5 septembre 2016

Ibis : La mort des cygnes, la faute aux Shadocks ?

 Le plan canicule activé par la ville a laissé froid les cygnes des Ibis. Le Parisien se fait l’écho de la mort de deux d’entre eux en début de weekend. La cause est entendue. La chaleur déclenche une prolifération de bactéries dont la concentration s’élève avec la baisse du niveau par évaporation de l'eau des lacs. Ce phénomène conduit à une intoxication dont les volatiles fragiles sont les victimes.

Tout est dit, ou presque car la Lyonnaise est directement visée puisque sollicitée selon le palmipède francilien pour réalimenter les lacs. Donc ce serait le rôle de la Lyonnaise de surveiller les niveaux d’eaux et de réaliser les analyses bactériologiques nécessaires en cas d’incident.
 
Cette version est en contradiction avec les accords négociés avec la multinationale de l’eau. La ville est propriétaire des lacs et rivières et responsable du pilotage de leur alimentation. A cet effet une boite de surveillance permet aux techniciens municipaux de suivre les niveaux et d’injecter de l’eau à partir d’un forage payé à prix d’or pour pallier les éventuelles carences du fournisseur.

Cette eau en provenance d’une nappe située à 80 mètres de profondeur est fraiche et aurait du être envoyée pour compenser le phénomène d’évaporation et rafraichir les lacs.

Pourquoi les Shadocks municipaux n’ont-ils pas pompé dans la nappe ? Étaient-ils victimes eux aussi d’une surchauffe. Y avait-il  conflit avec des gIbis dépendants d’autres services ? Une enquête confiée à la police des polices du château devrait bientôt tirer au clair cette triste affaire qui place le mandat sous un mauvais signe. 
 

photo crédit yiquan78.org/photos20.htm

8 commentaires:

  1. Il aura fallu une "hécatombe" dixit le Parisien, pour se pencher ENFIN sur ces cours d'eau dégoûtants. L'année dernière, les colverts crevaient déjà les uns après les autres. Cette année s'y ajoutent les petites starlettes des lacs, alors bien sûr, ce n'est plus pareil...

    Peut-être y verra-t-on l'occasion de nettoyer toute cette tourbe puante accumulée depuis trop longtemps ?

    RépondreSupprimer
  2. Ne vous inquiétez pas, Maurice Elkael, Maire Adjoint à l'environnement, fera deux signes au "Parisien" et aux Vésigondins pour les endormir à nouveau et étouffer l'affaire ! Mais est-ce qu'il y en a un dans cette équipe qui est compétent ? C'est No.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on pense à la pullulation des oies bernaches qui conchient sur les pelouses(animal catégorisé nuisible et donc qu'il faut tenter d'éradiquer) il y a de quoi s'étonner .
      Le cygne se meurt , l'oie bernache prolifère,
      Le réchauffement climatique serait il la cause de cette invasion et de cette mortalité?

      Supprimer
  3. Non seulement les bernaches du Canada prolifèrent en toute liberté tout en mettant à mal les pelouses des Ibis (du fait de leurs déjections mais aussi parce qu'elle mangent la pelouse -ou plutôt l'arrachent-), mais les canards colvert et les cygnes disparaissent les uns après les autres !
    Cette année, un couple de cygne noir a donné naissance à un seul petit. Pas de quoi renouveler l'espèce.
    Avez-vous fait un tour du côté de l'avenue de la prise d'eau ? Le lac se trouvant à cet endroit est littéralement ENVAHI par une sorte de mousse qui prolifère à la surface et tue les canards ! J'y suis passée en août dernier et j'ai pu constater la présence de cadavres de colverts dans l'eau... De même, j'avais observé la présence d'un couple de poules d'eau ayant eu cinq petits. Revenue sur les lieux deux semaines plus tard, il ne restait plus que deux petits en vie.
    Alors au lieu de réintroduire de belles espèces d'oiseaux, on nous colle les bernaches (déclarées comme nuisibles) et une groupe de six grandes oies grises... Parce qu'elles sont plus résistantes que les autres oiseaux ? Quelle tristesse... Que deviennent les Ibis...?

    RépondreSupprimer
  4. Au lieu d'aller faire des canards au conservatoire, ils auraient mieux fait de s'occuper des leurs aux Ibis et sur les rivières !

    RépondreSupprimer
  5. Je suis vésigondin. En semaine, je passe matin et soir à côté du lac des Ibis. Ce soir la population animale était effectivement dramatiquement faible.
    Je pense en particulier aux cygnes noires dont je n'ai vu que les 2 parents. Le grand enfant (né cet hiver), absent depuis 2-3 jours, et les 4 bébés sont-ils décédés et/ou pris en charge pour soins (comme pour d'autres cygnes) ?

    A mon sens, ces animaux ne sont pas assez considérés.
    Oui, ils étaient nombreux et de ce fait la propreté des abords du lac s'en ressentait. Mais les animaux faisaient et, pour les rescapés, font partie du cadre du Vésinet et, comme tout animal, ils méritaient que l'on s'occupe mieux d'eux. Ce qui est arrivé est scandaleux et mérite des réponses.
    Et si cette bactérie est bien la cause, que le traitement de l'eau relève d'une compagnie n'empêche en rien de contrôler que cette dernière a bien fait son travail, spécialement dans les périodes de chaleur.

    Je préfère amplement que l'argent de la commune soit affecté au bien-être de ces animaux et à l'entretien du lac des Ibis, plutôt qu'à des événements dont je n'ai que faire.

    Bizarrement le site de la commune n'affiche à ce jour aucune information dans les actualités sur le sujet qui remonte maintenant à une semaine... Notamment pour prévenir du potentiel danger les promeneurs qui pourraient amener leur chien.
    Alors échangeons sur le sujet ici : combien y avait-il de canards, d'oies et de cygnes ? combien de morts ? combien de pris en charge pour soins ?

    RépondreSupprimer
  6. La responsabilité de la ville parait engagée dans cette hécatombe. Défaut de surveillance, manque de personnel, ou inadaptation des procédures : le résultat ne peut être attribué à la Lyonnaise mais à ceux qui se sont fait élire pour la sauvegarde du Vésinet.

    Les arbres récemment plantés par la Fondation ont aussi beaucoup souffert d'un défaut dans l'apport d'eau ... le nombre de sujets disparus est connu des seules autorités.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La municipalité n'a-t-elle pas des obligations vis-à-vis de ces animaux ?

      Ces animaux, nombreux, avaient faim. Les oies s'eloignaient de plus en plus du lac pour se nourrir (traversant la route pour rejoindre les pelouses). Et pourtant il est interdit de les nourrir.
      Le nid des cygnes noirs qui contient encore le dernier oeuf qui n'aboutira pas.
      Et maintenant l'hécatombe, pas qu'aux Ibis. L'intervention des pompiers, d'un vétérinaire qui a dû euthanasier des animaux, l'aide d'une association du 77 pour des cygnes blancs.

      Une belle réussite pour la sauvegarde du Vésinet...
      Et à côté de cela, on fait de l'événementiel...
      Une gestion qui me semble scandaleuse !

      Comment forcer des autorités, a priori responsable de cette hécatombe, à communiquer dessus...

      Supprimer