9 janvier 2017

La fin de l’exception vésigondine ? par Electre Onlibre

Au Vésinet, ces dernières années, nous avons vu disparaître :

Les feux d’artifice,
La patinoire,
Les vide-greniers,
Des places de crèches,
les guichets SNCF
Les cirques,

La sécu
Des petits commerces,
Les conseils de quartier,
Le charme du centre ville,
L’accréditation du conservatoire,
Des formalités administratives de base (cartes d’identité, passeports),
Les gardiens du cimetière,
Des canards,
La liberté d’expression de l’opposition,
Le CIAV,
Des conseils municipaux utiles …


Maintenant, c’est notre théâtre qui est menacé, un endroit où chaque année des spectacles de qualité nous sont proposés par une équipe compétente et dynamique qui met à son programme aussi bien les succès parisiens que des créations de haut niveau.

Mais cette structure a un coût et elle ne correspond pas aux priorités d’une équipe municipale qui sort sa calculette lorsqu’elle entend le mot « culture » et qui, à choisir, préfère payer des avocats plutôt que des artistes.


Les thuriféraires de la Mairie, et il y en a, interviennent sur ce blog pour proclamer à l’envi, que grâce à l’actuelle équipe, « le Vésinet avance » (sic). Malheureusement, comme celle-ci ne daigne pas expliquer ses choix, nous ne savons toujours pas si ce mouvement va nous amener à un avenir radieux, s’il se fait en marche arrière ou si nous fonçons dans le mur.


Ces mêmes admirateurs de l’équipe dirigeante actuelle balayent les objections de ses opposants en les traitant de passéistes, nostalgiques d’une ère révolue.
Pourtant, eux-mêmes sont les tenants d’un mode de pensée dépassé, celui des années 1970 où s’imposaient le tout béton, le management dit rationnel et les décisions prises en secret par des technocrates autoproclamés infaillibles et éloignés des préoccupations de la population.

En 2017, ce qui prime, c’est la quête de sens, le participatif  et le bien commun de la communauté.


Or celle du Vésinet est menacée. 


S’il y aura toujours des gens pour acheter des appartements dans tous ces nouveaux immeubles qui poussent au Vésinet comme champignons après la pluie, que feront-ils quand ils verront que la cité n’offre rien à leurs enfants, qu’il n’y a plus de magasins et que l’offre culturelle est étriquée ?


Nous vivons dans un système démocratique. L’équipe municipale a été élue pour un mandat de 6 ans et elle est légitime pour rester encore 3 ans aux manettes de la ville. Mais comme nous sommes dans un régime démocratique, la même équipe municipale se doit de respecter son programme et le mandat qui lui a été confié.


Si elle décide de changer radicalement ses orientations et que celles-ci altèrent l’identité même de la ville, alors elle doit les valider en consultant la population, soit par référendum, soit en organisant de nouvelles élections.


Comme personne ne veut que le Vésinet devienne à terme une cité-dortoir de luxe, il faut s’inspirer des expérimentations des villes qui ont su recréer du lien avec ses administrés et non appliquer des méthodes qui les divisent et qui impliqueront rapidement la fin de l’exception vésigondine. 



Electre Onlibre 





22 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord sur ce qu'on a vu disparaître, manquent les cygnes de Princesse. Quelle différence entre Le Vésinet et d'autres villes résidentielles demain ? Quel est le projet, la vision à 5 ou 10 ans de l'équipe actuelle ? Une vision comptable, une politique de gribouille, une approche minimaliste : on fait pour faire, pas grave si c'est moche. Alors oui les pelouses sont tondues et les banquettes anglaises refaites. Pour le reste... Le béton envahit la ville, le quartier Princesse est transformé en secteur HLM avec des commerces en berne. Un espace public envahi par les voitures et une place du Marché sinistre. On y met quoi en dessous ? La bibliothèque, la MJC, le CIAV ?... Mais on nous objecte que normaliser et sécuriser l'accès coûterait des millions. Et le château des Merlettes, il sert à quoi ? Tout çà dans la plus totale opacité, pas d'infos, aucun respect des personnes. Notre ville est devenue une cité-dortoir de luxe, comment le nier ? Mais pour les autres, les "vrais gens", mais aussi les plus jeunes, quelles animations, sorties, bars ? Le résidentiel interdit-il la vie ? Electre Onlibre, on veut bien vous suivre, dévoilez-vous ! Notre ville ne mérite pas de péricliter ainsi. Ni de perdre son Théâtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I est important que les lecteurs de ce blog reviennent sur le billet du 8 janvier et lisent un commentaire d'Emmanuel Plassard posté le 9 janvier à 19h26.
      Je viens de le découvrir et souhaiterais que d'autres puissent le faire.
      Sans commentaire de ma part.
      Une fervente abonnée de ce théâtre.

      Supprimer
  2. Cher Electre,
    Votre analyse est juste, vos attentes sont partagées mais votre vision de la démocratie moderne est malheureusement erronée.
    Le Maire se fiche totalement de ce que pensent et peuvent vouloir les Vésigondins.
    Il est élu, c’est lui le Chef, le Despote, le Dictateur, l’autocrate, bref …le seul après Dieu (et encore faudrait-il qu’il ait une croyance en Dieu).
    Notre système politique est organisé de telle manière qu’un Maire a tout pouvoir, ne fait l’objet de quasiment aucun contrôle et peut donc conduire à toute vitesse sa ville dans le mur sans avoir de compte à rendre à quiconque.
    Voilà notre démocratie moderne et une des raisons qui ont conduit notre ville à la catastrophe (longue histoire de notre patinoire où Foy et Varèse ont une responsabilité écrasante).
    Aujourd’hui, notre Maire, comme trois de ses prédécesseurs, détruit tout ce qui existe. Pour quelle raison ? Nul ne le sait, sauf lui.
    La cause n’est pas dans les finances de la ville. Celles-ci se sont considérablement améliorées et continueront à prospérer puisque successivement bon nombre de biens immobiliers appartenant à la ville sont vendus. D’autres restent à vendre et devraient être mis en vente prioritairement. Mais, quand il faut du courage pour aller au bout d’une logique de vente, c’est curieux, il n’y a plus personne pour décider. On peut même imaginer la mise en vente d’un logement occupé par le BTS, lui qui a su mettre dehors tous les employés occupant des logements appartenant à la ville.
    A l’avenir, les finances de la ville seront même prospères grâce à l’afflux de population nouvelle quartier Princesse.
    Ce qui est dramatique (et non théâtral), c’est qu’en face, il n’y a aucun projet, aucune perspective, aucune initiative qui viendrait alléger la nécessité (les temps sont durs, c’est vrai) de gérer au plus serré les finances et les effectifs.
    Notre Maire, n’est maire que par accident et il nous le fait bien voir depuis trois ans.

    RépondreSupprimer
  3. il y a plus grave . Je cite Michel Onfray:

    Par quoi notre civilisation peut-elle être remplacée ?

    Par ce qui s’avérera plus fort qu’elle et contre quoi elle ne pourra se battre. La démographie, science interdite dans l’espace médiatique contemporain, nous dit que la France blanche et catholique va vers sa disparition. Je ne m’en offusque pas, je ne propose aucune politique réactionnaire pour empêcher la chose, je ne rejoins pas le chœur des pleureuses dont chacun connaît les noms, je constate, comme Michel Foucault annonçait la mort de l’homme dont le visage s’effacerait sur le sable d’une plage couverte par la mer, qu’on peut annoncer dans le même esprit la mort de l’homme européen qui fut jadis majoritairement blanc et judéo-chrétien. C’est ainsi, par-delà le bien et le mal. La démographie témoigne en faveur de l’Afrique, de la Chine, de l’Inde et de l’Asie. La solution à votre question se trouve dans ces pays là…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vite, que des milliers de migrants s'ébattent dans des camps de fortune sur nos pelouses.
      Et puis cela fera office de théâtre vivant.

      Supprimer
  4. Didier Jonemann a choisi ces élus, aurait il eu la liberté, les moyens de gérer la ville différemment ?

    RépondreSupprimer
  5. Tout fout le camp mon pauvre Phénix , c'était mieux avant ma bonne dame.
    Plus rien de bon à attendre des dirigeants d'aujourd'hui (en plus mal élevés), alors qu'avec Alain Jonnemann c'était tellement bien (à part peut être quelques scandales financiers...).
    Au fait, depuis sa construction qui avait investi autant dans le theatre ?
    Ne me dites pas que c'est le maire actuel, tout l'article s'effondre !
    Phénix tu penses à la retraite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voulez-vous dire que Bernard Grouchko a été, est et sera le sauveur du Théâtre du Vésinet et que cette action l'exonère de tous les dégâts qu'il opère actuellement ?
      La thèse est intéressante. Pourriez-vous la développer, SVP ?

      Supprimer
    2. Le petit Piston (65) toujours...10 janvier 2017 à 09:59

      Alain JONNEMAN n'était certes pas un génie de la belle architecture, comme en témoignent les "super" façades du PRISUNIC et du théâtre devenu éponyme depuis. Et l'ancienne patinoire, qui avait inauguré l'art d'imiter le béton avec du marbre de Carrare, n'aura laissé derriére elle qu'un souvenir moyen, plutôt enfumé. MAIS, lui, Alain JONNEMAN, avec son équipe, avait su créer derrière cette façade médiocre l'institution brillante que nous avons connue et aimée, et qui a jusqu'à aujourd'hui été servie par des directeurs amoureux de culture. Cette institution, pas si mal gérée que cela, a donné à notre ville un rayonnement véritablement digne de son histoire. Ce n'est pas le récent ravalement, médiocre lui aussi, qui pourra compenser la mortifère et affligeante absence d'intérêt et d'attention de nos édiles-calculettes. Préférons une culture un peu visionnaire à la culture du tiroir-caisse. C'est TF1, ce n'est pas Le VÉSINET.

      Supprimer
    3. "Petit Piston(65) toujours... "(de Paris), je suis parfaitement votre raisonnement sur la vie du théâtre d'Alain Jonemman jusqu'à Bernard Grouchko ! je partage votre "préférons une culture un peu visionnaire à la culture du tiroir - caisse ". Celui qui fait dring -dring lorsqu'on l'ouvre !!!
      "La fusée à plusieurs étages " vésigondine est sortie de Centrale Lille , elle fait des choses !
      Vous, être sorti de" L'École Centrale des Arts et Manufactures , pour faire simple "de Piston Paris", ne vous dévalorisez pas en vous présentant comme un " petit"! Ce n'est pas la taille qui fait l'Homme mais ce qu'il y a dans la cervelle! Vous raisonnez sainement ou scènement en évoquant le théâtre
      une épouse d'un "Camarade"(62)

      Supprimer
    4. "Petit Piston (65) toujours...." ( de Paris) êtes vous J M ou A N ? Moi je reste l'épouse de PJ.
      À bientôt sur le blog, au théâtre qui j'espère survivra a la pression du Cas G B, ou à l'A G du groupe de St-Germain ?

      Supprimer
  6. Un autre service va disparaître, le Service de Soins à domicile, il est question de le mutualiser avec une
    autre commune voisine, pas étonnant car les élus actuels ne connaissaient pas son existence !
    Que font Grouchko et Godest,ils président le CCAS et vont le brader alors qu'il était depuis des années un
    service reconnu de grande qualité .Anti-social, anti-culture, le Vésinet se meure dirigé par des incompétents
    Et des méprisants .

    RépondreSupprimer
  7. Rajoutez à la liste l'essai de mutualisation tres réussi avec Croissy (oups), anéantissement dpu service nettoiement, du développement durable important pour une Ville Parc, du poste de responsable du centre technique municipal, bâtiment qui d'ailleurs n'a pas été réhabilité et actuellement une honte pour notre Ville, de tous les agents "limogés " forcés à demander leur retraite, pour certains piliers de notre Ville. .. liste non exhaustive qui ne demande qu'à être nourrie. A qui le tour ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sans oublier la gendarmerie, un Commissariat de nuit (le notre ne fonctionne plus que partiellement et le jour), un marché couvert ... un hôtel aux Ibis, des centaines d'arbres abattus par la tempête qui n'ont pas été replantés.

      A la mairie "Monsieur Arbre" a été étêté et aucun remplacement n'est prévu pour conseiller les vésigondins avec leur patrimoine arboré.

      Supprimer
  8. Cher Electre, vous parlez de créer du lien. Et vous avez raison, c'est essentiel. Rassembler, animer, nombreux sont ceux qui le voudraient. Le faire sans la ville ? Impossible. On est alors attaqué de toutes parts, taxé de "collaboration" par les ennemis du château ou critiqué par les bridgeurs envieux... Sans parler de certains édiles reprochant à leurs collègues plus ouverts de "servir la soupe" sans méfiance. Bref, agissez et les critiques pleuvent. Réussissez et vous êtes mort. Dans cette ville, c'est l'état d'esprit qu'il faut changer. Heureusement le temps va s'en charger.

    RépondreSupprimer
  9. Vivement une nouvelle génération!

    RépondreSupprimer
  10. Le temps court.Les dégâts vont être tels qu'on ne s'en relèvera pas avant longtemps? Il faut les stopper.11 suffisent.

    RépondreSupprimer
  11. C'est l'histoire de la cigale et de la fourmi...
    Le temps est venu de nous serrer la ceinture, mondialisation oblige!

    RépondreSupprimer
  12. non c'est l'histoire de la grenouille

    RépondreSupprimer
  13. Pour remettre au goût du jour , le billet du 8 janvier " Théâtre : Scénario Titanic", Pour mettre "mes" points sut les i et "mes" barres au t à l'Anonyme du 8 à 23:12 qui écrit :" Certes No et son adjointe se prennent les pieds dans le tapis, mais la gestion des comptes du théätre n'est pas transparente ...". Je répondrais :
    Si NO ( G) se prend les pieds dans le tapis c'est que le tapis n'a pas été posé bien à plat ! Ce qui peut devenir un casse G pour lui et son adjointe à talons hauts.
    Quant aux comptes du Théâtre , le 9 janvier 19:26 Mr E Plassard , directeur du Théâtre met " lui" le tapis bien à plat . Il invite, donc vous le 23: 12 à aller contrôler sur place les 10ans de comptes . Je vous conseille vivement de d'y aller en amenant un sandwich , car au Théâtre on ne sert pas de petits fours , que de la culture!

    Merci a Phénix pour son commentaire 9 janvier à 20;57 qui a suivi celui de Mr Plassard et a l'Anonyme dont le commentaire a suivi de suite ,celui accusateur du 8 janvier à 23:12 . Ces deux défenseurs du théâtre ont attiré mon attention sur les dires de l'enfonceur du Théâtre qui émet clairement un doute sur l'honnêteté de Mr Plassard depuis 9 ans !(???)
    Un conseil aux accusateurs:" Ne prenez pas pour de l'argent comptant"... tout ce qui vient du château ! Avec le respect que je vous dois et que vous devez à ceux que vous accusez je vous rappelle :" qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son"

    RépondreSupprimer
  14. Une démonstration supplémentaire des dysfonctionnements de la Mairie.
    Sur le site internet de la Mairie figure depuis plusieurs jours le calendrier 2017 du ramassage des ordures.
    Il est également indiqué que les Vésigondins peuvent se procurer ledit calendrier en plusieurs lieux et notamment au Conservatoire.
    Et bien non, ce matin pas de calendriers au conservatoire.
    Quelques personnes à la Mairie ont sans doute fait une grasse matinée prolongée ou ont tout simplement oublié que le week end était terminé depuis plus de 24 h.

    Décidément, on ne les changera jamais ...

    RépondreSupprimer
  15. Il faut lire dix fonctionnements de la marie et non dysfonctionnements : Du Groucheko, du Grouchko, X par 10.

    RépondreSupprimer