12 avril 2017

Pavillon des Ibis : opération dénigrement !

No débarquant sur l’ile des Ibis sous la protection de la PM, avec J-M J son shérif et son huissier pour expulser manu militari le tenant du pavillon : ce n’est pas un scénario de film. Cela s’est passé lundi en début d’après midi. Aussi improbable que cela puisse paraitre No s’est bombardé chef de commando !

Objectif : récupérer les clefs et mettre dehors Daniel F. le restaurateur. No n’en avait pas fait mystère et s’en est même vanté auprès de Phénix samedi matin en le croisant rue Thiers.

« Je l’expulserai - avait-il assuré - de gré ou de force ! »

No ne galéjait pas. Il a mis dès lundi sa menace à exécution. Sauf qu’il est revenu bredouille de son raid sur le pavillon. Et pour cause le gérant poursuit la ville devant le tribunal administratif pour manquement à ses obligations. L’arrêté d’expulsion pris par No est donc sans effet ! La mairie devra attendre le jugement du TA pour espérer reprendre la jouissance des lieux.

Sauf à ce que No cesse de jouer les Rambo et s’assoit pour une discussion entre gens raisonnables. Qualificatif dont peu de personne aujourd’hui l’affuble. « C’est un sanguin qu’il  faut éviter de rencontrer en tête à tête sous peine d’être berné, comme ça été mon cas » (dixit l’un de ses collègues maire).

No expert en reprise musclée d’entreprises en difficulté a-t-il voulu jouer les gros bras ? Par le passé No a fait son beurre en usant de méthodes identiques à celles employées pour faire capoter l’opération amiable de transfert de la concession de Daniel F. à Valérie D. pour l'exploitation du restaurant des Ibis.

L’affaire devait se conclure à l’amiable comme le blog le révélait à ses lecteurs dès le 5 décembre.

C’était sans compter sur l’agenda secret du père No.

Dans un premier temps le maire a proposé par écrit au repreneur l’extension de la durée de la concession. Seule façon d’amortir les futurs travaux et dédommager le cédant pour ses investissements.

Bizarrement le maire découvre en pleine négociation une prétendue interdiction de prolonger la durée d’une concession. Interdiction qui n’affectera pas les sociétés d’autoroute qui à la même époque voient leur concession étendue de plus de 5 ans !

Mais No fait ainsi capoter le deal signé fin novembre 2016 sous forme de promesse de vente, et met la pression sur le cédant sommé d’effacer une ardoise supérieure à sa caution. Incapable de faire face aux nouvelles exigences du maire le cédant propose à la trésorerie d'échelonner ses paiements à compter du 18 avril, et met la mairie devant les tribunaux.

Furibard No annonce à Phénix ce dernier samedi qu’il fera expulser Daniel F (employeur de 12 salariés) dès lundi matin ce qu’il tentera en vain.

 
Pour acquérir une cible à bas prix, quoi de mieux que de menacer et de la dénigrer en laissant fuiter des informations nuisibles dans le canard de son choix. Lequel sans aucune enquête complémentaire relaiera l’atteinte à la réputation. Le Parisien du jour (ci dessus) s’est prêté à cette opération peu reluisante de dénigrement.

La cible étant dévaluée No offrira-t-il une bouchée de pain pour licencier le personnel et faire reprendre l’exploitation ?

Quel repreneur ? Puisque No après avoir découragé Valérie D. a précisé à Phénix qu’il ne souhaitait pas passer par une nouvelle concession - la loi sapin obligerait à une mise en concurrence - et pourtant il a sabordé l’arrangement amiable avec l’actuel gérant.

Hormis un bis repetita avec une SPL maison on ne voit guère d’issue à l’impasse dans laquelle le maire s’est fourré. D’ailleurs ce matin sur les panneaux de la ville on pouvait lire que No recrutait une chef cuisinière … !

Après avoir fait main basse sur le théâtre pour s’en faire nommer président, No aurait-il décidé d’exploiter le Pavillon des Ibis et devenir maître queux ? 



17 commentaires:

  1. Quand on doit 100 000 € de retard sur son loyer, c'est assez fréquent de se faire expulser par le propriétaire.

    RépondreSupprimer
  2. 18 mois sans payer je trouve qu'ils ont été vraiment indulgents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas indulgents. Le bon terme est NEGLIGENTS !

      Supprimer
  3. Après le Théâtre qui a démontré combien No avait des conseils juridiques de mauvaise qualité, voilà qu'il récidive avec le Pavillon des Ibis. Il est vraiment très mal entouré. A moins que de sa propre initiative, il veuille jouer les gros bras. Dans ce cas, il faudrait qu'il fasse un peu plus de muscu ...

    RépondreSupprimer
  4. Au tribunal administratif on n'a jamais autant entendu parler du Vesinet.Le préfet mis au courant va t'il finir par mettre les pieds dans le plat?

    RépondreSupprimer
  5. Le locataire doit de l'argent mais ce qui est certain c'est que No déteste le bonhomme. Il ne veut pas récupérer le fric pour le Vésinet mais juste montrer qu'il est le Patron. C'est une histoire malsaine et de mauvaises intentions

    RépondreSupprimer
  6. Green recovery nous a montré à Caen qu'il était un mauvais gestionnaire peu respectueux des valeurs humaines.Il n'y a que les valeurs financières personnelles qui l'intéressent.(ce qu'il empoche grace au travail des ouvriers.)
    A propos, qu'en pensent les employés de la mairie de la gestion de leur chef?
    En ce qui concerne les Ibis, il prouve une fois encore sa totale incompétence et ses conseils juridiques( n'est ce pas mr l'avocaillon) incompétents.
    Etre aussi nul, ça n'arrive qu'au Vésinet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les deux cas , Je ne parlerais pas de "mauvais gestionnaires " mais de gestionnaires peu scrupuleux! Que ce soit la gestion de Daniel F pour" le pavillon des Ibis" que celle de Bernard G pour "Green Recovery!?
      Le Parisien écrit: " C'est un haut lieu de la ville qui bas aujourd'hui de l'aile ", Parle t'il de la ville? du pavillon des Ibis?.
      et encore : " L'élu ( No) regrette également que LE BÂTIMENT n'ait pas été entretenu depuis des années, si bien qu'aujourd'hui il est VRAIMENT DÉGRADÉ chiffrant sans doute à plusieurs centaines de milliers d'euros les travaux qui apparaissent aujourd'hui nécessaires ". Pourquoi aujourd'hui seulement alors que le maire actuel est en exercice depuis 3 ans et qu'a cette époque et même après le restaurateur payait son loyer ???????

      Le propriétaire qui doit assuré le clos et le couvert n'avait t'il pas des devoirs envers son locataire ? Le propriétaire est la ville représentée depuis 3 ans par le "sieur Bernard Grouchko" . Je peux en tant que client aux réveillons du jour de l'an depuis des années , vous assure que les très belles fenêtres datant de l'origine laissent passer l'air glacial de janvier. Les fenêtres ,les portes ne feraient t'elle pas partie du clos???

      Supprimer
  7. Pour ceux qui ont zappé :
    Allez voir le billet de Phénix du 10 avril : kes 24 et 25 ème commentaires vous donneront une bonne idée de la gestion de KGB et de Green Recovery.
    Je viens de les lire et je vous les recommande vivement.

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de lire : " Le tribunal annule le licenciement des ex-salariés d'Eurocel. Huit ans qui se battent pour faire valoir leur droit . La cours d'appel de Caen vient de reconnaître que leur licenciement était sans cause , ni sérieux , ils seront indemnisés". Pour la petite histoire l'usine est rachetée par GREEN RECOVERY dix huit mois AVANT le licenciement de 76 salariés.
    Ma curiosité m'a pousser à savoir qui dirigeait GREEN RECOVERY ? Sur Google : " Ivry les Maîtres du pinceau se retrouve sur le carreau - le Parisien" ,le journal préféré de No , là ou il s'épanche sur le vilain restaurateur des Ibis." On voulait se débarrasser de nous, résume Hassan Bentarch. Spie a cédé notre groupe pour 100.000€ alors qu'on réalisait 65.MEU R de chiffre d'affaire , GREEN RECOVERY , c'est chargé de terminé le Travail" .
    Curieusement ce serait un certain Bernard G qui serait la tête pensante de GREEN RECOVERY. Là dessus vous me répondrez avec raison par "la boutade " : "Il n'n'y a pas qu'un âne qui s'appelle Martin "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En CONCLUSION ne peut t'on dire : QUI TROP EMBRASSE trop d'entreprises , MAL ÉTREINT les salariée ?

      Supprimer
  9. Monsieur BG Maire, Monsieur l'entrepreneur en chef de GR( G comme vert ), je me demande si vous avez vous été très astucieux de faire paraître sur le Parisien cet article " Le pavillon des Ibis dans le rouge "! ? Vous avez déclenché, mis en lumière des choses que vous vouliez sans pub ! Contrairement à vous, n'étant chef de rien,Je me base simplement sur les commentaires du billet de Phénix pour faire cette remarque idiote.

    RépondreSupprimer
  10. Mr Grouchko devrait envoyer ce billet de Phénix, l'article du Parisien, les commentaires des Vésigondins à Mr Larcher dans le but de recevoir sa troisième lettre de félicitations .

    RépondreSupprimer
  11. s'il oublie de le faire, demandons à sa chère C2L, qui saura tourner une charmante lettre pour mettre son chef en valeur pour ses qualités de gestionnaire, pour sa légendaire probité,son éloquence proverbiale et tutti quanti !
    Elle n'aura pas de problèmes pour les qualificatifs elogieux. Elle a l'habitude.

    RépondreSupprimer
  12. Pour en savoir plus sur vos invités, je parle là aux contribuables Vésigondins de l'opposition: désignez un voiturier pour accueillir les gens de haute-volée invités avec la complicité de C2L ! Pourquoi ne pas engager l'ex-voiturier du Pavillon des ibis mis à la porte par le liquidateur pro de personnels de chez Green R .
    Pendant ce temps les ploucs- payeurs termineront la fête de la Marguerite, le derrière sur la pelouse des Ibis, Mais attention à l'arrosage automatique !

    RépondreSupprimer
  13. Utilisez le gel liquide Mr Propre pour tous les usages: " Avec Mr Propre un nettoyage rapide et efficace ". Le résultat est la meilleure des pubs !
    Incrustation DJ: nettoyage terminé rapidement , place nette.
    Incrustation SW: nettoyage difficile, tâches "récalcitrantes" dans l'opposition et au CM. La manière forte peut être employée, mais avec certains risques?
    Incrustation DF: En cours de "vidage",de nettoyage dans le but de récupération pour changement de tête, pour une tête qui conviendrait mieux au nettoyeur;

    RépondreSupprimer
  14. Une toute petite question : Est ce pour les futurs repas de la MJC -Bridge, que la ville recrute" une cuisinière confirmée"? Ceci peut être aussi à la suite d'un des nombreux licenciements par Monsieur ROUNDUP !?

    RépondreSupprimer