21 décembre 2009

43 rue Pallu ou la B A du p'tit Robert

Qui reprocherait en cette veille de Noël à notre grand maire de faire des heureux ? Qui ne souscrirait à l’idée généreuse d’aider les moins favorisés et plus spécifiquement les enfants ou adultes soufrant d’un handicap ?

C’est la face cachée du petit Robert, le coté boy scout toujours prêt à faire une B A. On ne se refait pas.

Ainsi l’heureux ex propriétaire du 17 rue Thiers ne se lasse pas d’encenser son ancien locataire. Rarement maison de campagne aura été rachetée aussi précipitamment. Ça devait le démanger le p'tit Robert de faire une B A dès sa prise de fonction.

Quant au futur propriétaire du 43 rue Pallu il n’ignore pas que la loi Sapin revue et corrigée n’impose plus au maire de faire la publicité des cessions immobilières. Il n’y aura donc pas de mise en concurrence. La vente se fera de gré à gré, 300.000€ en dessous du prix du marché. Une délibération a entériné cette « libéralité » du montant de la subvention… non versée au CAL. Chacun appréciera.

Ce propriétaire qui à l’évidence est bien informé sait aussi que suite à un récent arrêt du Conseil d’État les "libéralités" peuvent dans certains cas exceptionnels être tolérées, évitant à leur auteur de passer par la case « Santé ».

Chanceux ce Mr François Barre, qui se répand en remerciements écrits sur la gentillesse de monsieur le maire. C’est bien le moins qu’il puisse faire après une réduction de 300.000€, complétée par l’engagement de monsieur le maire de lui relouer le bien cédé. Un lease back en bon français.

Une opération immobilière à tiroirs comme le maire en a le secret et c’est le jackpot pour Mr Barre et son Avenir- APEI, le doublement de la mise à n’en pas douter, comme le subodorent les promoteurs écartés du dossier.

Mais tout ça c’est pour la bonne cause, pour la cause des handicapés. On comprend que lors du Conseil du 17 décembre Mme Tritant se soit énervée, elle venait d’être démasquée. Les conseillers minoritaires ont 2 mois pour demander à monsieur le préfet de déférer cette délibération au tribunal administratif, dont chacun sait le peu de cas qu’il fait des maires abonnés aux B A.

L'étrange B A de Mr Barre : une cession à titre gratuit d'une parcelle de 191 m² appartenant à l'APEI.


14 commentaires:

  1. Même Roro (bien conseillé) peut parfois réagir intelligemment. Même s'il ne sait pas pourquoi.
    Même Phenix, en quête de scoop, peut dire des bêtises. Même s'il ne sait pas pourquoi.
    Parfois, un seul exemple peut illustrer ces deux affirmations.
    On se contentera de dire que cette acquisition est une excellente chose.

    RépondreSupprimer
  2. @ Au seul anonyme qui a commenté ce billet, une question simple, où se niche - après sa relecture attentive - la bêtise de Phénix ?

    Où est-il dit que ce cadeau est inintelligent ?

    Il n'est pas dans la mission d'un maire de faire des cadeaux lors de l'aliénation du patrimoine immobilier de sa commune, cf le conseil d'Etat.

    C'est ce qui a été relevé.

    Phénix

    RépondreSupprimer
  3. @ Anonyme

    A quel titre écrivez vous "cette acquisition est une excellente chose" ?

    Êtes vous mr Barre, l'heureux acquéreur de ce terrain ?

    Êtes vous l'un des 3 locataires qui sera relogé dans le nouvel immeuble que construira Mr Barre ?

    Êtes vous l'un des bénéficiaires de la juteuse opération immobilière qui se prépare sur ce terrain ?


    Sinon, je ne vois que des perdants, les vésigondins dont le patrimoine a été spolié, les autres responsables d'associations qui ne bénéficient pas des largesses de Varèse

    Ah mais j'oubliais, vous êtes sans doute un "frère"

    Alors vous avez raison, entre frères, entre sœurs, il faut bien sûr s'entraider ...

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez tout faux,

    Varèse est un intime de la famille Barre, dont il fut un proche collaborateur.
    Normal que Varèse n'oublie pas son ami Barre.
    La famille Barre, c'est Audibert, c'est Allemon le conseiller municipal de la caisse, et c'est aussi Raymond !
    Si vous avez pas tout compris, c'est que vous ne comprenez rien !

    RépondreSupprimer
  5. Ah ! Si c'est une oeuvre !

    Audiard

    RépondreSupprimer
  6. Il y a tout de même quelque chose de pas très clair dans cet article:
    Si la commune du Vésinet était bien l'ancien propriétaire du 43 rue Pallu et qu'elle vende à Mr Barre à pris cassé ce bien, pourquoi la commune irait elle lui louer et pour quel usage?
    Et de plus si le prix de vente est faible, est-ce que le prix de la location l'est aussi?
    Et quel est l'engagement pris la mairie envers le nouveau propriétaire?

    RépondreSupprimer
  7. @ Vésigondin

    l'article est clair
    la mairie l'est beaucoup moins !

    RépondreSupprimer
  8. Varèse achète, pour le compte de la ville, la rue Thiers bien au dessus du prix du marché, vend la rue Pallu, pour le compte de la ville, en dessous de l'estimation des Domaines. Et les conseillers de la majorité continuent à avaliser ces pratiques? On est dans une république bananière ou quoi? Ils font quoi les conseillers de la majorité? Ils votent, ils votent, ils votent...................Si le dossier des terrains de l'hôpital est géré par varèse tout seul, avec le vote de ses conseillers, ça va nous coûter combien? encore...

    RépondreSupprimer
  9. Un vésigondin curieux22 décembre 2009 à 21:48

    La vente de cet élément de patrimoine n'est pas claire.Cela sent des arrangements non connus .Qu'en pense l'opposition? Les échanges ont été vifs en conseil municipal.Pourquoi?

    RépondreSupprimer
  10. C'est-y pas l'anniversaire d'une certaine révolution en Roumanie ? Et au Vésinet, on fait quoi ?

    RépondreSupprimer
  11. On est au cœur du copinage !

    Ce mr Barre est un "ami" du maire.
    Mme Tritant ne peut rien refuser au maire, ne pas oublier que c'est une transfuge qui sans Varèse serait au chomdu !

    Rajoutez y quelques frères, quelques sœurs et vous aurez tout compris.

    RépondreSupprimer
  12. Ca va durer longtemps ce b..... ? On la saisit comment la Cour des Comptes ? Personne ne le sait au Vésinet ?

    RépondreSupprimer
  13. Réunion de ma CCBS du 10 octobre 2007:

    "Il est donc proposé au Conseil Communautaire de :
     D’ANNULER la délibération n°12 adoptée le 28 mars 2007 par le Conseil
    Communautaire.
     DE PROCEDER à l’acquisition à TITRE GRATUIT de la parcelle AO 65 pour une contenance de 191 m² appartenant à AVENIR-APEI (représenté par Monsieur François BARRE)." ???????

    RépondreSupprimer
  14. Un locataire de cette réalisation de Avenir Apei sera l'un des fils de ce charmant M.BARRE bien que celui-ci ne soit pas capable de vivre en appartement.
    Bien évidemment on obligera un éducateur de Avenir Apei à s'occuper personnellement de lui au détriment des autres résidents .
    A avenir Apei on doit obéir au chef ; autrement c'est la porte assurée...

    RépondreSupprimer