6 avril 2017

Recours gracieux ou contentieux au tribunal administratif ?

Par différents courriers que le blog a pu consulter la préfecture est appelée à invalider la délibération du 23 mars créant la société de gestion du théâtre. Les motifs invoqués par A Michel sont pluriels et découlent du relevé des multiples contraventions aux dispositions des articles 2122 et 2123 du CGCT dans le processus de soumission aux élus de la délibération 1251-01.

En l'absence de rejet préfectoral la SPL aurait une existence précaire qui pourrait être contestée devant le seul tribunal administratif. Si la Cour devait accéder aux conclusions des requérants la délibération précitée serait annulée et la société dissoute.

 
Outre les complications juridiques qu'entraînerait une telle décision le maire subirait un camouflet que ses opposants ne manquerait pas d'exploiter. Qui les en blâmerait ?


Pourquoi avoir pris le risque de détruire l'institution phare de la ville alors qu'une solution de bon sens s'offrait à lui ?


L'étude de récentes décisions et les revirements du château donnent à penser que le capitaine ne tient pas la barre du pédalo. Prisonnier des pressions de pleureuses patentées il est incapable de résister au chantage à la démission exercée - entre autre - par la reine de la duplicité, harpie à ses heures.


Cette dernière n'a eu de cesse de remercier Antoine Lorenzi pour la qualité de ses contributions à la gestion du théâtre que pour mieux l'évincer. Impuissant à contenir son adjointe et incapable de tenir son engagement pour une gestion "plurielle" du théâtre le maire a rompu l'équilibre qui prévalait à l'ACAL et récolté le courroux du Sphinx.


La fomentation de l'instance de pilotage de la SPL avec ses 17 gugusses conduit à un fiasco dénoncé tout haut par des élus de la majorité et de l'opposition, à l'instar de la "politique" culturelle menée depuis 3 ans.

 
Avec la perspective d'un triple exploit pour ce mandat : un déclassement du Conservatoire, un éclatement de la MJC et un imbroglio théâtral No s'inscrirait dans la lignée des fossoyeurs des institutions qui au Vésinet avaient tant contribué au rayonnement de la ville.

 
En laissant au tribunal décider de l'avenir du pôle culturel No et sa muse Crétoise jouent leur survie politique à la roulette russe.


Est ce bien raisonnable ? 





11 commentaires:

  1. En ce qui concerne les remerciements de l'adjointe à la culture pour le travail de A.Lorenzi : allez vérifier sur le comte rendu audio du CM.
    Espérons que le compte rendu écrit remis au prochain CM sera fidèle et non tronqué.

    RépondreSupprimer
  2. compte rendu et pas comte le p est resté dans l'ordinateur !

    RépondreSupprimer
  3. Tiens Phénix, pour apporter de l'eau à ton moulin et à celui de notre Chevalier Rose, ce soir, Conseil d'Administration d'EDF. Il est prévu que les représentants de l'Etat, actionnaire plus que majoritaire, ne voteront pas sur l'arrêt de la Centrale Nucléaire pour cause de conflit d'intérêt entre l'Etat et l'Entreprise.
    Cela va peut-être faire méditer No et son avocaillon d'adjoint ?

    RépondreSupprimer
  4. Espérons la retranscription exacte du texte lu (et peut être écrit )par Madame Politis.

    RépondreSupprimer
  5. Le premier adjoint JO-frère," avocat-"Conseil" doit-il dire "Amen" à tout ce que veut No ??? Sous peine d'être traité comme le furent et le sont, Madame Willemin, Mrs Michel , Lorenzi et d'autres !
    Le Dr JO , l'autre JO, aurait dû avant de partir, administrer un calmant à son ....ami NO. Ce qu'on a appelé en un temps un grand ami! J'ajouterais que Le Dr NO aurait dû lui prendre un remontant pour supporter NO !!!

    RépondreSupprimer
  6. SPL ou asso , on s'en moque.
    les socialistes nous ont conduit dans le mur.
    Quand on voit leur pratique odieuse pendant la campagne, ils n'ont aucune leçon de démocratie à donner.
    Alors cesser de considérer que les élus socialistes sont la moindre garantie ni de vérité ni de bonne morale, et encore moins de vérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher admirateur de NO, Je vous suggère de lire le billet de ce jour de Phénix " No condamné à rendre des sous?" ,adressé à la même date que votre commentaire du 7 à 09:38.
      Vous nous écrivez " Alors cesser de considérer que les élus socialistes sont la moindre garantie ni la vérité ni de bonne morale , et encore moins de vérité ".
      N'étant pas socialiste et n'y ai jamais été, votre commentaire m'a beaucoup amusé! Répondez- moi: le Vésinet est il un chef lieu de canton à LA MODE GROUCHKO oui ou non ?
      No serait-il assez... , pour rejoindre les élus socialistes qui ne représentent ni la vérité , ni la morale?( d'après vous)

      Si comme vous l'écrivez ," SPL ou asso, on s'en moque " : Que pensent les vésigondins conscients du fait de tricher pour recevoir des indémnité avec le Vésinet chef lieu de canton alors qu'il ne l'est pas !?


      Supprimer
    2. Selon l'Anonyme du 7 mai 09:38, les élus de la commune, les socialistes et pourquoi pas ceux de l'opposition ayant à eux seuls tous les vices ne peuvent donc pas les partager avec le maire et son clan !
      Au passage j'ai lu le billet de Phénix : "No condamné à rendre des sous", des indemnités qu'il a octroyés par erreur( a qui?) pour des travaux fictifs d'un chef lieu de canton qui n'en était pas un!?
      Je ne suis ni social/iste ni No/iste!

      Supprimer
    3. A anonyme de 9h38 : quel aigreur!Le gouvernement de la France n'a rien à voir avec le fait que le maire.. et vous avec car on vous a reconnu.. ne respecte pas les lois de la République. Dans cette affaire comment peut on avoir une telle pratique méchante, brutale, sectaire. Même les fillonistes du conseil ont protesté. Alors à droite des fillonistes il y a qui? vous bien sûr. Après tout c'est votre droit mais assumez le.

      Supprimer
    4. Ce qui est remarquable chez nos élus de l'équipe municipale, c'est leur refus de signer nominativement leurs propos. Que cela soit dans la revue de la Mairie ou sur ce blog.

      Supprimer
    5. Ils ne savent peut être pas signer ou n'en ont pas le droit! Ils sont aux ordres du chef de Canton , afin d' avoir le droit aux indemnités de "chef lieu de Canton".

      Supprimer