24 mars 2017

Très vifs échanges au Conseil municipal

C'est un No stressé, blanc comme neige, qui a ouvert la séance, trahissant sa nervosité par des battements de pied incontrôlés. Son voisin, monsieur le frère n'offre pas l'image d'un premier adjoint décontracté. Même tension manifeste. Quant à la ministre de la culture mise au coin elle n'aura de cesse de se ratatiner sur son siège jusqu'à quasi disparaître, dans l'indifférence générale.

Ils étaient anxieux, ils savaient que ce serait un moment difficile et ils ont été servis au delà de leurs espérances. Faire passer l'incompétence pour de la clairvoyance, l'impréparation pour de la réflexion a excédé les plus tolérants dont madame Gattaz forte à l'aise pour les mettre en contradiction.

Monsieur l'avocat est trop sûr de son bon droit, il assène, martèle, tempête puis s'empêtre mais ne convainc personne. Aussi nourrit-il plus que d'autres la certitude d'une vaste opération d'enfumage pour camoufler un mauvais coup dont chacun a compris qu'il visait les absents : les ex dirigeants de l'ACAL.

Madame Jost simple élue de la majorité conclura que tout ça ne tient pas la route, n'est pas digne en l'état d'être voté, rejointe par plusieurs conseillers de la liste de No, No plus livide qu'un mort vivant depuis que le sphinx a pointé le risque pénal visant madame Politis, voire d'autres administrateurs.

Ce n'était qu'un hors d'œuvre À Michel va poursuivre l'exécution en exigeant la parole pour expliquer les raisons de sa non participation au vote d'une délibération viciée.  "La sélection des administrateurs n'a pas donné lieu à appel à candidatures mais est le fait d'un caprice du prince - expliquera t il - en accusant No d'avoir éliminé Antoine Lorenzi dont chacun avait su apprécier les compétences".

La conclusion fait mouche : "Je ne prends pas part  à ce vote  qui restera un témoignage qui fera date de votre gestion partisane et autoritaire digne de l’extrême droite."

No a montré son vrai visage, sa vraie nature qui n'ont rien à envier à ceux d'un élu Frontiste. La brutalité de la réaction du maire, son impuissance à se maîtriser, sa virulence dans l'invective pour quelques mots bien sentis et fort courtoisement expédiés ont fait craindre un instant pour son palpitant.

Madame Willemin en avait subi les effets. Le maire est un absolutiste colérique : ce n'est pas bon pour sa santé, il gagnerait à se modérer plutôt qu'à trépigner, ce qui est détestable pour son image.


Sa SPL est mal votée, sa majorité s'est fracturée et ses méthodes dignes d'un régisseur de niakoués vont faire le tour de la communauté.

4 commentaires:

  1. Hologramme de No24 mars 2017 à 10:33

    Mais André, les décisions ont été prises en concertation avec moi-même! Comment pourrais-je bafouer tes droits André puisque je considère, moi démocrate, que tu n'en as aucun! C'est ainsi que fonctionnent la Mairie et le Conseil Municipal depuis la nuit des temps. Il n'y a aucune raison que ça change.

    RépondreSupprimer
  2. Merci aux élus qui ont essayé de s'opposer à No et son équipe, mais en attendant, même si elle est mal votée, leur SPL est votée :(
    Qu'attendent les élus de la majorité pour montrer clairement leur désaccord en démissionnant ?
    Que tout ce qui dépend de la mairie soit anéanti, à l'image du conservatoire ?
    Il faut signaler qu'il est devenu école de musique grâce à l'incompétance d'une crétoise qui a recruté une directrice incapable de pondre un projet d'établissement en moins de 3-4 ans !
    Que nous en sommes à notre 3ème professeur de trompette en 2 ans, nos chères têtes blondes y perdent leur latin...
    Pourquoi avoir chassé la seule secrétaire efficace, aimable, courtoise et attentionnée ?
    Peut-être parce qu'elle n'était pas assez maléable au gout de la nouvelle directrice ?
    Trop efficace et témoin impuissante de la dégradation volontaire de cette belle structure, elle ne pouvait fermer les yeux, alors on l'a remplacée par une femme suffisante, qui se prend pour l'adjointe du ministre de la culture !!
    Et surtout, qui n'a pas les compétances pour se rendre compte de la façon désastreuse dont est géré l'établissement.
    Elle va être belle et vivante notre ville !
    Plus de jeunes, plus de commerces, plus d'activités pour les enfants et les adultes, plus de théatre, plus de "fanfare", à quoi bon rester habiter dans cette ville dortoir ?
    Nous n'aurons plus qu'à déménager !

    RépondreSupprimer
  3. Cette image me fait penser "aux Guignols de l'info" qui ne me font plus rire! Mais qui peuvent encore en faire rire?

    RépondreSupprimer
  4. Moi je suis écoeuré par le comportement de Gattaz au Conseil ! Elle fait semblant de dire qu ´elle pensait qu'il y aurait un vote pour désigner les administrateurs et puis après plus rien. La SPL est votée avec les 10 administrateurs choisis par Popo et No. Qu'est ce qu'elle peut être faux C-l celle la pas mieux que No. On devrait lui descerner la palme de l'élue d'opposition la plus malléable comme de la pâte à modeler pour les uns ou comme de la pâte à chiquer pour les autres. Pas un mot sur le budget ou sur les autres délibérations et ben oui il faut pas se fâcher avec le patron. Son mari sait les caresser dans le bon sens alors elle a de quoi tenir.

    RépondreSupprimer