaborer une meilleure politique culturelle que celle offerte par madame la Corneille. A chacun son job !

La surenchère à laquelle la Cane vésigondine se condamne est suicidaire. En rajouter une couche à chaque occasion, à chaque conseil, à chaque parution, est un défi sisyphéen. La transgression est une réponse qui ne peut tenir lieu de projet. Or à ce jour tous ignorent ce qu’a concocté madame Willemin pour le mieux être des vésigondins.

Même pour les meilleurs le festival de Cannes n’est souvent qu’un feu de paille … 






9 commentaires:

  1. NO à la génophobie30 mai 2016 à 21:58

    Quel humour, au moins quelqu'un qui sait mettre de la légèreté, prendre de la hauteur vis à vis de la gravité de la situation du Vésinet et tourner en dérision toutes les promesses de campagne et le quotidien vésigondin.
    Je ne suis pas d'accord avec l'auteur de ce billet (Phénix qui écrirait à la troisième personne ?),c'est Madame Villemin qui a pu mettre un peu d'humour dans l'affaire du conservatoire en s'adressant à C. POLITIS (je ne savais pas qu'au conservatoire on jouait du pipeau)et qui a soulevé le lièvre des 500 000 euros.
    je ne peux dire que bravo à cette élue qui sait affronter les cadors retors de la municipalité mais hélas elle ne peux pas porter le ti'shirt NO à la génophobie..il y en a qui risqueraient de le prendre au premier degré et de bomber le torse.

    RépondreSupprimer
  2. Nul besoin de rentrer dans le débat proposé par Phénix. Après tout, les conseillers pourraient très bien eux aussi jouer de l'humour et de la dérision.
    Non, le problème est ailleurs. À empiler des dizaines de titres, ça devient vraiment lourdingue cette tribune.
    Et quand on se risque sur ce terrain, on fait gaffe à son niveau de français. On essaie de se relire. La phrase "comme tous critiques qui passeront" est une perle digne d'une tribune de Gripoix.
    Je crains que cette tribune ne soit que le miroir de la conseillère.
    Pour devenir Phénix il faut savoir écrire et avoir de la culture.
    Je n'ai vu aucune trace de ces 2 qualités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais les conseillers jouent avec humour et dérision.
      Regardez en page 12 de la revue. M. Carour publie deux graphiques sur une période 2010-2016, un concernant les dotations globales de fonctionnement perçues de l'Etat et le suivant à propos de l'autofinancement. Si vous regardez les graphiques, la chute des dotations est vertigineuse par contre l'autofinancement est stable. Observez maintenant les chiffres. Les grandeurs sont les mêmes. En effet, les deux paramètres fondent de 4,5 millions à 3,0 millions, mais l'interprétation est différente. Il pleure sur les dotations et se félicite sur l'autofinancement !!!!!!
      M. Carour est-il sérieux ? M. Carour joue-t-il avec les chiffres ? Ou tout simplement M. Carour ment aux Vésigondins car produire de tels graphiques c'est de la pure désinformation

      M. Carour

      Supprimer
    2. La critique n'est-elle pas la puissance des impuissants ?

      Supprimer
    3. Votre message n'est-il pas une critique de la tribune de Mme Villemin ?

      Supprimer
    4. Le canard passe son temps à éviter les plombs des chasseurs alors la critique n'est que de l'eau qui glisse sur ses plumes !

      Supprimer
  3. C'est la seule qui s'oppose à l'équipe de Mr No. Lors du dernier conseil, elle a essayé d'avoir des réponses, mais le maire se tait et ses groupies coassent. Elle détonne peut-être étonnera-t-elle ?

    RépondreSupprimer
  4. Se taire c'est de la lâcheté! Parler c'est quoi : un manque de lâcheté !? Il est plus facile de se taire que de donner des explications qu'on serait en droit de donner en tant que représentant en principe de tous les Vésigondins ! Mais laissons tomber le principe et continuons à faire comme si.

    RépondreSupprimer
  5. Bravo Sophie, continuez à nous défendre avec les armes de votre choix !

    RépondreSupprimer