5 mai 2017

Ibis : Victoire à la Pyrrhus

No a obtenu ce qu’il souhaitait : la validation de son arrêté de fin de la concession attribuée depuis 17 ans au restaurateur du pavillon des Ibis.

Le tribunal statuant en référé a validé l’arrêté mettant fin au contrat d’exploitation. Mais l’exécution de ce jugement a été retirée aux attributions du maire, qui ne pourra pas - ceint de son écharpe tricolore - expulser avec son shérif et ses pandores le titulaire du bail, comme il en a manifesté publiquement l’intention.

Cette voie de fait lui étant interdite, il devra se résoudre à saisir la chambre spécialisée dans l’exécution des jugements administratifs. L’alternative étant : une saisine en référé s’il est capable de démontrer qu’il y a urgence à évacuer les lieux, ou l’attente de la décision sur le fond qui permettrait à l’exploitant de terminer la saison d’été pour la quelle il a enregistré de nombreuses réservations.

Pyrrhus - le sanguin - ira-t-il jusqu’à prétendre qu’il faut toutes affaires cessantes mettre Foucault dehors avec ses 12 salariés et son mobilier après 17 ans de bons et loyaux services  ?

C’est dans le secret de son cabinet que la décision devrait être prise dans les heures qui viennent scellant pour longtemps le sort du Pavillon, de son gérant ... et la réputation de killer du maire du Vésinet.


38 commentaires:

  1. Merci pour cet information cher Phoenix.

    Je crains néanmoins que les choses soient plus simples que vous ne le dites. Le restaurateur ne pait pas ses loyers et ne paie pas ses charges sociales. Cela aboutit assez souvent au même endroit , la liquidation judiciaire, les meubles en vente et les salariés qui s'en vont parce qu'ils ont été licenciés par le liquidateur.

    C'est la fin d'une histoire , et peut être le debut d'une autre.

    A suivre

    RépondreSupprimer
  2. Une page se tourne et une nouvelle histoire va naître.
    En Marche,l'avenir est devant de nous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui personne n'y a pensé Mr Macron ne veut pas dévoiler qui sera son premier ministre.Allons réfléchissons,ça ne peut etre que lui,le génie des Yvelines le dieu vivant,celui qui a métamorphosé le Vésinet.Phénix,moi et tous les méchants blogueurs nous nous excusons pour notre manque de clairvoyance.Vas y Bernard toi qui sais explique leur à tous ces gueux.LA PATRIE RECONNAISSANTE

      Supprimer
  3. On récolte ce que l'on sème. La mairie a été bien patiente. Apparemment il ne répondait pas aux recommandés, ne fournissait pas les éléments comptables il y a des lois. En espérant que le.prochain locataire sera plus sérieux.

    RépondreSupprimer
  4. Bonne nouvelle ! Bon vent !

    RépondreSupprimer
  5. S'il y a des lois il faut le faire savoir à Mr NO car il a tendance à l' oublier.Par contre il doit connaitre par coeur les adresses de tous les tribunaux de Versailles avec toutes les procédures en cours et à venir.En marche Bernard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que les tribunaux de Versailles pour" SON Vésinet" , il y a d'autres tribunaux pour "SON Green Recovery". Comment vont les factures d'honoraires au cas où il n'y aurait qu'un avocat pour toutes les affaires ?

      Supprimer
  6. Le pavillon des ibis et ses 11 salariés, vont rentrer dans " Green Recovery"le G R de G B," qui "En Marche " va licencier les 11 salarié(e)s.
    No est bien rôdé vous n'avez qu'a lire les histoires des mises à la porte et les jugements des tribunaux.
    L'aubergiste F D avant de partir a t'il eu l'idée de placer de l'argent au Luxembourg ? Pour cela il fallait laisser ses scrupules en France , être riche , intelligent avoir des bagages ( connaissances , diplômes ).



    Encore une histoire de plus à suivre pour les Vésigondins .

    RépondreSupprimer
  7. Heureusement que nous avons des tribunaux afin de punir ces individus. Bravo suis fier d'être vesigondin. La justice a été rendue il doit partir vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que doit faire G B lorsque des tribunaux de province ou de la région parisienne ont condamné " Green Recovery" donc votre G B ? Continuer de licencier ???

      Etes vous aussi fier du K G B dans toutes, toutes ses actions : Bridge- M J C, mais aussi crèches , fêtes d'écoles , théâtre , cimetières ,......fête de la marguerite qui va peut être(?) se terminer pour certains, ( peut être vous) aux frais de tous les Vésigondins au château du Val .

      Quelle chance pour certains Vésigondins d'avoir un tel maire "en marche" vers ........

      Supprimer
  8. Le maire nous a transmis une version tronquée du jugement : ci après. Il omet de préciser que le tribunal lui a retiré le droit de faire justice lui même ce que le maire avait tenté en se présentant avec Joncheray et les policiers municipaux chez le taulier pour lui reprendre les clés. Merci Phénix d'avoir corrigé cette omission !


    mail signé Grouchko
    "Le sujet ayant fait l’objet de communications et débats lors de nos 2 derniers conseils municipaux et compte tenu que notre prochaine réunion du conseil ne se tiendra pas avant début juillet, je souhaitais vous tenir informé du récent développement sur le Pavillon des Ibis : le Tribunal administratif a rejeté la requête que l’exploitant du restaurant avait présentée pour annuler l’arrêté du 23 mars 2017.
    L’arrêté de résiliation de la convention entre la Ville et l’exploitant est par conséquent confirmé."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On oubliera le français pitoyable (compte tenu que ... ) dans le quel ce mail est rédigé, on notera la désinformation manifeste dont le maire se rend complice. En effet il n'y a JAMAIS eu débat sur ce sujet. Le maire a fait une déclaration sans débat le 23 mars avant l'ouverture du CM, et en CM du 3 mai le maire a répondu à une question diverse posée par A Michel, question qui n'a pas été suivie de débat. Le fait de mentionner que le sujet "pavillon des Ibis" a été débattu au CM est une falsification éhontée de la réalité.

      Supprimer
    2. Et bien moi je suis fier de ne pas être un concitoyen de ce maire !

      Supprimer
    3. En tant que Public qui a assisté aux Conseils, je confirme ce que dit Phénix. De plus, tous les blogueurs et les vésigondins sont d'accord pour dire que Monsieur Foucault devait partir puisqu'il refusait de donner son CA à la Mairie et ne payait plus les loyers mais le Maire n'avait pas à faire lui même la loi avec Monsieur Joncheray. Il est tout à fait normal que tous les comerçants soient choqués par cette "violence". Le juge a été dans ce sens, interdissant Monsieur le Maire de ne pas recommencer ses méthodes. Ce qui est certain, c'est que Monsieur le Maire ne s'est pas vanté d'avoir usé de la force au CM et c'est délibéremment qu'il n'a pas précisé dans
      l'email envoyé à tous les Conseillers que le juge lui avait entonné l'ordre de ne plus refaire le shérif. Monsieur le Maire devrait ne pas oublier qu'il n'est pas au dessus des lois et qu'il n'a pas tous les droits sur les gens.

      Supprimer
  9. Pardon mais je ne comprends pas bien. Le gérant se croit tout permis pourquoi certains prennent sa défense ? Il ne paie pas la.mairie ne fait pas de travaux il se prend pour un.caïd ou quoi ? Je sais que phenix n'aime pas le maire mais là c'est du grand n'importe quoi! Je félicite la mairie. Il.part quand le gérant ?

    RépondreSupprimer
  10. Dans cette triste affaire nul ne met en doute les manquements réels de l'exploitant à ses engagements et le bien fondé de la mairie à obtenir le respect des obligations contractuelles.

    C'est l'intervention du maire pour s'opposer à la reprise prévue de cette exploitation par un tiers qui pose question depuis que le blog a établi que son propre avocat était impliqué dans le deal au moment de sa rupture.

    C'est aussi la méthode commando du maire débarquant dans le Pavillon pour expulser le restaurateur qui a choqué les commerçants du Vésinet, il suffit d'évoquer l'affaire pour noter combien ils sont sous le choc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ce comprend ! Même non diplômés avec "de vrais diplômes" comme leur maire , "leur fusée a plusieurs étages" , les commerçants sont capables de juger "l'intervention du commando du maire débarquant dans le pavillon pour expulser le restaurateur ". Un maire qui ne pousse jamais la porte de leurs commerces, pour dire bonjour, un petit mot avec un serrage de mains !!!

      Seront ils un jour expulsés par le K G B?

      Supprimer
  11. Tous ceux qui s'intéressent au microcosme politique vesigindin savent que D.F. avait un passé contestable (nous n'en dirons pas plus). D'ailleurs certains critiquent la destruction de l'hôtel des ibis en ruine. DF demandait à la ville de dépenser des centaines de milliers d'euros pour le rénover et lui en confier l'exploitation. On voit où cela nous aurait mené ...
    Néanmoins comme le fait remarquer justement Phénix, pourquoi l'accord de reprise que le restaurateur avait trouvé a-t-il été rompu ? Il lui permettait de rembourser ses dettes et de partir tranquille. Pourquoi l'avocat de la restauratrice qui devait reprendre est celui qui conseille Green Recovery ?
    Le double-jeu perpétuel de No est insupportable.

    RépondreSupprimer
  12. moi je suis bien content de ce jugement. Bravo à BG pour ne rien lâcher et permettre d'avoir enfin un bon restaurant, un vrai professionnel qui paye ses factures et entretient le site tel qu'il devrait l'être.

    RépondreSupprimer
  13. Il faudrait un vrai restaurant ou l'on mange bien. L'endroit est magnifique nous y avons mangé une seule fois car avons été très mal reçus et avec une addition salée. Le gérant criait après ses serveurs .... quelle manque de classe. Enfin c'est fini ouf vivement la reprise

    RépondreSupprimer
  14. Entierement d'accord avec 11.13 du 6 mai

    RépondreSupprimer
  15. L'endroit était si beau avant que df n'arrive. C'est bien joli de rouler en porsche encore faut il payer son dû !

    RépondreSupprimer
  16. Si vous aviez des loyers impayés tout le monde ferait la même chose ! Dehors ! En revanche petite pensée pour le personnel qui n'a pas toujours été bien traité par ma direction.

    RépondreSupprimer
  17. Douterait - elle de l’honnêteté intellectuelle de monsieur le maire ? Toujours est-il que madame Willemin invite l'élu prompt à se congratuler après la décision du Tribunal administratif à transmettre à tous et à toutes l'intégralité du jugement y compris les dispositions dont Phénix s'est fait l'écho. (lire le mail à monsieur le maire et au conseil municipal de S W. ci dessous)

    "Monsieur le Maire,

    Pour notre parfaite information, pourriez-vous envoyer à tous les élus l'intégralité du jugement concernant cette affaire ?

    Très cordialement,

    Sophie Willemin"


    Conseiller municipal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant d'arriver à ce commentaire, je me demandais pourquoi le mail du maire à ses collègues du CM n'était pas la retransmission exacte du Jugement.
      La demande de S.Willemin me semble évidente. Il n'y a pas à discourir sur le jugement mais à le transmettre intégralement. je pense que la juge sera édifiée de constater une fois de plus le manque d'honneteté et de rigueur du sieur Grouchko.
      Cela me fait penser à la retranscription de la bande audio du CM. On ne voit pas écrit sur le papier ce qui a été dit, genre insultes etc....Pourquoi interpréter, on demande de reproduire soit les propos tenus ou ici, le jugement rendu.

      Supprimer
  18. Phénix pourrais tu enquêter sur les agissements de No le big boss de Green Recovery ?

    A t-il toujours respecté ses engagements quand il reprenait pour peanuts des entreprises, a-t-il toujours honoré les paiements aux caisses sociales pour les casses dont sa société était responsable ?

    Bizarrement le maire d'une ville du Calvados où Green Recovery est responsable d'un désastre social majeur pense le contraire.

    Alors y aurait il deux No : le boss de Green Recovery, société habituée des tribunaux, qui exécute les plans sociaux les plus brutaux et le maire du Vésinet qui joue au père la rigueur avec le gérant du pavillon des Ibis ? L’hôpital s'est - il jamais autant moqué de la charité ?

    Phénix on attend ta réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire suite à la demande d'enquête adressée par le 13: 49 à Phénix , je me suis dit: Toi fais donc ta petite enquête perso, "sur l'un des deux No", celui des affaires. J'ai recherché simplement des renseignements à partir de la liste des entreprises " Green-Recovery". Mais pas par rapport aux billets de Phénix et de leurs commentaires : On est jamais mieux servi que par soi même!!!

      je suis tombé ( c'est une façon de parler) , sur " A M F Autorité des marché financier, La commission des sanctions du 21 octobre 2010"

      " Décision de la commission des sanctions à l'égard de MMe Chû Hoang Naudin, de M Bernard Grouchko et de la société G E C I , anciennement dénommée Reims Aviation Industries". en 10 pages... pour terminer par : Par ces motifs .... Décide de ....Paris le 21 octobre 2010 . Cette décision peut faire l'objet d'un recours dans les conditions prévues aux articles R.621-44 à R.621-46 du code monétaire et financier.

      Un bon week -end de trois jours , pour d'éventuelles recherches .

      Supprimer
  19. Rappel juridique :

    l'exploitant des Ibis a un contrat de concession qui se termine , c'est à dire qu'il ne possède aucun fonds de commerce.

    Essayer de vendre une queue de concession en faisant croire qu'elle va être prolongée, au prix de plusieurs centaines de milliers d'euros , cela s'appelle comment ?

    heureusement que cette transaction n'a pas eu lieu ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, votre analyse est celle prônée par le château pour se disculper mais elle ne résiste pas à la réalité.

      L'exploitant qui souhaitait interrompre son contrat avant le terme de la concession était fondé à céder sa clientèle et le matériel qui lui appartient. La mairie avait autorisé le deal et accepté de proroger de 4 ans la concession pour permettre à madame Darnis d’équilibrer ses comptes; d'où la signature en bonne et due forme d'un compromis de vente.

      C'était avant qu'un affairiste s'en mêle avec l'avocat de sa société - officiellement pour des raisons de Sapin 2, arbre qui cache la forêt !

      Supprimer
    2. Le pauvre Sapin ne pouvait pas imaginer que des "gens malhonnnêtes" se serviraient en veux tu en voila de sa loi pour arranger les basses oeuvres des "affairistes" !

      Supprimer
    3. Oui il semblerait qu'il ait demandé plusieurs centaines de milliers d'euros ....... pour un restaurant qui ne fonctionne plus. Bien essayé mais il est tombé sur plus fort que lui

      Supprimer
    4. pas d'accord ... il faut lire le contrat de concession

      1) La clientele appartient au concédant, cad la ville. Elle ne peut être vendue par le concessionnaire
      2) jurisprudence constante , il n'existe pas de fonds de commerce sur le domaine public. le concessionnaire peut juste vendre ses meubles
      3) La concession est intuitu personae , pas de cession possible sauf accord concédant.
      4) La mairie a autorisée .... ...ce n'est pas ce qu'a dit le maire en CM , le compromis de vente objet de votre courroux a t il été signé par le maire ?
      5) Quel intérêt pour le budget de la commune de donner une prorogation pour que l'ancien concessionnaire puisse repartir avec de l'argent ???? cela n'a pas de sens, c'est de la spoliation d'argent public que vous auriez dénoncé à juste titre.


      ... ou il faut expliquer .

      Je suis allé manger dans ce restaurant récemment. Pas de commentaire sur la qualité de la cuisine. Mais il y a mini 600K€ de travaux intérieurs de rafraichissement , et 500K€ de remise à niveau en extérieur.

      Qui va payer ?

      Supprimer
    5. Oui qui va payer tous ces travaux ? Les.vesigondins veulent savoir. C'est à DF de payer la note

      Supprimer
  20. Tout le monde parle de DF mais vous oubliez de dire qu'à cause de lui il y a des salariés qui vont pointer au chômage c'est à ceux là qu'il faut penser et non à DF qui n'a pensé qu'à lui et à son confort personnel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis d'accord avec 16.35. Vous plaignez DF mais son personnel, personne n'en parle dans ces échanges. Il a foutu le bordel. Qui va payer les travaux ? Y en a marre !

      Supprimer
  21. C'est bien triste une fin pareille. Si seulement il avait été loyal avec tout le monde .... il aurait pu partir la tête haute mais là .... il a jeté la honte sur sa famille. Ce sera très difficile pour lui de rebondir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui c'est vrai, quel gâchis. Il paraît que c'est très compliqué aussi à Maisons Laffitte ou il a un autre restaurant. Jacques Myard ne se laissera pas spolier. Je n'aimerais pas être à la place de Foucault.

      Supprimer
  22. Quoiqu'il en soit le Maire n'a pas à se substituer à la justice et faire son gros malin avec Joncheray , c'est
    Une honte ! Mais pour qui se prennent-ils, les Dalton, Zorro et sergent Garcia, les Barbouses ? Jusqu'où vont-ils
    Nous ridiculiser ? Ils ont distribué du muguet aux séniors dans les résidences, tout sourire, démarche électorale,
    Et après ils jouent aux siciliens aux Ibis . Mr Lorenzi vous avez là le début d'un scénario !

    ?

    RépondreSupprimer