30 septembre 2016

Le beauf et la bru : histoire d’une trahison

Son nom est comme sorti d’un chapeau. Nul ne s’attendait à ce que le beauf émerge de l’anonymat. Les conseillers restèrent comme deux ronds de flanc. Même No ne les avait pas prévenus.

Alors qu’on s’acheminait doucement vers un retrait de la candidature de Stan Chesnais au profit du Sphinx devenant candidat unique de l’opposition, No fit sensation en annonçant que la liste du démissionnaire présentait un postulant en la personne de son beauf  ! Népotisme quand tu nous tiens …

Inconnu au bataillon, sans l’ombre d’une expérience dans les domaines de compétence de la communauté d’agglo, le sieur Bonnin prétendait y représenter le Vésinet ! De fait il n’avait aucune chance puisque sa candidature ruinait le mince espoir de voir No laisser à l’opposition le siège vacant. Avec 3 candidats le maire n’avait aucune raison de favoriser l’un plutôt que l’autre. Jean-François La Science - candidat officiel - était dès lors élu, même à la majorité relative.

Les jeux étaient pourtant faits avant la séance du conseil, la bru et chef par intérim de la liste avait été sollicitée pour ne pas s’opposer à la candidature unique d’André Michel. Courtoise réponse du berger à la bergère ou renvoi d’ascenseur, c’est selon. Puisque le fils de Personne n’avait obtenu son siège en 2015 que grâce aux voix de la gauche.  De même Stan s’était-il engagé à se retirer au cas où Michel avait ses chances.

La trahison de la bru est d’autant plus stupide qu’elle n’a rien glané en échange, pas même l’espoir d’un strapontin, mais l’image de sectarisme va lui coller à la peau. Après avoir trahi Jo elle rempile avec le Sphinx.

Quant au beauf, alias docteur Round Up, il s’est fait remarqué par une bouffonnerie en début de mandat. S’opposant au transfert des ruches et de leurs abeilles à proximité du cimetière municipal par crainte que ça ne leur donne un coup au moral.

Normal que le blog en fasse tout son miel.

6 commentaires:

  1. Les "Gattaziens" n'ont aucune parole : Pouvoir-pouvoir quand tu nous tiens ! On serre la main par devant et on enfonce le couteau le dos tourné. Ils peuvent critiquer le Maire, ils viennent à présent de perdre leur crédibilité et montrer aux yeux du public leurs vrais visages. Michel l'aura compris à ses dépens tout comme Chesnais trahi par son propre clan... C'est pas jolie, jolie tout cela.

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, quel manque de sens politique ! Je demande à Madame Gattaz, à Monsieur Bonin de laisser leur
    Place à ceux de leur liste qui ont intérêt pour leur commune et qui auraient le courage de s'opposer au maire
    Et sa clique , qui soutiendraient le personnel méprisé et démotivé ,en un mot qui tiendraient leur engagement
    D'élus !

    RépondreSupprimer
  3. Vous savez, Marie-Aude, avec son inaction permanente, son opposition stérile, ses trahisons permanentes mais qu'elle croit stratégiques, son manque de charisme et de sens politique, elle a grillé son avenir politique au Vésinet.
    Pourtant, elle avait sous la main au moins un coach qui aurait pu lui apprendre ce que c'est de gagner le pouvoir.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai du mal à croire que Gattaz,Bonnin,Prevot-huile avec la nouvelle César aient pu avoir une attitude aussi sectaire, sacrifiant les intérêts de la ville alors que Michel avait fait élire Bastard. Quelle honte! Phénix,j'aimerais bien avoir la version de Michel.

    RépondreSupprimer
  5. Jo Furax a fait une excellente description de cette personne. Elle n'en est pas à sa première trahison ni à sa dernière. Chesnais est un homme ouvert qui aurait laissé sa place pour Michel et cela pour le bien de notre ville. Même si Michel est de gauche, on ne peut pas lui retirer le fait que c'est le seul dans l'opposition qui a de l'expérience dans la Communauté d'agglomération et qui aurait pu dire des choses intelligentes parce qu'il travaille ses dossiers contrairement aux autres. Quand on est incapable de regarder plus loin que le bout de son nez, que l'on est aussi sectaire, si peu courageux et autant individualiste alors on ne vient pas se prétendre être au service de ses concitoyens. Si Grouchko ne passe pas aux prochaines élections, espérons que les "Gattasiens" avec sans doute le retour de Bastard et dont la liste comporte le célèbre Comte de... qui a régné du temps de Varése et de Bastard resteront eux aussi sur le banc de touche car dans le cas contraire ce ne sera pas mieux pour le bien et l'avenir de notre ville.

    RépondreSupprimer
  6. Jésus au soir de la St Michel, celle du Vésinet aurait pu dire :" Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'il font"! Mais les Vésigondins pourront ils pardonner à Gattaz et à Bonnin ?

    RépondreSupprimer