12 février 2018

Une ville à l’abandon

Grouchko peut se gargariser d’une baisse des impôts de 2,5% mais l’électeur ne sera pas dupe : il connait maintenant le prix à payer pour cette faveur électoraliste ?

La déroute du service public !

L’épisode neigeux l’a montré, la ville est incapable de faire face à ses obligations minimales de tenue de la voirie en état praticable. Les nombreux Vésigondins qui ont pu comparer l’état des chaussées voisines et celles du Vésinet ont rendu un verdict unanime.

Au Vésinet de Grouchko c’est la Bérézina.

Normal, le maire s’est ingénié à faire fuir les agents et à démotiver ceux qui ne sont pas encore partis en important une personna non grata dans les communes du Val d’Oise. 

Ce jour à potron-minet, l'avenue du grand veneur avait tout d’un rink de curling. Manquait que le maire et son balai ! 

La place du marché laissée à l’abandon depuis le départ des forains, c’est pourtant un lieu qu’il faut traverser, ne serait-ce que pour fréquenter les commerces alentour, les écoles privées, voire la messe dominicale.

Quant à la voirie elle n’avait pas subi le moindre saupoudrage, pas la moindre pincée de sel !

Encore un budget amputé par Grouchko pour faire croire aux administrés qu’il peut restituer une dizaine d’€ sur les feuilles d’impôts.

Il peut le faire oui, mais au prix de combien de jambes cassées, de tôles froissées ?

Le Vésinet, une ville abandonnée …


17 commentaires:

  1. Etonnamment, aucun post mettant en évidence les carences criantes en matière d'entretien des équipements et des voiries n'entraîne un "bla-bla-bla" ou un "fake news" de la part de la Mairie.
    Pourtant, en général, ce n'est pas la mauvaise foi qui les gêne ...

    RépondreSupprimer
  2. L'humour est gratuit, le sel est payant !

    "NOTRE VÉSINET" vous n'allez surtout pas comparer GROUCHKO à L'abbé RÉZINA ! " La place du marché laissé à l'abandon depuis le départ des forains , c'est pourtant un lieu qu'il faut traverser, ne serait ce pour fréquenter les commerces alentour, les écoles privées , voir la messe dominicale". Ces lieux mentionnés ne sont pas fréquentables pour Mr le maire, donc pas fréquentés pas lui !!
    Je pense avoir par mon commentaire, sans commentaire remis les pendules du Vésinet à l'heure du Château !

    RépondreSupprimer
  3. A force d'éliminer le personnel et de ne pas remplacer ceux qui partent on obtient le résultat que décrit Phénix;

    Dans la ville de Carrières que je fréquente le déneigement, le sablage et salage sont à la hauteur des attentes des administrés, mais on n'a pas fait le vide des employés municipaux.

    Tant qu'il y aura Grouchko ce sera calamité sur calamité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUI MAIS..., Grouchko ne veut ressembler à personne d'autres qu'a lui même! Nous voyons à son usage ce que cela donne les compétences d'un incompétent!

      Supprimer
  4. Super Fiasko est au four et au moulin ,à l'impossible nul n'est tenu!il faudrait un clone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a des copains dans les carrières de gravillons, mais pas encore dans les mines de sel.
      Avec le tsar il devrait pouvoir corriger ça

      Supprimer
    2. Un clone pour un clown ?

      Supprimer
  5. A la Berezina , le 28 Novembre 1812 ,les pontonniers se sont sacrifiés en se lançant dans l'eau glacée pour construire un pont de fortune et pour faire passer 10000 hommes de troupe en 24 heures.
    Comparer la situation du Vesinet de ce week end avec la situation de cet événement historique me fait dire que ,Grouchko ou pas Grouchko , temps d'hiver ou pas temps d'hiver ,
    il y à là un raccourci qui interroge sur nos habitudes de privilégiés maternés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison sur le fond et le sacrifice des hommes du génie du général Eblé est méconnu. Cependant, l'expression "C'est la Bérézina" est entrée (à tort) dans le langage courant et devenue synonyme de catastrophe ou de débandade.
      N'y voyez aucune offense ou exagération.

      Supprimer
  6. Les employés valeureux à la merci de petits chefs tyranniques ne peuvent que s'associer à l'image ci-dessus mise en ligne par Phénix :
    Serre (les fesses) et bosse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ben vrai ça ! (Mère Denis)

      Supprimer
  7. Avant Varèse, total des taux des taxes foncières: 20,10 %, déneigement inclus;
    Depuis Varèse, total des taux des taxes foncières: 30,60 %, sans déneigement.
    C'est le progrès.

    RépondreSupprimer
  8. Aujourd’hui vers 15h la ville a envoyé la saleuse sur la place du marchè avec 3 personnes à son bord, !!!!!! pourquoi le chauffeur plus 2 aides qui regardent au chaud et qui prolongent le weekend peut-étre par ce que les chefs n' ont rien a leur faire faire.... et ce pendant près d'une bonne demi heure; il y a pourtant encore des tas de neige sur le marché.

    Le pneu ar droit du camion est sérieusement dégonflè!!! donc il

    J'ai appris ainsi que la ville n'avait pas de matériel pour déneiger et de plus on n'avait plus le camion spécifiquement acheté pour la lame de déneigement. on comprends mieux la neige dans nos rues et avenues la semaine dernière.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La neige , la glace finissent parfondre ! Allez donc voir le trottoir de Mr le Maire, il s'est dégagé tout seul, sans pelle sans sel .

      Supprimer
  9. Grands diseux petits faiseux .

    RépondreSupprimer
  10. Il ne faudrait pas confondre pelouses et rues, les rues ont été salées et sablées dans la nuit de Mardi6 à Mercredi 7 février, les rues et trottoirs du centre étaient dégagées, ainsi que les rues des zones pavillonnaires, seuls les trottoirs ne l'étaient, c'étaient aux riverains à le faire, tés peu l'ont fait. L'épisode neigeux étant terminé, les Préposés à la Distribution du Courrier, ont disparu depuis mercredi 6 et n'étaient pas revenus le Lundi 12 Février, alors que les poids lourds ont été autorisés à circuler le samedi 10 et dimanche 11 Février, dont les camions postaux, une hérésie, autrefois le courrier était acheminé par trains dans des wagons postaux, il y avait un TGV postal sur la ligne Paris, Lyon, Marseille et aussi par Avion, l'acheminement du courrier par camion est sans doute un progrés pour les énarques de la Direction de la Poste, c'est plutôt une régression. Au fait que fait Nicolas Hulot, Ministre de la transition écologique?
    Anonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rue de La borde habite un grand diseux petit faiseux pour trottoirs enneigés.

      Supprimer