13 juin 2017

Conseil privé ou privé de conseil ?

Le maire serait-il un enfumeur de première ?

Il donne à croire qu’il met sur la place publique les projets élaborés pour la place du marché en conviant à un « conseil municipal privé » les élus toutes tendances confondues. (voir convocation ci-contre, assortie d'un "chers tous" qui fleure bon la boniche de service)

Il faut savoir :

1)    que ces documents ont été élaborées dans le plus grand secret puisque aucune réunion, même au sein de la majorité, n’a fixé les objectifs assignés aux prestataires extérieurs. Même une fois élaborés ces objectifs n’ont pas fait l’objet de communication. Ils sont issus de la « verticalité » et ne souffrent aucune discussion comme se l’ai envoyé dire l’adjoint aux sports qui s’étonnait d’avoir été exclu de cette réflexion … l’adjoint aux sports et aux jeunes serait-il considéré comme un niakoué ?

2)    un conseil municipal privé : quèsaco ? C’est une formule « canada dry ». Ça a l’air d’être un conseil municipal, ça réunit tous les élus mais là s’arrête la similitude. Un conseil privé est dénué de tout pouvoir exécutif. C’est une réunion sans ordre du jour officiel, sans compte rendu transmis en préfecture, et sans pouvoir de délibération. C’est un truc à enfumer les opposants.

Grouchko qui annonçait au lendemain de son élection la participation citoyenne à toutes les décisions structurantes la vie de la cité s’est transformé volens nolens en potentat incapable d’ouvrir un débat sans fulminer dès qu’il est contesté. Alors il prive la ville d’un conseil municipal public et contradictoire sur l'avenir de la place du marché en décrétant la réunion d’un conseil privé.

On ne se refait pas. Prisonnier d’intérêts qui le dépassent – voir l’Ibisgate-  manipulé par un entourage bling-bling avide de gains, le maire a abdiqué toute prétention à une gestion démocratique.

Autant les conseillers de l’opposition que ceux de la majorité se satisfont en bêlant de cette varésification.

Ça ne dure jamais longtemps … 



14 commentaires:

  1. Quels sont "les autres sujets que nous souhaiterions pouvoir débattre" : Compte t il également débattre des ibis?
    Compte t il apporter tous les documents à étudier lors de la commission demandée par A. Michel et qui pourront ainsi à l'avance être consultés par la majorité et l'opposition? Sa proposition est certainement faite en vue d'apaiser le climat détestable qu'il fait règner au sein du conseil, de la mairie et de la population vésigondine.
    Un peu de sagesse et de transparence pour rendre de l'agrément à cette gentille petite ville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme l'explique Phénix, cette réunion ne peut être le lieu de constitution de la commission d'enquête appelée à faire la lumière sur les conditions dans les quelles le maire s'est impliqué à titre personnel dans ce fiasco. Il faut une assemblée habilitée à voter et à prendre des décisions qui engagent le maire, ce qui n'est pas le cas d'un "conseil privé".

      Supprimer
    2. Un conseil privé n'est pas une chambre d'enregistrement des propositions du maire.
      Il a oublié qu'il faut passer par le vote pour entériner ses propositions.
      la place du marché est un vrai problème (merci Mr l'EX) et maintenant les Ibis vont le devenir étant donné le passé Green recovery et réglement à la hussarde du club des 4 ou 5 selon les problèmes.

      Supprimer
  2. Grouchko est de plus en plus nerveux et multiplie les erreurs. On murmure en mairie que la cuisante défaite de Myard l'a déstabilisé.
    "Allons, allons, mon grand Bernard" lui aurait soufflé Mamie Madeleine "Tu en as vu d'autres, et tu sais ce qu'on pense de Myard dans la famille"

    RépondreSupprimer
  3. mais non, Grouchko pro en marche à partir de Dimanche soir? Mais la place de député" sera prise .Que reste t-il? sénateur? C'est pour bientôt ou le cabinet du ministre préféré?

    RépondreSupprimer
  4. Conseil privé : est ce pour parler en toute franchise des problèmes de notre cher Conseil municipal?
    1° LA PLACE DU MARCHE. En cette période mouvementée d'elections, comment faire passer un tel sujet en catimini sans en avoir parlé à la commission urbanisme et ensuite en conseil privé....
    2°ne pas proposer ouvertement de parler du pb des ibis qui pollue la vie municipale et citadine...
    La façon de faire de ce maire me rappelle celle de l'EX avec le problème de la patinoire,
    Bon sang ne saurait mentir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pou la place du marché, il faut d'abord s'occuper de ce qui existe en dessous et quoi en faire (si c'est possible) pour parler ensuite de ce qui se passera dessus..., sinon, il y a toujours l'hypothèse de tout casser et de repartir d'une feuille blanche... La solution Varèse assaisonnée à la sauce Chatard a coûté au final bien plus cher que le projet Foy. La suppression de la place au profit de logements "centre ville et square" ferait sûrement le bonheur des promoteurs et du reste de l'organisation commerciale du centre ville et ça, ce n'est pas dans les cordes des amateurs qui pensent pouvoir gérer les intérêts des vésigondins.

      Supprimer
    2. Mon Dieu, Mon Dieu et c'est reparti ......
      Combien aurait couté la vraie patinoire entérrée et aussi l'équipe de hockey qui allait avec....
      Rappelez vous, si vous voulez relancer la polémique que les estimations proposées n'étaient pas le coût réel de la patinoire faite par des architectes qui n'en avaient jamais réalisé et se seraient fait les dents avec nos deniers....

      Supprimer
    3. Désolé, mais je ne parle pas de votre défouloir (patinoire). Je parle de la place du marché dans son entier. Quelle sale habitude de toujours vouloir détourner le sujet principal. On s'en fout de la patinoire. On veut un projet concret pour la place.

      Supprimer
  5. Invention vésigondine destinée à surtout éviter que le public - en général et Phénix en particulier - se mêle de ce qui ne le regarde pas ?
    Pourtant, le Code Général des Coll. Terr., dans son article 2141-1 semble dire le contraire : " Le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle ci et à être consultés sur les décisions qui les concernent......est un principe essentiel de la démocratie local.Il s'exerce dans les conditions prévues par le présent titre....ainsi qu'à la liberté d'accès aux documents administratifs ".
    Je ne comprends plus rien, Phénix à l'aide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si maintenant, il faut respecter la loi ... la vie devient infernale !

      Supprimer
  6. Depuis Alain Joneman, avec A.M.Foy et Grouchko:" la liberté d'accès aux documents administratifs" n'existe pas !
    Etre obligé de "creer une commission pour pouvoir consulter des documents est une première au Vésinet !

    RépondreSupprimer
  7. A Moscou, Staline fait dynamiter la cathédrale du Christ-Sauveur pour y édifier un Palais des Soviets de 400 m de hauteur. Mais le terrain est trop mou. On le remplace par une piscine géante. Fin des années 90, elle est rebouchée et la cathédrale y est reconstruite à l'identique. Peut-être reverrons-nous un jour notre place du Marché dans son état d'avant le hideux marché couvert-patinoire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas oublier le blockaus, médiathèque, maison des jeunes de 4 étages qui a obligé à mettre au sous sol parking des piliers de soutainement énormes qui empèchent une circulation fluide dans le dit parking.
      Ca, c'était pour empécher que lene fasse éffondrer le parking. C'est vrai qu'il fallait les prévoir, mais une fois là, on ne peut pas les enlever.
      C'était le projet patinoire médiathèque : ne pas l'oublier !

      Supprimer