8 février 2018

Quartier République : les affairistes à la manœuvre

Élaborée en catimini avec l’ami Bouygues l’urbanisation de la rue Circulaire (section bvd Carnot/ rte de Croissy) fait l’objet d’une vive résistance des riverains. Sans la moindre concertation le duo d’affairistes s’apprêterait à implanter un immeuble sur cette ruelle étroite fréquentée en son centre par de nombreux passants du fait de l’étroitesse des trottoirs.

On imagine l’intérêt pour Bouygues, on voit moins celui des habitants du quartier du rond point. Dans ce deal pourquoi le maire et son comparse font-ils cause commune avec le promoteur-bétonneur ? Pourquoi le shérif fait-il prendre des risques accrus aux riverains en augmentant la dangerosité de ce secteur ?

Aucune de ces questions ne trouvent de réponses intelligibles sans se remémorer l’engagement formel exprimé par le maire  lors de son allocution d’intronisation. « Je gérerai en concertation avec les conseils de quartier ».  Suivie d’une première décision : les révoquer !

Imagine-t-on ce projet présenté à l’ex conseil république ? C’eut été la bronca précédant la Bérézina, comme celle vécue par le promoteur de l’immeuble Vernet/Pradier.

Pour éviter qu’un gain de sable n’enraye la machinerie bien huilée des affairistes du château les conseils de quartier ont été supprimés, les réunions de commission urbanisme vidées de leur contenu, et les projets concoctés par les promoteurs restent confinés dans le bureau de M. Urba. Si besoin est, sera expulsé manu militari tout quidam égaré dans une data room secrète.  

Est-ce à dire qu’il faut geler tous projets dans le secteur République ?

Sans conteste oui, aussi longtemps qu’une structure ad hoc ne permettra pas aux riverains et aux administrés de présenter souhaits et doléances et d’être a minima informés des enjeux, des options et des décisions. C'est l'objet du courrier que les onze élus d'opposition ont signé à l'adresse du maire. (ci dessus)

Tout le contraire des conciliabules entre initiés pratiqués par les affairistes notoires qui livrent effrontément depuis 3 ans le Vésinet à leurs amis promoteurs.



20 commentaires:

  1. Le fil rouge de GROUCHKO à la mairie c’est l’immobilier et tous ses petits arrangements. Qu’attend le préfet pour mettre un terme à ces dérives ?

    RépondreSupprimer
  2. Le préfet comme les élus voisins s'en moquent royalement. Cela fait 150 ans que les vesigondins leur affichent une suffisance et une arrogance par ce qu'ils habitent un soi-disant "site résidentiel classé". Leur silence, c'est une façon de leur dire "bien fait pour vous les riches; vous avez les élus que vous méritez"

    RépondreSupprimer
  3. Le gros problème que nous avons ici dans notre ville c'est que plus de 70% des Vésigondins ne sont pas au courant de tout ce qui passe au niveau de la Mairie. Au moins 80% ne lisent pas les Tribunes en fin de page dans le magazine du Vésinet, au moins 70% ne viennent pas sur ce blog. Que va-t-il se passer aux prochaines élections sachant que Monsieur le Maire a usé de la plus vieille stratégie politicienne : baisser les impôts de 2,5% dans notre cas ! Vous voulez qu'ils ne repassent plus ? Alors, soutenons nos oppositions et allons tracter en masse au Vésinet. Oui là nous serons utile au lieu de passer notre temps à beugler dans l'ombre ou à maudire certains et certaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voila quelqu'un qui n'est pas un imbécile, qui n'est pas un toutou à son pépère ! Alors ouvrez vos yeux et vos oreilles , atterrissez ! Sinon collez sur votre front
      " le pote",pas la poste, on comprendra votre penchant pour les pots de---!

      Supprimer
    2. D'accord avec vous 09:41. Mais encore faudrait-il que l'opposition rédige un tract. Encore faudrait-il que l'opposition ait le courage de raconter aux citoyens l'´atmosphere trouble qui règne autour de GROUCHKO. La condamnation de l'AMF, les centaines de licenciés de Trouvé-Leclaire ou Eurocel ne sont pas des fables. C'est la réalité. Ce sont des faits. Donc il n'y a aucune crainte à publier ces informations.
      Pourquoi Madame GATTAZ ne le fait pas ?

      Supprimer
    3. Madame Gattaz est à la manœuvre avec son mari, représentant de tous les entrepreneurs, y compris ceux qui utilisent les facilités du code du Commerce pour clôturer les entreprises et faire supporter à la communauté le poids social de ces décisions. N’escomptez pas qu’elle dénonce les mises en faillite Trouve-Leclair ou Eurocel.

      Supprimer
  4. Bon appétit, Messieurs. Ô ministres intègres !
    Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
    De servir, serviteurs qui pillez la maison !
    Donc vous n'avez pas honte et vous choisissez l'heure,
    L'heure sombre où l'Espagne agonisante pleure !
    Donc vous n'avez ici pas d'autres intérêts
    Que remplir votre poche et vous enfuir après !
    Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,
    Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !

    RépondreSupprimer
  5. IL NEIGE!!!
    Rappel de L'ARRÊTÉ du maire " la loi c'est moi": En temps de neige, les piétons qui "patinent"sur les trottoirs du Vésinet ont pour obligation d'équiper leurs chaussures de" chaines à neige" , ou de se chausser de" chaussures-neige".
    Pour ceux qui ont une voiture, ils sont tenus de bien dégager leurs sorties de portail ou de garage afin d'éviter à leurs voitures de patiner. Ils sont tenus de laisser en l'état les (leurs) trottoirs pour que la neige tassée par les "promeneurs" inconscients deviennent glissants et "casse- pipe ou casse-G "(encore un G!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hier je me suis baladé dans le vésinet en voiture , juste pour voir . je peux vous dire que mère et fils suivent à la lettre l'arrêté du maire . Un Arrêté qui obligerait les riverains de ne pas dégager la neige devant chez eux afin d'attendre de pieds fermes,au chaud, le passage des promeneurs avec leurs chaines ou leurs chaussures à clous .
      Attention un autre arrêté interdit l'usage des chaines et des clous l'été , pour ne pas dégrader les trottoirs .

      Suivons ce qui vient de haut pour ne pas tomber trop bas !


      Supprimer
    2. Ceux et celles qui n'ont pas déneigé leurs trottoirs ont eu raison , la neige fond toute seule avec le redoux ! bravo aux futés!

      Supprimer
  6. Il est de coutume pour certains professionnels de verser des pots de vin et pour certains bien placer pour aider ,de les recevoir ces pots ! Cela ne date pas d'hier , rappelez vous de vielles histoires qui ont fait le tour du Vésinet à une certaine époque!

    RépondreSupprimer
  7. Pas de secret en la matière !
    Article Les Echos du 18/06/ 91 sur une société WIMPEY et un élu des Yvelines......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec internet rien ne ce perd,il suffit de pianoter et miracle on retrouve les vielles affaires, des vieilleries du temps passé. Il y a des vieilleries qui sont indémodables .

      Supprimer
    2. Euh , euh, euh , bla, bla, bla , "l'article du 18/06/91 sur la société WIMPEY et un élu des yvelines ......"!!! Et à cela l'écho des "les Échos" répond: " Taïaut, taïaut , taïaut ferme ta G -----répondit l'écho"!
      En général, si les promoteurs arrosent avec des pots de vin, ce sont les acheteurs qui triquent ! Avez vous pensé à cela Messieurs les élus ???


      Supprimer
    3. Si il y a des volés, c'est qu'il y a des voleurs ! ?

      Supprimer
  8. cette lettre a t elle été transmise en copie à la préfecture?

    RépondreSupprimer
  9. Bravo aux Conseillers d'opposition pour cette lettre au Maire, continuez à faire front , unis vous serez plus
    Forts pour envisager sortir cette équipe nuisible pour notre commune et la gérer sans idéologie partisane .
    Le Maire doit entendre les Vésigondins qui lui réclament la réhabilitation des Conseils de Quartiers .

    RépondreSupprimer
  10. C'est pas la première fois que l'opposition écrit et envoie des lettres pour rien!
    L'opposition sera efficace le jour ou elle aura les "C......s" de se mouiller. Et là c'est pas gagné.
    Pourtant, en tant que "doyen", Mr. Michel pourrait le faire et rendrait un sacré service à tous. Mr. Lorenzi a largement les qualités requises pour prendre sa place.

    RépondreSupprimer