8 juillet 2017

Le front du refus

Ils sont onze à avoir tenu tête à Grouchko. Ce sont les onze conseillers d’opposition qui ont rejeté la délibération scélérate opposant la ville au blog. Ces onze élus  représentent 72 % des électeurs aux dernières municipales, en tenant compte de la défection de 3 colistiers du maire. Une imposante majorité s’oppose désormais aux dirigeants du château et à leurs godillots dès  que la liberté d’expression est menacée.

Tous ont été un jour ou l’autre épinglés sur ce blog, tous ont des griefs à formuler contre Phénix et ils l’ont rappelé jeudi soir, mais au-delà de ces divergences ils ont fait front commun contre le despotisme du locataire du château. Ils ont privilégié la liberté d’expression à la remise en cause du droit de blâmer. C'est tout à leur honneur.

Ce front républicain contre l’arbitraire des minoritaires représente l'écrasante majorité des vésigondins,  c’est l’expression des 72% d’électeurs que le maire tente de bâillonner en  usant de procédés calomnieux. Le dénigrement public d’un citoyen au conseil municipal relève de méthodes en usage chez les fachos, tout comme la divulgation d’informations relatives à des litiges privés en cours. 

Ce sont ces dérives que ce front républicain a voulu rejeter en votant contre cette délibération, et plus tard en exigeant la création d’une commission d’enquête sur le devenir du pavillon des Ibis, lieu victime aussi de l’arbitraire municipal. 
Une minorité aux ordres impose encore son diktat contre la volonté du front républicain.  Combien de hold-up contre la démocratie ont résisté au temps ? On ne connaît pas de colonel qui ne se soit fait déboulonner.

Crédit photo: LE PARISIEN

18 commentaires:

  1. Les interventions au Conseil Municipal de Mme Willemin et de M Michel peuvent-elles être publiées sur le Blog? Elles sont intéressantes et permettraient aux nombreux lecteurs du Blog d'avoir une information complète et pas seulement celle sectaire, mensongère et partiale du petit chef du Château Carnot.

    RépondreSupprimer
  2. En préambule GROUCHKO a prononcé ces propos qui pourraient passer à la postérité :
    " Tout le monde sait que la liberté est une valeur à laquelle je suis très attaché."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut-il en rire 😂 ? Ou en pleurer 😢 ?

      Supprimer
  3. Petite question. Pourquoi ne pas faire comme à Saint Rémy les Chevreuses ? A quand les démissions d'élus lâches? Il faut agir maintenant

    RépondreSupprimer
  4. L'image est choquante.A cet âge se faire passer les menottes et expulser d'un conseil municipal pour des mots.Quelle belle leçon de démocratie.Mme la Deputé Mr le préfet agissez s'il vous plait.Phénix le VESINET est avec vous.Lamentable dérive des drogués du pouvoir.Honte à eux.Attention à la justice divine.L'oeil était dans la tombe et regardait caîn.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a pas eu de menottes et les policiers furent très courtois. Eux-mêmes savaient que cette expulsion était ridicule.

      Supprimer
  5. Sophie Willemin jeudi soir:
    "Monsieur le Maire, si vous persistez à présenter cette délibération, vous allez le payer cher, notamment dans les urnes"
    Réponse du Maire:
    "L'honnêteté et la défense des gens qui travaillent avec moi sont plus importants que les urnes."
    Tous ceux qui connaissent bien Bernard GROUCHKO sauront décoder cet échange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De quels gens parle-t-il ? Des noms auraient été bienvenus et j'en suis certain peu nombreux

      Supprimer
    2. Le maire a également répondu à Mme Willemin qu'elle ne pouvait pas savoir si il allait se représenter. Que chacun comprenne ce qu'il veut dans cet aveu...

      Supprimer
  6. Excusez-moi Phénix : 11 de l'opposition ont voté contre cette plainte d'après vos écrits ? Comment pouvez-vous l'affirmer, c'était à bulletin secret, non ? Ce n'est pas le mâle du clan de l'EX et ses équipières qui ont voté contre à la vue de ses propos contre vous. Il y a donc très certainement des gens de la majorité qui ont voté contre cette plainte ! Avec en plus 2 absentions. Le "Front Républicain" est peut-être aussi dans la majorité. Remerciez aussi les deux conseillers de la majorité qui ont poussé No après le commentaire de Willemin à empêcher que vous soyez attaqué non stop jusqu'à la fin du mandat de No ! Des pensées pour les 2 membres de l'opposition, Michel et Willemin qui seront très certainement convoqués par le Juge. Je crois que tout le monde de la majorité comme de l'opposition sont usés par tout ce qui arrive. Tout ce qui se passe est une honte et je suis triste pour ces élus de tous bords, ces civils qui se font écraser, humilier perpétuellement. Courage à vous tous et continuez de défendre la liberté d'expression, cette liberté qui nous est si chère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vote était à bulletins secrets mais on notera que le vote de la délibération 17 sur le restaurant des Ibis fut le même. Les résultats furent identiques et ce vote était à mains levées ...
      Les 2 votes blancs sont à féliciter. Beaucoup de courage pour ces 2 élus qui savent que leurs collègues les ont reconnus.
      Honte enfin a la 33ème conseillère qui n'est pas venue et n'a donné aucune procuration. Cette dame est sur une voie sans issue.

      Supprimer
    2. La 33ème conseillère, membre de la majorité a par son absence manifesté son opposition à toutes les mascarades de ses colistiers. Elle s'était également opposée à la mascarade du théâtre.
      La politique de la chaise vide est dans ce cas louable.

      Supprimer
  7. Toujours pas de bande Audio sur le site de la Mairie pour écouter ce Conseil qui semble avoir été "chaud". Est-ce normal ?

    RépondreSupprimer
  8. Photo de la gloire ou photo de la honte ?
    De la gloire pour Phénix, de la honte pour ceux qui l'on fait évacuer.
    Il est vrai qu'en réunion de conseil municipal le public n'a pas droit à la parole.
    Mais, en la circonstance, dans une attitude démocrate, un maire maîtrisant son assemblée aurait pu autoriser l'EXPRESSION plutôt que l' EXPULSION .
    Rien de tout cela, quel gâchis , quel exemple !

    RépondreSupprimer
  9. Ou mise en scène?...
    Bien coiffé et belle chemise...

    RépondreSupprimer
  10. Tout à l'image de ce maire qui se cache en la circonstance, derrière ses agents. Parlons en des agents. Certains des moutons, qui par intérêt, qui par peur de représailles, c'est humain, mais difficilement compréhensible. Les autres, réfractaires à cette dictature, qui sont de moins en moins nombreux après tant de choses difficilement vécues. Et il veut faire croire que la plainte est déposée au nom des agents municipaux ! Quel mensonge parmi tant d'autres. Comment peut-il, et peuvent-ils se regarder dans une glace après tant de mensonges. Au moins les agents "réfractaires", eux le peuvent. Qu'ils se manifestent, qu'ils unissent leurs forces pour faire tomber cet individu et son équipe (on ne devrait même pas utiliser ce terme, car il est trop beau pour cette bande ...... je vous laisse le libre choix du qualificatif).

    RépondreSupprimer
  11. Je rêve ! Pincez-moi, car j'ai du mal à le croire.
    La Mairie du Vésinet est victime d'un piratage.
    Phénix ne va pas pouvoir entrer dans les archives du Vésinet, ni, donc, à la postérité.
    En effet, sur la bande son du Conseil Municipal du 6 juillet 2017, les quelques minutes du début de la séance ont été effacées.
    Ahurissant !!!!
    Le Maire fait une intervention publique en ciblant une personne présente dans la salle et, profitant de la soit-disant interdiction faite au public d'intervenir dans le débat, demande à la Police Municipale d'expulser, manu militari, cette personne de la salle.
    Toute cette partie de la séance du Conseil Municipal a été enlevée de la bande son.
    Cela fait débat Monsieur le Maire.
    Soit, vous considérez que cette partie historique de la séance fait partie du Conseil Municipal et donc il n'y a aucune raison de l'enlever de la bande son. Ceci constitue une fraude caractérisée de la réalité de ce qui s'est passé.
    Soit, vous considérez que votre intervention concernant Phénix ne fait pas partie des débats du Conseil Municipal (c'est votre droit), mais, dans ce cas là, interdire à celui qui veut répondre à vos invectives de s'exprimer et le faire expulser est totalement illégal.
    Le citoyen vésigondin saura faire la part des choses et juger la nature des faits et gestes de leur Maire.
    Tant les Conseillers Municipaux que le Public présent dans la salle pourront témoigner de l'anormalité de l'évènement.
    Puisque Phénix ne peut rentrer par la bande son dans l'histoire du Vésinet, il ne reste qu'un choix : épingler l'un ou l'autre de vous deux sur un mur. Mais sera-ce sur le mur de l'Histoire ou sur le mur des Cons ?
    A chacun de se faire son opinion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne rêvez pas , "Jo Furax": c'est la dure réalité bien connue de la méthode "Grouchko et Société". Vous ne saviez pas ?
      "Jo Furax" ne me dites pas que vous ne connaissez pas Pinocchio" dont le nez s'allonge à chaque fois qu'un mensonge sort de sa bouche !?

      Supprimer