9 juin 2017

« Celui qui prend l’épée, périra par l’épée »

Ce soir la dream team au grand complet est invitée par No à un échange emprunt de convivialité. Que c’est une bonne idée de ressouder des liens que l’on perçoit un tantinet flottant. Au moment où des tensions centrifuges s’exercent pour rejoindre la pétition initiée par A Michel : « Sauvons le soldat Foucault » No aura fort à faire pour justifier les méthodes de "gangster" appliquées pour « casser » le restaurateur. 

On sait No peut enclin à lire les évangiles, mais Matthieu a laissé une sentence dont la portée reste universelle : « Qui prend l’épée périra par l’épée ». Et tout ce que le maire a su faire c’est donner dans l’outrance pour occire le concessionnaire.  Outrance que de publier le nom du restaurateur sur les murs de la ville, outrance que de convoquer la presse pour médire du restaurant, outrance que d’utiliser les publications de la ville pour ternir la réputation du pavillon des Ibis.

La seule arme que semble connaître No est celle qui permet d’éliminer ses adversaires, de s’en débarrasser, voire de les pousser au désespoir (stricto sensu) en fanfaronnant qu’il est dans son bon droit. La calomnie, la diffamation sans cesse invoquées par celui qui est devenu l’as du dénigrement le concerne pourtant au premier chef ! Le maire porterait sur sa seule tête la catastrophe qu'il aurait provoqué. S'il reste-t-il une once d'humanité chez cet homo sapiens il serait temps d'en faire usage.

Quiconque fait mine de s’opposer est un paresseux, un incompétent, un ignorant des dossiers (nombreux sont les adjoints et conseillers de la majorité que No a inscrit dans cette catégorie),  les élus de l’opposition sont des « opposants systématiques brandissant des menaces tatillonnes » (sic) incapables de voir le bien fondé de la politique éclairée menée par le maire, et sont livrés en pâture dans la tribune que No publie au nom de la majorité dans la revue municipale.

Le comble du double jeu est atteint avec un mail insultant la dignité des conseillers, de tous les conseillers, menacés de sanctions pénales pour oser dénoncer les mensonges officiels. La stupéfaction a frappé des maires voisins qui ont eu connaissance de cette pitoyable diatribe.

Le maire sait-il qu’il n’est que l’élu de ses conseillers … ? Bastard pour l’avoir oublié a vu son siège devenir éjectable.




5 commentaires:

  1. Quels maires?
    Fantasmes...

    RépondreSupprimer
  2. Quand on s'attaque à la franc-maçonnerie...
    A notre soeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce blog et ses commentaires sont très enrichissants pour les non Vésigonins . Ils y constatent la supériorité de certains de leurs voisins( pas tous) ,tant pour leurs idées,que leurs expressions.
      Cela peut aider les non Vésigondins a prendre conscience de leur degré d'infériorité ! Ils ne pourront jamais égaler" l'Exception "!
      Moi je ne suis que Franche , ni maçonne , ni bridgeuse. Le non bridgeuse m'a valu d'être considéré comme personne négligeable. Je n'ai pas de "sœurs" puisque fille unique donc "sœur " de personne !
      Merci à ceux de droite ou de gauche qui se défoulent sur ce blog , mais qu'ils sachent que malgré leurs bafouilles qui à la fois m'amusent et me rendent triste , demain je voterai selon mon idée étriquée qui n'est pas forcement la leur .
      Certains écrivent que les Maires des communes environnantes " se bidonnent" de voir leur collègue évoluer en Maître-Souverain !? allez savoir pourquoi ?

      Supprimer
  3. Criant de vérités
    Une honte cette équipe
    À vomir 🤢

    RépondreSupprimer