21 février 2017

Au secours … de la victoire !

Après la déferlante médiatique dont Fillon feint d’avoir été victime plutôt que fauteur c’est enfin la décrue. Requinqués ses défenseurs se font plus voyants, plus virulents sur le net (exemple à gauche) pour surfer sur une vague plus favorable à leur candidat. On entrevoit de nouveau la victoire.

Des experts, des juristes, des historiens qui s’étaient fait discrets pendant la curée sortent du bois et assènent à contre temps leurs « vérités ». Vérités qui méritent qu’on s’y arrête pour comprendre comment à son tour la Fillon-sphère s’accommode des faits.

Deux arguments massue sont assénés par les survivants du tsunami qui manqua engloutir la fillonnerie.

Le premier conteste la qualification de détournement de fonds publics au prétexte que jusqu’en 2012 le député était – selon eux - libre de l’usage de la dotation attribuée pour ses frais de fonctionnement. Il pouvait – à sa seule discrétion  - rémunérer son épouse à jouer du rouet ou à faire tapisserie, inutile qu’il y ait une contre partie à ses émoluments. On évite de prétendre que Pénélope fit quoique ce soit, la matérialité d’une contribution n’ayant pu être établie. Un député est-il en droit d’affecter les ressources que lui procure sa fonction de député à d’autres emplois que le service de son mandat ? La réponse est oui pour les thuriféraires.

Le deuxième argument produit par les offensés du Fillon-bashing est encore plus limpide : il n’y aurait pas sujet à discussion puisque les faits sont prescrits. En matière de détournement de fonds insistent les avocats de cette thèse la prescription est de 3 ans ! Les faits dénoncés étant antérieurs à 2012, peu importe leur licéité, l’action publique est éteinte.

On notera d’abord que les rédacteurs de ces libelles ne contestent pas que les faits avérés soient constitutifs d’un délit. Ils tentent d'en masquer les effets plutôt que d’en nier la réalité. Si le délit n’existait pas avant 2012, il l’est depuis ce qui confirme son essence délictuelle préalable à son existence.

On notera surtout qu’aucun des défenseurs attitrés de Fillon n’a repris à son compte l’un ou l’autre de ces arguments. Ils se sont escrimés sur tous les plateaux à justifier la réalité d’un travail ou à nier la compétence du parquet financier après l’avoir admise. Mais ni Me Cornut Gentille, ni Me Lévy n’ont soulevé ces objections qui prolifèrent aujourd’hui sur le net. Objections qui, si elles étaient recevables, rendraient absurdes la poursuite des investigations.

On notera enfin que si d’obscurs juristes retraités publient ces textes accusant la Justice d’être à la solde de Hollande et de ses sbires aucun des grands noms de l’institution judiciaire ne se risque pas à le faire !

En résumé soit les avocats de Fillon sont des incompétents notoires qui tentent de saborder la défense de leur client pour l’enfoncer davantage et Fillon est un grand naïf qui n’en a cure, soit les signataires de ces tribunes virulentes sont des enfumeurs qui tentent de faire diversion en insultant l’intelligence des électeurs de leur champion pour voler tardivement au secours de la victoire.

Aux lecteurs de ce blog de se forger une opinion.


3 commentaires:

  1. Hum, hum ... !!! Argumentaire un peu tiré par les cheveux.
    Pourquoi n'entend-on pas d'éminents juristes contester ou démonter l'argumentaire de Lévy et de Cornut Gentille ???
    Si le parquet financier avait réellement matière à poursuivre pourquoi ne le voyons-nous pas poursuivre les fautifs ?
    Encore une fois, oui on n'a trop de Dépités, oui on leur accorde trop d'argent et oui ils devraient être plus respectueux de l'argent du contribuable.
    Mais personne n'a encore démontré que Fillon mérite l'opprobe médiatique.

    RépondreSupprimer
  2. Fillon est à la gagne,
    Macron est en chute
    Bayrou va l'aider en lui apportant du lest
    Berge , Attali ,Minc sont déjà à la manoeuvre (ou à la soupe?)
    A quand Harlem Desir ?

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui, le système !!! Biroute, après avoir bien profité du système pendant 35 ans, avoir renié Père, Mère et enfants légitimes ou illégitimes, vient cracher dans la soupe et dire que lui est plus vierge que vierge.
    Comment le Modem a pu se payer son QG ??? avec les sous de la quête ... ???
    Il ne faut pas prendre les oies des Ibis pour des canards sauvages ...

    RépondreSupprimer