9 juin 2016

La troïka

De récents développements, et quelques indiscrétions paraissent confirmer que le Château est sous le contrôle de trois commanditaires. De facto trois associés et eux seuls gèrent le Vésinet. Comme la population exige de connaître le nom du maire, No assure la gérance. Ils pourraient organiser une tournante, ça ne changerait rien à l’affaire.

La réalité du pouvoir au Château se confond avec un triumvirat, sorte de Consulat, composé par ordre alphabétique du sapiteur - le surintendant aux finances, de monsieur No, et de monsieur le frère. Aux autres adjoints la figuration, ils sont associés mais pas gérant, même dans leurs domaines subalternes. Quant au fretin, il est ignoré et déserte les commissions.

La "jeune" adjointe aux crèches s’est ainsi fait imposer des décisions que dans sa vie antérieure elle n’aurait jamais porté (fermeture de la crèche familiale). La manager de ville a été révoquée sine die contre l’avais de son référent, quant à la Culture les coups de hache sont donnés quand la Corneille s’absente. Les persifleurs prétendent que c’est l’inverse. L’adjointe à la ligne 19 a été priée de céder la place à l’anesthésiste maison, semant l'effroi à Montesson. 

Ce système a beaucoup d’avantages. Il concentre le pouvoir sur les sachants et il évite de perdre du temps à réduire les réticences d’incompétents. Une fois les têtes coupées, les acéphales votent comme des Pavlov. Une belle unanimité dont la troïka peut se vanter. Un sous-off marmonne les ordres aux exécutants guéris de toute velléité de réflexion sous peine d’exécution. 

C’est efficace. C’est professionnel et ça marche. Comme une bernache à laquelle on a coupé la tête continue à avancer.

Si aucun Napoléon ne semble percer sous les Bonaparte de ce triumvirat, la glu qui les soude est à dissolution rapide. L’attelage fut circonstanciel et les tensions centrifuges menacent la cohésion du directoire (voir photo). Entre l’anti-Danton des finances, le bridgeur fils spirituel de Mac Mahon, et l’Ermite égaré en politique l’affectio-societatis est réduit au minimum : le mépris des homo-simplex et des laborieux BTS. 

Le ciment résistera-t-il à l’épreuve du temps ?

Beaucoup dans le fretin ne parierait pas leurs maigres émoluments sur la pérennité de ce triumvirat. Certains vont jusqu’à avancer qu’au sein du directoire il y aurait un Brutus prêt à faire la peau de son César.

Un faux Danton ?

7 commentaires:

  1. La question qu'on se pose: quel plaisir cela leur rapporte t il de gérer la mairie de cette façon ?
    Leur seule référence dans la vie c'est l'argent. C'est leur unique objectif personnel mais aussi l'echelle de valeur avec laquelle ils classent les gens.
    Ils ont gagné beaucoup d'argent dans leur job, tant mieux pour eux.
    Qu'ils continuent à le faire et ... qu'ils quittent la mairie !

    RépondreSupprimer
  2. Si on peut employer le nom, la Troïka, pour un attelage tiré par 3 chevaux ou triumvirat (alliance de 3 personnalités), elle peut aussi désigner entre autre un type de manège.
    Et avec cette équipe au pouvoir, nous avons droit tous les jours, depuis 3 ans, à notre Troïka locale au 22 Boulevard Carnot. Une troïka qui offre gratuitement des tours de manège aux vésigondins ! Aucun ne peut ou ne pourra prétendre par la suite à la Mairie. Aucun ni même Brutus. La révolution, il fallait la faire avant.

    RépondreSupprimer
  3. Alain Le Vésinet 1917/19519 juin 2016 à 22:00

    La tentation d'être un chef juste et humain est naturelle dans un homme instruit ; mais il faut savoir que le pouvoir change profondément celui qui l'exerce...
    Emile Chartier, dit ALAIN - 1868-1951 - Souvenirs de guerre - Les Passions et la Sagesse
    Vécut au Vésinet de 1917 à sa mort en 1951

    RépondreSupprimer
  4. Pour le cas GB : " Être un chef" (lui) dans un régiment de chefs (le triumvirat ) OUI ! " Être humain" NO. Il regarde les petits , les sans dents avec mépris, de toute sa hauteur ( sa taille) ! Il est de ceux qui se retourne pour se regarder passer!
    ...............................................................................................................
    offrons lui donc "Souvenirs de guerre" (ou gueguerre au Vésinet )-" Les Passions et la sagesse" (oubliée) d' ALAIN

    RépondreSupprimer
  5. Merci Phénix pour l'analyse de gouvernance.
    Si tél est le fonctionnement municipal, comment se fait-il que les élus ne réagissent pas ? Soit ils ne se rendent pas compte...Soit ils veulent continuer à percevoir la "paie".
    Pas glorieux tout cela !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les élus n'ont aucun courage. Ils sont tellement fiers d’agrafer leur insigne sur la poitrine dès la moindre manifestation publique. Majorité ou Opposition rien ne change. Pourquoi voudriez vous qu'ils réagissent ? Grouchko le sait bien; en grand connaisseur de la nature humaine et de ses travers. Il laissera son nom sur la plaque de marbre dans le hall de la mairie comme les 3 clowns avant lui. Sa seule fierté c'est d'avoir tenu plus longtemps que DJ et PdC. Mais pas sûr qu'il tienne 4 ans comme Varèse ..........

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord. Ces élus ne marchent pas pour leur Ville (ils ne savent même pas ce que cela veut dire) mais pour leur Dieu No, leurs émoluments, leur Aura. Tout est dit. Ils sont pitoyables et je ne voudrais pas être à leur place, car j'aurai honte de ce qui se passe au Château, sous leur responsabilité et donc leur accord. En effet, ils ont été élus pour préserver Le Vésinet et laissent faire tout le contraire, par manque de courage ou intérêt. Bravo à toutes et tous. Vous pourrez être fiers de ce que va devenir notre VILLE.

      Supprimer