5 février 2018

Château : la grande évasion

L’hémorragie s’accélère et avec elle les pertes de mémoire. Le château se vide de ses occupants, le mouvement prend de l’ampleur* ce qui n’est pas pour déplaire au triumvir. En éliminant les  « bons-à-rien » le QI moyen a fait un bond. Le tsar peut s’enorgueillir de sa spectaculaire amélioration. Encore un petit effort, lorsqu’ils ne seront plus que trois, le QI au Château fera pâlir de jalousie les maires de la Boucle.

Le tsar a fait le vide autour de lui. Pas un département qui n’est affecté par ces évasions. Le taux d’absentéisme dont l’explosion est mesurée sans possibilité de manipulation alerte les autorités chargées de suivre les indicateurs de gestion du personnel. La comparaison entre la période actuelle et l’état du personnel sous le régime précédent fait l’objet en haut lieu d’une appréciation sévère. 

Sans préjuger des décisions qui pourraient lui être imposées le tsar fait mine d’ignorer les alertes que le plus rétrograde des chefs du personnel n’aurait pas manqué de lui faire remonter. On ne parle pas au Château de ressources humaines mais de corvées de serfs. 

Plutôt que de nier l’évidence quant au « bonheur » qui règne dans les services, le tsar pourrait commanditer une étude de satisfaction auprès d’une société indépendante (pas une officine d’En Marche) dont tout DRH – digne de ce nom - sait d’expérience qu’elle peut être menée en garantissant aux sondés une parfaite confidentialité. N’est ce pas Monsieur de la G … , le complice conseiller ?

La publication dans la Pravda des fromages issus de l’enquête d’opinion vaudra réponse à ce billet.



* à la suggestion des autorités le blog ne donnera pas de chiffres, ni ne mettra de noms sur les évadés.

12 commentaires:

  1. On envisage de changer le nom d’un célèbre rond-point du Vésinet. Maintenant on écrira «  rond-point du serf »

    RépondreSupprimer
  2. 👍👏 mais alors pensons à un autre nom pour le château. Pourquoi pas le goulag. Cela me semble approprié, pour les agents, bien sûr et sur un plan psychologique, c'est évident.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le KGB du Vésinet, il n'y a qu'un pas du kremlin du Vésinet , au goulag du vésinet! On nous promet une température de plus en plus basse pour les prochains jours
      arriverons nous a celle de la Sibérie ?

      Supprimer
  3. C’est complètement incompréhensible pour qui ne vie pas cette situation de l’interieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas bien compliqué de comprendre que tout le monde quitte la mairie ? Non ? Les fonctionnaires se font virer ... ou trouvent une mutation. Et impossible de les remplacer, la rumeur d'une mairie naze a fait le tour de la région parisienne : plus personne ne veut venir au Vesinet

      Supprimer
  4. Il faut une personne qui respecte les autres ! Il n'a personne dans son entourage ?

    RépondreSupprimer
  5. la strategie de l'équipe est simpliste: on liquide le personnel (variable d'ajustement) ,et on habille le bilan ,résultat économie financiere ,baisse de la masse salariale des fonctionnaires (on flatte l'électorat) et ça aboutit à la baisse d'impot.le corollaire c'est une baisse quantitative et qualitative du service public ,or à l'approche des élections c'est un jeux risqué,car l'effet positif de l'un peut etre effacé par l'effet négatif de l'autre.Alors soit le véigondin n'est pas exigeant et tolere un bilan maigre du moment que le minimum régalien est assuré et donc le pari est gagné soit il est plus exigent et est mécontent de la régression de sa ville et là le pari est déjà perdu.cette vision est elle aussi simpliste et ne tient pas compte des aléas juridique et humains

    RépondreSupprimer
  6. L'hémorragie affaiblie de plus en plus le grand corps malade.a quoi sert un haut qi si on se vide de son sang?le maire se tire une balle dans le pied

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son orgueil mal placé , n'est pas dans son pied mais dans sa tête! Alors après le pied c'est la tête qu'il faut re... tirer

      Supprimer
  7. 5 cadres jardiniers ,5 jardiniers ,5 cadres sup ,une dizaine d'agents soit au minimum 25 personnes dont la majorité au service technique voila le bilan de l'ere du tsar.ce qui etait l'exception vesigondine en matière despace vert et 30 ans dinvestissement humain est aneanti en quelques années .ça commence à se voir et ca va s'accélérer mais apres moi le deluge....

    RépondreSupprimer
  8. Ce n'est pas un GRAND CORPS MALADE, mais une GROSSE TÊTE MALADE que vous avez vous les Vésigondins à la grosse tête de votre" ville d'exception" !

    RépondreSupprimer
  9. Le dernier arrivé à l’etage a tenu 15 jours ! Parqué dans un couloir avec son PC ...sans bureau pour travailler.

    RépondreSupprimer