12 janvier 2017

Théâtre : Ils nous enfument avec du Sapin !

L’argumentation centrale, si ce n’est unique, de la mairie pour accompagner sa décision d’annuler les conventions avec l’ACAL repose sur de prétendues nouvelles exigences nées de la loi Sapin 2, du moins est-ce la version véhiculée par les officiels de la mairie à longueur de journée et reprisent dans leur publication (voir emails précédents sur ce blog) .

Cette argumentation ne tient pas. La « chief lawyer » auto-nominée de la mairie vient, dans un mail daté 11/01 (ci contre) en réponse à A Michel qui l’interrogeait, démonter cette argumentation, puisque l’obligation de mise en concurrence pré existait à Sapin 2 et figurait en toutes lettres dans les conventions devenues caduques du fait de la ville. 

Un ancien maire adjoint et ex trésorier de l’ACAL – scandalisé qu’un tel courrier ne porte pas la signature du maire - le confirme au blog, pièces à l’appui.

Aucune novation au titre de Sapin 2. Donc rien de nouveau sous le soleil !

Le maire en « communalisant » la gestion du théâtre et en fonctionnarisant 10 employés du privé agit en crypto-socialo-communiste dont on croyait - à tort - les derniers spécimens retranchés  place du Colonel Fabien. En arguant d’une nécessité liée à Sapin 2 le maire a sciemment usé d’une contre vérité pour tromper les élus et faire progresser ses nouveaux fantasmes communalistes.

Au delà de la communalisation du théâtre sont devenue incontournables celle de la MJC et de l’USV. Dès l’instant où la ville met des locaux à disposition d’une entité privée Sapin 2 produirait ses effets. Et nul ne comprendrait que sous le régime de No tous ne soient pas logés à la même enseigne. Demain les « grosses «  associations vésigondines auront été communalisées et leurs employés fonctionnarisés. No roi des socialos ! A Michel peut bien se marrer.

En fait le maire a tenté d’enfumer la population pour faire avaler une opération improvisée par des apprentis sorciers. Ni la démocratie municipale, ni l’image du maire n’en sortiront grandies.




15 commentaires:

  1. Phénix, je croyais que la décision avait été prise sur la base de consultations juridiques auprès de cabinets d'avocats compétents.
    Quel est ce cabinet juridique et l'avocat en charge, quel est son avis écrit et à combien se montent ses honoraires.

    Si les avocats se sont fendus d'un avis équivalent au torchon de la Chief Lawyer, il faut vite en changer ...

    RépondreSupprimer
  2. Et pourquoi ce ne serait pas un bien pour tous?

    le blog est devenu le BuzzNix local!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, redevenons tous communistes !

      Supprimer
    2. Cela peut être un bien, mais quand une décision est prise sans information préalable, sans concertation avec les personnes concernées, sans débat et en mettant en avant un prétexte bidon et bien ... on a des doutes !

      Supprimer
  3. Comment pouvions-nous vivre dans l'illégalité depuis 1993. En allant au théâtre, nous étions complices de ces méfaits.

    A la lecture de cette réponse, je crois qu'il y a un faisceau d'indices très forts d'incompétences à la Mairie.

    RépondreSupprimer
  4. La fausse barbe est tombée, la loi Sapin est une grosse ficelle destinée à masquer le vrai motif de l'opération pilotée par Carour pour couper la subvention d'équilibre. De 657.500€ coût réel actuel il veut passer en dessous de 500.000 et il doit se débarrasser de l'ACAL pour imposer des programmes "cheap et awfull" ou médiocres et vulgaires qui coutent pas beaucoup de tunes.

    Pas possible de réunir la population pour l'avertir de ce mauvais coup alors le maire procède en douce et prétexte une obligation bidon venant de Sapin 2 pour faire porter le chapeau à une contractuelle non élue.

    Notre lanceur d'alerte municipal a déjoué le scénario qui présumait de gober la version officielle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes les institutions de la ville sentent à plein nez les 4 planches en "Sapin " !
      Que va devenir "le Cercle de Réflexion de la Boucle" ? Mme Mère, sa Présidente à vie et son personnel vont ils devenir des fonctionnaires , comme le sont maintenant Mr Plassard et le personnel du Théâtre ?
      "On nous enfume avec du sapin" ! Mais attention le sapin est un résineux, avant de se consumer il envoie des étincelles qui peuvent être dangereuses pour l'environnement!

      Supprimer
    2. attention : Si vous récupérez comme le maire , les cendres de sapin , sachez qu'il y a meilleur à épandre dans votre jardin où aux Ibis .

      Supprimer
  5. Question au maire : à quel titre madame de Lanlay prodigue t-elle des consultations juridiques aux élus; De quels "crédentials" bénéficie la "chief lawyer" comme ce billet la dénomme ? monsieur Michel habitué des questions devrait poser celle ci officiellement en réunion du prochain conseil municipal. Il en va de la crédibilité des échnages entre la ville est ses élus. Monsieur le maire veut-il en faire le fusible pour s'éviter une Bérézina personnelle sur ce le théâtre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui est Madame Cécile de Lanlay ? Je ne l'ai pas trouvée dans les élu(e)s, mais joue t'elle le rôle d'une élue "par Mr Grouchko" ? Y en a t'il beaucoup comme elle au service du monarque en son Château?

      Supprimer
  6. Ne faut-il pas mettre le club de bridge en concurrence. La Ville leur met à disposition des locaux et leur verse une subvention.

    RépondreSupprimer
  7. Quand on voit le déferlement de critiques et de boules puantes visant à destabiliser Trump ,
    No a encore une opposition certes virulente mais qui fait pale copie de ce que subit Trump.
    NO va t'il trebucher façe à ces coups de butoir ?

    RépondreSupprimer
  8. Cette réponse de la mairie (Signée de L...) est trop bien écrite pour ne pas être celle d'un avocat.

    Combien nous coûtent toutes ces plaisanteries ? Quelles sont les dépenses de conseil juridique de la mairie ?

    Comment se fait-il que le signataire ne soit pas le maire ou un adjoint ? Chercherait-on à minimiser l'incident grossier ? ou à discréditer celui à qui on répond ?

    RépondreSupprimer
  9. Cette dame C. n'a en effet aucune compétence pour répondre à la place du maire, elle est seulement l'amie D'amis de celui-ci, et l'amie du ......, cela s'appelle le retour des copains et des coquins. . . Le prétexte de la loi Sapin est un mensonge de plus, elle protégeait au contraire la transparence concernant La gestion du théâtre et ses rapports avec la Mairie .Monsieur Plassard et son personnel doivent être vigilants Pour la suite des évènements. . . la roublardise règne au 1er étage de la mairie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette Madame C est peut être de la famille B, ou comme de la famille !
      Avec B "les affaires sont les affaires" ..........

      Supprimer