2 mars 2017

« Tu quoque fili mi … «

La dextre en attente de son Brutus. Qui d’Accoyer le toubib ou de Larcher le véto débranchera Fillon ? Le conseil des républicains assumera-t-il enfin son rôle en ordonnant la fin du supplice chinois qu’inflige à son camp son candidat déconnecté. Une flopée d’irréductibles gaulois chauffés à bloc ne pourra rien contre les légions qui se détournent de l’éphémère vainqueur d’une primaire qui renvoie à des années lumière.

L’histoire retiendra que le parti des Républicains n’a pas trouvé son leader pour tonner la fin de cette pantalonnade. Aucune voix de ténor pour renvoyer l’imposteur à son pays sarthois. La droite aux ordres d’un cadavre attend qu’un homme d’État, s’il en est dans ses rangs, vienne achever le moribond.

Mais personne ne se presse. La droite est en manque de Valls ... dont le coup de poignard n’a pas servi ses intérêts. Mais qui a dit que Valls avait l’étoffe d’un homme d’état ?

Dans ces moments uniques où nul ne peut cloner une séquence passée se façonne une stature présidentielle. Et aucun des caciques produit par la droite n’a aujourd’hui de près ou de loin tenté de lancer un appel du 18 juin. Pourtant tous se réclament du gaullisme. De Gaulle qui aurait la nausée à suivre les tribulations gesticulations de pépère Fillon. Et la droite agonise.

N’est pas Danton qui veut, d’autant que la transgression est comme un fusil à un coup. Sauf à l'avoir dans les gènes on ne l' acquiert pas.

Constat qui conduit à se demander si celui qui a osé, celui qui a transgressé, celui qui a donné les rares couleurs au plus terne des quinquennats n’est pas - aussi pour l’électeur de droite - l’homme de la situation.

Pourquoi apparait-il à tant d’indécis comme une petite lumière au bout d’un long tunnel ? Encore quelques jours d’atermoiements et les indécis auront fait leur choix.

Alors Brutus, t’attend quoi ?

 

6 commentaires:

  1. mon coeur saigne !!!

    RépondreSupprimer
  2. Histoire de rigoler, va-t-on voir Bayrou retourner sa veste et se rallier à Juppé si celui-ci reprend le flambeau ? Dans la mascarade des hommes politiques droits dans leurs bottes, on n'a pas fini d'avoir des surprises.
    Et Hollande qui, dans sa dernière déclaration, veut jouer au garant des institutions ... il ne lui manquait que le casque sur la tête pour faire sérieux.

    Vous savez, on aimerait que la police et la justice soient aussi rapides, volontaristes et efficaces dans la chasse aux voyous en col blanc, aux voyous qui pullulent en banlieue, aux trafiquants de drogue qui font la loi dans les quartiers et autour des écoles, aux assassins qui s'en prennent à nos forces de police.

    Phénix, ne te met pas à aboyer avec les loups et demande plutôt à la justice pourquoi Balkany n'est pas en taule, pourquoi Sarkozy n'est pas en taule ... pour ne citer que les plus récents fraudeurs et tricheurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je partage cette opinion de bon sens sans l'amoindrir

      Supprimer
  3. Phénix, ta petite lumière ... souviens toi de Pelat, le bienfaiteur et prêteur de Mitterrand et de Bérégovoy. Aujourd'hui, on retrouve le même type de magouilles avec Macron et son bienfaiteur Hermand.
    C'est vrai qu'il est tout à fait courant qu'un individu prête 400 000 € à un copain pour financer un appartement ... C'est curieux que l'on n'ait aucune indication des conditions du prêt, avec ou sans intérêt, remboursé quand et comment ...
    Et puis le petit Macron, aura-t-il le même train de vie à la tête de l'Etat puisque chez Rothschild il a claqué près de 3 millions d'Euros en 2 ans !!!!

    RépondreSupprimer
  4. La solution est dans "le cœur" de Bernard Grouchko pour son Bruno Le Maire.
    Il vous l'avait bien dit de voter de pour celui qu'il soutenait. Mais rien n'est perdu pour Bruno, Bernard est là avec son équipe d'élus de la majorité !...?

    RépondreSupprimer
  5. bien dit Jo Furax,on dirait le patriarche

    RépondreSupprimer