16 juin 2016

Martine et les crèches

Quel chef d’entreprise confronté à une brutale baisse d’activité n’a pas connu le désarroi de la réduction d’emplois. Certainement pas No ! Il sait combien ce qui est difficile pour le dirigeant est plus douloureux encore pour le salarié. Réduire les effectifs d’aujourd’hui pour sauver ceux de demain : la rhétorique est rodée et No la maîtrise mieux que beaucoup autour de la table du Conseil. 

Néanmoins c’est Martine, sorte d’El Komhry sortie d’un chapeau à la faveur de l’expatriation de madame Auvray qui proposera au vote des conseillers le licenciement des 3 assistantes maternelles de la crèche familiale (conformément à ce que blog avait pré annoncé). Première au Vésinet depuis qu’il existe des archives municipales la mairie licencie sec !

Chacun sait que les vocations tardives ont tendance à mettre les bouchées double et Martine récente convertie à l’économie de marché semble être prise d’une fringale d’ogresse …

Sa tâche ne pouvait pas être agréable, et aurait pu tout au plus être pénible. C’était sans compter sur la rédaction par les BTS du staff de No des attendus de la délibération. Dont nul n’imputera à madame Martine la rédaction …  Mais le BTS dégoulinant de bonnes intentions va transformer en enfer ce qui ne devait être qu’une station de chemin de croix.

Cette crèche familiale qu’il faut impérativement fermer et donc licencier, c’est selon la version donnée par la mairie  dans la délib pour « privilégier l’accès aux crèches collectives » dont un précédent billet a établi que leur offre cumulée avait fondu de plusieurs dizaines de berceaux en deux ans !

Alors on aimerait comprendre pourquoi si l’on doit donner la priorité aux crèches collectives il faut les fermer et réduire le nombre de berceaux. Si on veut supprimer l’offre alternative de crèche à domicile (crèche familiale) pourquoi ne pas transférer les 3 agents sur les collectives ?

Réponse entendue chez des conseillers de la majorité : "en fait la ville veut continuer à réduire le nombre de crèches collectives".

Alors pourquoi raconter le contraire dans la délibération. Ou si cette version alléguée est fausse pourquoi maintenir les licenciements ? Mme Martine serait bienvenue d’améliorer la rhétorique qu’elle a servi au précédent Conseil, sauf à voler la vedette à Myriam .. 







13 commentaires:

  1. Je sais tout Phenix a-t-il envisagé qu'il était plus intéressant pour les intéressés d'être licenciées (prime de licenciement...) et de continuer l'activité chez elles que d'accepter un poste dans une crèche de la ville ?
    Evidemment cette hypothèse ne permet pas de baver sur les pourris qui nous dirigent, ou sur les patrons comme le CGTiste de base.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le porte parole de la mairie devrait lire avant de commenter. Ce billet critique l'incohérence de la justification donnée pour justifier ces 3 licenciements et l'illisibilité de la politique du maire vis à vis des crèches. Il existe des situations oû le licenciement se justifie, certainement pas s'il s'agit de faire bénéficier les salariés d'indemnités détournés de leurs objectifs comme l'écrit le porte plume du Château

      Supprimer
    2. De toutes façons, cette malheureuse anecdote prouve à nouveau avec beaucoup de violence que Grouchko a une totale absence de vision. C'est un petit comptable gestionnaire qui arbitre entre "la réfection du trottoir d'une rue" et "un coup de peinture dans les écoles"
      Dès qu'il s'agit d'avoir une stratégie et une vision sur les problèmes des citoyens, la garde de leurs enfants, l'accès à la culture ou leur bien-être dans les rues traversées par la ligne 19 ... Il n'y a plus personne: No est nu !

      Supprimer
    3. sans doute une vision cosmique ?

      Supprimer
  2. à anonyme de 8h00 : 3 licenciements = anecdote !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Lorsque l'on demande à des élus de la majorité ce qu'ils pensent de ces licenciements : ils approuvent et semble-t-il à l'unanimité d'après les dires d'une Adjointe qui se rendait à pied à la Mairie ce matin (elle se reconnaitra !). Pour eux, ces 3 personnes ont tout à gagner en quittant leur poste. Aberrant d'entendre cela sachant que dans toute profession libérale on ne peut jamais garantir un salaire mensuel fixe, tout est aléatoire et administrativement plus compliqué. Etre assistante maternelle employée par une ville permet de se libérer de nombreuses contraintes et préoccupations, procure une paye assurée et un travail constant ce qui n'est pas le cas en se mettant à son propre compte. Pour résumer : tout ce que ces élus inventent pour se donner bonne conscience et éviter de se faire lyncher, ne tient pas la route. Ce qui se passe dans notre ville avec cette équipe d'incompétent est le début d'un grand chaos qui ne sera malheureusement pas une anecdote mais une réalité.

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est pas El Komhry c'est Mamie NOva, la cuisinière du grand méchant loup ! Juste bonne pour les yaourts.

    RépondreSupprimer
  5. C'est curieux comme chaque commentaire qui critique les articles ou ne rentre pas dans le dénigrement de la mairie devient un "porte parole de la mairie".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est curieux votre commentaire de faux-derche. Vous prenez vraiment Phénix pour une buse. J'ai été élu et la lecture du blog quand on est en charge des dossiers donne beaucoup d'indications.
      Des réponses quasi immédiates dès la parution d'articles n'emanent que de gens au courant des dossiers.
      Ce qu'ils écrivent trahit leur signature. Je l'ai vérifié 100 fois.
      Bien essayé quand même ta diversion mon pote 😉

      Supprimer
  6. c'est normal il n'y a plus que la mairie qui se soutient... et encore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra bien noter les votants pour le licenciement: une première au Vésinet et diffuser.Ils vont avoir la gloire pour eux.

      Supprimer
  7. Le shéma est simple :
    On vous licencie pour votre bien...indemnité...inscription à Pôle Emploi... Prise en charge par l'Etat ... Et pourquoi pas travail au noir...
    À ton pensé au reclassement dans les communes riveraines ?
    À ton pensé à réduire les indemnités des élus pour contribuer à l'équilibre.

    Où est la morale dans cette façon de faire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A votre réponse elle ont été licencié comme ça on leur a proposer un poste en tant qu'atsem en école maternelle à 1200€ environ en cdd( donc au bout d'1 an il peuvent les mettre à la porte sans leur indemnisation de licenciement, plus rentable pour eux mais je vous rassure elles onte refusées!!)
      Les communes voisines pour la plupart n'en n'ont plus malheureusement
      Il n'y a pas de moral et en plus ils ont été inhumain envers leur personnel mais ça ils s'en foutent.
      Ça va devenir une ville morte mais ça va ramener la drogue et les racailles à l'avenir
      Bon courage pour les riverains.

      Supprimer