23 février 2017

La fronde s’étend ….

http://www.yvelines1.com/les-plus-societe/reportage-lavenir-du-theatre-du-vesinet-sinvite-les-debats/
Après le Sphinx, après l’Oreille de Jacques, c’est l’Œil de monsieur Jo qui se rebiffe. Chacun y va de son petit couplet feignant d’avoir regardé hier soir une émission sur Yvelines Première. La vérité - trahie par le blog - oblige à dire que la séquence télévisée ne date pas d’hier …

Peu importe que le blog ait été la source d’inspiration des frondeurs. La rébellion à la quelle No est confrontée transcende la petite question de la SPL. Discussion du niveau d'un  sous capacitaire en droit, voire d'un BTS … ou de sa copine. 

A confisquer les débats, à raconter tout et son contraire (intervention de No en 2015 ci dessus) pour s’acheter la paix No et son impayable ministre de la culture des … huitres et autres mollusques – deviennent la risée de la Boucle. 

Une opportunité unique de mettre à plat le pole culture de la ville était donnée par la nécessité de revoir le contrat de concession du théâtre. Occasion de repenser l’ensemble des activités culturelles sous l’angle d'allocation des espaces, des moyens et au vu des offres existantes dans les villes voisines.

C’était un vaste projet, un chantier ambitieux qu’une bibliothécaire retraitée ne pouvait porter. Faute de l’avoir renvoyée à ses livres de poche la ville est passée à coté d’une vaste opération dont la culture avait tout à gagner.

No, le spécialiste du petit bout de la lorgnette, a préféré ne pas vexer un copain, promettre à une proche de récupérer un logement d’angle plutôt que de traiter le problème de fond.

Tous les élus qui se rebellent viennent de signifier au maire que les méthodes – qu’ils subissent depuis 3 ans - leur insupportent.

Extrait de l’un des 4 mails envoyés cet après midi à la présidente de la commission culture, tous sur le même ton. 

« Au vu du reportage diffusé hier sur Yvelines Première, annonçant d’ores et déjà le choix d’une SPL comme cadre à la poursuite de l’activité de notre théâtre, il ne me semble plus nécessaire de participer à la commission culture prévue ce soir, dont l’ordre du jour est désormais caduc. »
 
PS pendant l’écriture de ce billet une quatrième élue rejoint le « club »




4 commentaires:

  1. No, comme tous les politiques, parle à tort et à travers. Oui il parle trop et du coup se contredit dans le temps et dans ses actes. Moi qui croyais qu'il était muet comme une carpe, en fait, il l'ouvre comme une huître ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai Jo, No est un spécialiste quand il dit deux mots il y a trois conneries.

      Supprimer
  2. Je trépigne en attendant la suite de cette histoire !
    Comment la commission se passe-t-elle ?
    Qui est présent ?
    Oseront-ils aborder le problème qui trône sur les murs du conservatoire ? Le fait que le personnel du théâtre serait subitement devenu incompétent et qu'un parent ait senti une odeur étrange pendant le "grand spectacle" des élèves du conservatoire ?
    Et pourquoi ne pas se poser les vraies questions ? Pourquoi les techniciens étaient-ils moins efficaces que d'habitude lors de cette représentation du conservatoire ?
    Eux qui sont d'habitude irréprochables...? Ont-ils reçu des instructions claires et précises, comme ils en ont l'habitude quand ils travaillent avec de vrais professionnels ?? Hum...

    En tant que témoin direct, puisque mes enfants y participaient, je peux vous affirmer que ce spectacle a été organisé en dépit du bon sens, et n'avait rien de comparable avec ce que nous avons pu connaitre par le passé !
    Du temps où le conservatoire était géré par de vrais musiciens, amoureux de leur métier et aimant leurs élèves et leurs professeurs, les choses se passaient très bien car elles étaient organisées avec une extrême précision !
    On a vu pour la sainte cécile 2015 tous les enfants arriver sur le plateau en quelques instants, c'était magique, grandiose, émouvant... Mais des instants comme ça, on ne le verra plus tant qu'on laissera la gestion de ce joyau à une bande de clowns.
    Si on leur annonce que la direction reste l'année prochaine, je crains que tous les professeurs motivés qui en trouvent l'opportunité ne fasse comme les derniers... ils vont plier bagages et partir dispenser leur enseignement ailleurs ! Là où on les laisse libres de s'exprimer sans crainte et de faire leur travail dans de vraies conditions artistiques !

    RépondreSupprimer