3 mars 2017

Belle ile … en terre battue

C’est du bel ouvrage … ne plaignons pas le plaisir de voir la belle Ile du Vésinet rafraichie de fond en comble. Le chantier de rénovation du joyau des Ibis touche à sa fin pour livrer au printemps une version reconfigurée des aires de jeux, des espaces verts et des allées en terre … battue !

Initiative que l’on devrait à Momo pour complaire à No dont c’est avec le green l’autre couleur de prédilection. 

Fruit d’une collaboration efficace entre la ville et la fondation ce travail (du jamais entrepris depuis 30 ans) - sous la maîtrise de Jean-Charles Colliez - implique de redessiner les allées, de mettre en terre une trentaine de sujets et un système d’arrosage automatique … n’y voyez pas malice !

Le budget est partagé entre le privé et le public, les services de la ville étant en plus chargés de superviser la réalisation des opérations. Impossible de connaître avec précision l’apport respectif des deux entités. On parle de 300.000€, mais ceci n’inclut pas le temps passé par l’équipe de jardiniers.

Seuls 14 jardiniers experts dont la commune dispose (pas toujours) entretiennent les 50 hectares de parcs publics. Loin des 24 que comptait la ville au temps pas si lointain de Jo, ou des 40 qui s’activaient lors du règne de monsieur le Père.

La question est posée : peut-on continuer à réduire les effectifs sans mettre en danger l’entretien du Vésinet ou doit-on transférer au privé cette activité comme les décisions du maire semblent l’indiquer après le fiasco de la mutualisation ?

Une fois encore les vrais problèmes ne sont pas posés et les initiatives parcellaires ne participent à aucun plan cohérent … connu, ce qui n’est pas fait pour étonner les lecteurs du blog.

La Fondation initiée par Jo n’est que l’arbre qui cache la forêt, en permettant à la ville de No de se présenter encore sous un jour flatteur.


12 commentaires:

  1. Tiens, Phénix et autres Vésigondins de bon aloi, j'ai voulu vérifier combien me coûtait le ramassage des poubelles.
    Entre les ordures ménagères, le papier, le verre et les végétaux, j'ai calculé que je sortais sur le trottoir à peu près 120 poubelles par an.
    Ramassage et traitement, cela coûte à peu près 3 euros par poubelle.
    C'est hors de prix!

    RépondreSupprimer
  2. Quel est la participation de la FONDATION dans le financement de la plantation et la rénovation des Ibis?
    La ville a dû avancer l'argent et la Fondation a t elle remboursé la ville.
    C'est une bonne idée mais puisque souvent des blogueurs de la mairie prennent leur plume pour intervenir, qu'ils viennent apporter leurs connaissance sur ce sujet.
    Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La ville passe les appels d'offre et règle les factures dans un premier temps. Ensuite la ville refacture la Fondation. La participation de la Fondation approcherait les 200.000€ selon des sources, 250.000 selon d'autres.


      Supprimer
    2. SVP: Quel est le montant total et final TTC de la facture tout compris pour les Ibis?

      Supprimer
  3. Que du beau travail à voir! Et du résultat pour nos yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un du Château ou de la Fondation qui s'auto congratulent

      Supprimer
  4. à anonyme de 13h 18 : que d'argent foutu en l'air pendant que d'autres crèvent de faim....Même dans les rues de la ville! et pour les ibis,allez voir les jeux pour enfants : ils sont pourris.Mais c'est vrai les enfants ne comptent plus à cet age.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire les pistes en "Orange-terrain de tennis" comme si nous étions à Rolland Garros, je trouve que cette couleur ne se fond pas du tout dans le paysage. C'est une couleur bien trop voyante qui me laisse penser que les investigateurs cherchaient plus à se faire remarquer à travers cette rénovation. C'est loin d'être un acte altruiste qui cache très certainement des intentions malsaines que l'on verra sans doute aux prochaines élections. Je signale aussi que cette Couleur ne fait pas partie de l'histoire architecturale du Vésinet et c'est pas parce qu'il y avait un terrain de tennis de cette couleur qu'il fallait faire le reste pareil. Peut-être ont-ils obtenu un prix de gros. En tous les cas, si c'est Momo qui a choisit la couleur, on comprend mieux car il a des goûts de chiotte et peut-être que par peur de trop se fatiguer, il a mis son doigt sur la première page des propositions. Maintenant parlons finance : 300 000 euros pour voir la vie en orange, c'est un peu cher mais comme dirait certain c'est pas nous qui payons, on s'en fout c'est la Fondation. Vous savez cette Fondation des Riches qui s'accaparent notre ville au détriment des pauvres : souvenez vous l'histoire des bancs à acheter ! Moi aussi je suis d'accord que pour cette somme, ils auraient pu penser aux gosses du Vésinet, riches comme pauvres mais c'est vrai que c'est pas eux qui votent... En tous les cas si le green n'est plus une couleur à mettre dans notre commune, le "orange" ne fait pas l'unanimité. Encore un truc loupé. A quand la Mairie Bleue Marine ?

      Supprimer
    2. J'ai honte d'emmener mes enfants à l'aire de jeux des Ibis. La mairie envisage t'elle de la rénover ?

      Supprimer
    3. C'est vrai que la couleur choisie pour les allées est laide et bien trop voyante. De plus la terre battue se disperse partout sur le gazon et fait sale.Qui a choisi et pourquoi n'avons pas nous été consultés?

      Supprimer
  5. Triste individu!...
    Aidez les autres vraiment au lieu de vous plaindre.

    RépondreSupprimer
  6. Et quand on veut aider nos élus dans leurs difficiles taches, qu'est ce qui se passe?
    Demnandez vous même au maire? Aucun avis de l'extérieur, c'est tellement mieux de rester entre soi!
    Nous autres, nous sommes nuls ? Oui il y a de quoi se plaindre d'être traités comme cela.

    RépondreSupprimer