10 février 2018

Place du Marché : la honte !

Ni salage, ni déblaiement, la place du marché a été livrée aux forains brut de déneigement. Pas mieux pour les accès, les trottoirs laissés à l’abandon sans la moindre pincée de sel.
 
Le commentaire d'un commerçant :

"J'ai du venir moi-même hier soir pour nettoyer ma place. Elle était encombrée de neige. C'est une honte. Quand on pense au prix qu'ils nous font payer pour cette place ..."
 
On ne compte plus les chutes, les glissades non contrôlées, les agents de la ville auraient peut être dus être réquisitionnés. Mais avec les méthodes de garde chiourme auxquelles ils sont confrontés les volontaires n’ont pas pu être désignés.

Pour toute signalétique au carrefour de la poste cette feuille esseulée à même le sol, que l’on peut lire à l’issue d’un vol plané. Aucune indication de l’extrême dangerosité du passage verglacé, sans doute pour permettre à la pharmacie voisine de soigner les éclopés.

Grouchko et compère Momo ont fait leur la formule du petit père Queuillle : « Il n'est pas de problème que le temps et l'absence de solution ne contribue à résoudre. » parole de médecin ... 

La biographie d'Henri Queuille se termine par ses mots : « ... également symbole de l'amabilité, de la simplicité, d'une honnêteté scrupuleuse, de la proximité avec ses concitoyens et d'une fidélité permanente à l'humanisme radical socialiste et à la République »

On se croirait au Vésinet.


13 commentaires:

  1. Et Monsieur Joncheray ? Va t il encore continuer à se pavaner en disant qu'il défend les commerçants ?

    RépondreSupprimer
  2. Le contremaître d'astreinte a brillé par son initiative, bravo ! Les contractuels ont le sens du service public.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De là à laisser la Place dans cet état... Il est au courant qu'il travail pour la ville ?

      Supprimer
    2. Il est contractuel, il travail pour le plus offrant, rien ne ressemble plus à un bâtiment qu'un autre bâtiment. On laisse la place dans cet état on s'en fout je met les voiles ailleurs.

      Supprimer
  3. C’est encore un coup d’A.M Foy. Il veut imposer sa patinoire !

    RépondreSupprimer
  4. J'habite une commune voisine mais je traverse Le Vésinet tous les jours pour aller au boulot. Je dois dire que je suis effaré du peu d'entretien de la voirie au Vésinet ... et je me réjouis d'habiter dans ma commune. Bon courage à tous.

    RépondreSupprimer
  5. La photo que vous publiez, Phénix, illustre bien les propos du commerçant. Quand on pense que ces commerçants se lèvent à 4H00 ou 5h00 du matin pour venir travailler. Et en plus, ils doivent déblayer les tas de neige. C'est inhumain.

    RépondreSupprimer
  6. j'ai vécu de chez mon coiffeur une Scène Vésigondine amusante, une animation. Jeudi après midi un déneigement pour le marché du samedi matin a eut lieu sur une petite partie de la place! Imaginez vous un groupe d'une dizaine de personnes en conférence pour en désigner 4 qui auront à pousser 4 grattoirs d'environ 40 à 50 cm de lames,montés sur des manches du style manches à balais!
    Je ne suis pas restée assez longtemps chez le coiffeur, pour constater le résultat du travail( moyenâgeux) de déneigement par ces 4 employés de la mairie tellement bien encadré par les donneurs d'ordres . Comble de la rigolade pour les spectatrices du salon , c'était que la météo avait annoncé des chutes importantes de neige dès le vendredi matin .En tenant compte que le Samedi est 2 jours après jeudi et le Vendredi neigeux 1 jour avant le marché du samedi, le maire ou un adjoint pourrait il nous expliquer pourquoi un commerçant a dû déneiger son emplacement (enneigé) ce samedi matin ?

    RépondreSupprimer
  7. Déplacer les étales de la rue Thiers pour les réimplanter sur la place du marché serait sans doute une bonne chose. L'union fait la force et dans le cas présent je pense que certains en ont besoin.
    La règle n'impose pas un marché couvert et seul un marché de plein vent suffit, même au Vésinet"... Et alors, un marché couvert ça aurait de la gueule: Une belle verrière à la place de la dalle au dessus de la patinoire, une rampe/escalier/ascenseur pour accès et la patinoire avortée deviendrait un excellent endroit pour ça. c'est peut être aussi une idée à étudier. C'est peut être faisable et pas forcément cher financièrement.
    Pas de déneigement, des conditions inappropriées aux Vésigondins encore courageux de s'aventurer sur le chef d'oeuvre de Mr. Chatard. Souvenons nous des qualités "inégalables" du Surfatec dont, jadis, ce personnage avait vanté les "atouts". C'est un ingénieur qui savait de quoi il parlait!
    Merci à lui de nous avoir bien eu... à des fins pseudo politiques s'avérant aujourd'hui particulièrement acrobatiques dans des conditions climatiques pas si exceptionnelles que ça...
    M'enfin, quand va t'il y avoir quelqu'un de sensé pour faire quelque chose. Sur TF1, il y a un journal TV qui fait le concours du plus beau marché de France. Au Vésinet on devrait proposer celui du plus laid. Au moins, là on gagnerait le premier prix.
    Ca suffit les conneries des ptits politicards car nous, on les paye et franchement c'est lourd. Ya pas un haut dignitaire Vésigourdin pour rattraper l'autre! Changeons!

    RépondreSupprimer
  8. Question subsidiaire : combien d'entre ceux qui sont derrière leurs écrans ont déneigé devant chez eux.
    Conclusion : on a le maire qu' on mérite. Et il faut d'abord balayer devant chez soi (dans tous les sens)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis derrière mon écran mais j'ai nettoyé le trottoir devant chez moi. Ne tombez pas dans la facilité Anonyme 16:53

      Supprimer
  9. Les intellectuels " sont derrière leurs écrans", les manuels sont avec la pelle et le sel !!! Le gros problème au Vésinet ce sont ceux qui ne sont les ni des intellectuels, ni des manuels ! Ce sont ceux qui se regardent le nombril uniquement parce que ce nombril habite le Vésinet. Regardez le nombre d'élus qui a défilé en quelques années à la mairie!? C'est là une preuve que le Vésinet est incapable de comprendre le Vésinet . Le dernier" en place" n'est pas mieux que "les déplacés", il n'a eu au nombril que 36%!

    RépondreSupprimer