22 janvier 2017

Comme un haro sur un "Rottweiller"

Co-maire et mère de tous leurs maux. Entassés dans cette cave lambrissée, à un vol de buse du château, ils n’auront pas de mots assez durs pour la contractuelle subalterne.

Celle qui leur prête des décisions alors qu’ils ignorent encore tout de la question.

Le blog - éternel défenseur de la veuve et de l’orphelin - ne saurait laisser perpétrer un tel forfait. On ne tire pas sur une ambulance, on ne dégomme pas un lampiste. Responsable, oui ; coupable, non !

Les monsieur Paul sont au château ce que furent les frondeurs de la varésie moribonde débarquant - adjoints et frère de Caïn en tête - au chevet d’un Cosmique grabataire pour exiger - et obtenir - celle de son BTS.

Deux semaines plus tard le Cosmique jetait l’éponge !

Certes la situation est chaotique, mais pas catastrophique. No peut ressusciter à condition de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, si tant est qu’il en ait l’idée …

Faire sauter un fusible ne supprimera pas la question essentielle : No a-t-il l’étoffe du job et la tête de l'emploi ?

Renvoyer dans la nature un lampiste lui donnera-t-il la stature qui lui fait visiblement défaut ? On peut en douter, surtout si l’ulcérée contractuelle, Valérie T. d'infortune, commettait sur le blog un pamphlet :

« Merci pour ces deux ans
»   



4 commentaires:

  1. Article destiné à une micro-minorité. Les autres n'entravent rien.

    RépondreSupprimer
  2. Le "ROttweiller", la plume du Château est-elle virée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rottweiller et son double, chaque fois qu'il y a un coup fourré les deux sont à l'affiche

      Supprimer
  3. A défaut d'avoir "un ange gardien" on peut se mettre sous la protection d'un "rottweiller", Surtout si celui là est à plumes!
    On dit souvent qu'un chien ressemble à son maître ! Ce qui amène à conclure : "tel maître, tel chien" ou "tel chien , tel maître "!
    d'autres prétendent que lorsque le chien aboie la caravane passe! c'est un peu ce qui c'est passé dès l'ouverture d'un certain C M, ou la caravane des élus est passée sans broncher.

    RépondreSupprimer