22 décembre 2009

datée 9 juillet 2008 : signée Chatard !


9 juillet 2008, lettre de démission signée Chatard ! Tout juste 3 mois après leur accession au pouvoir les complices de toujours en sont à divorcer. (cliquer sur la photo pour agrandir)

Leur union ne tenait qu’à un fil, le fil qui unit les opposants. Tant qu’il s’est agi de détruire nos compères s’entendaient comme larrons en foire, mais dès qu’il a fallu s’atteler aux taches de la gestion quotidienne des affaires de la ville, le tandem a explosé.

Le second voulait travailler,avancer, progresser même si ses idées ne sont pas partagées par tous, et surtout pas par ce blog, le premier s’y entendait pour palabrer, discutailler, commissionner et toujours changer d'idée selon qui avait eu l'heur de parler en dernier.

Dès le 9 juillet 2008 la lettre ci contre est remise au maire, qui s’en saisit pour la coffrer au lieu de la rendre à son adjoint dont il vient de refuser la démission. Car démissionner du RPV, c’est en fait démissionner du fauteuil de premier adjoint. Le maire doit absolument tromper les vésigondins ( on ne se refait pas ) pour cacher qu'entre lui et son premier adjoint, grand manitou de la de-construction du projet patinoire/centre multi activités, la rupture est consommée.

Va débuter,
à l'insu de tous, une cohabitation surréaliste, qui durera près de 18 mois, celle d’un adjoint otage et de son maire qui pouvait à tout moment exhumer la lettre et mettre fin à aux fonctions de son premier adjoint – ce qu’il fit en le congédiant le 16 octobre 2009.


Qui peut croire que cet attelage déchiré par la haine aura fonctionné pendant ces 18 mois sans qu'il en coûte cher aux administrés ? Aucune relation entre ces deux hommes que tout opposait, aucune collaboration, tout n'était que friction, pire encore vexation.
C'est dans ce contexte que les travaux de la place du marché vont se poursuivre cahin-caha. Les deux élus - équanimement coupables de cette co gestion calamiteuse devront rendre compte devant les vésigondins pour les avoir consciencieusement dupés et trompés.

Qui peut encore croire une seule parole de Robert Varèse, le maire, l'officier de police judiciaire, qui pendant 18 mois s'est "parjuré" devant tous ses auditoires en affirmant co gérer la ville avec Claude Chatard, son ami, son second, son "complice" de toujours alors qu'il n'attendait que l'instant propice pour le liquider ?

Dans cette affaire les deux hommes se sont moqués de leurs électeurs, des vésigondins : mais l'un d'eux est maire du Vésinet. Il a bien mérité cet épithète : super menteur !



Photo :
Varèse, son sicaire, au milieu le premier adjoint auquel on vient de lire la sentence.




12 commentaires:

  1. La certitude est que l'un comme l'autre sont des mauvais, des "puceaux" de la politique et des individualistes de première.
    Inutile de donner un nouveau crédit à Chatard, c'est Judas. Inutile de donner quelconque circonstances atténuantes à varèze, c'est un égocentrique cosmobonarien.
    Assez de cette situation ubuesque, assez de cette opposition calotine qui ose tant qu'il n'y a pas de risque.
    Le Vésinet ne peut repartir qu'avec un coup d'état!

    RépondreSupprimer
  2. Pauv' p'tit père Chatard !
    Ce cher Robert, qu'était si doux, si bien élevé, si démocrate, et tout, et tout...
    Métamorphosé en Môssier le maire, en 4 mois !
    Qui l'eût dit, qui l'eût cru ?
    Marabouté par l'équipe précédente...pour sûr, encore un de leurs mauvais coups !

    RépondreSupprimer
  3. Cette lettre est hallucinante. Pour ceux qui n'ont pas encore compris que Claude Chatard est d'une médiocrité sans nom, cette lettre en est la preuve.

    Pour qui se prend ce monsieur ? Et surtout pour qui prend il les autres ?

    MOSSIEU Chatard voulait démissionner du RPV mais pas du poste d'adjoint, car il laissait à Varèse le choix de lui retirer ou non sa délégation.
    "Je comprendrais très bien que tu veuilles me la retirer" ose-t-il écrire.
    On sait bien que Varèse n'est pas major de l'ENA, mais quand même, il n'est pas complètement idiot.

    Cette missive prouve à quel point la prétention de Claude Chatard est immensément grotesque. Elle est la preuve de l'immodestie, de l'orgueil déplacé et de la suffisance du personnage.

    Et elle nous éclaire un peu plus sur un homme que Varèse a conservé à ses côtés tant qu'il avait l'illusion que Chatard était le Super-technicien, le grand ingénieur dont Monsieur le Maire avait besoin.
    Mais la gestion calamiteuse du projet de la place du marché par Claude Chatard a scellé le destin de celui-ci.
    Au revoir Monsieur Chatard et qu'on ne vous revoie plus.

    Quant à Robert Varèse, on comprend aussi à quel point il est creux: cela faisait 15 ans qu'il s'appuyait sur les analyses d'un second, sans avoir jamais vérifié de lui-même quoi que ce soit.
    Mais à la différence de Chatard, Varèse est Maire et le jugement de l'histoire sera accablant pour cet homme et ses actes.

    RépondreSupprimer
  4. Et du M. le Maire par ci, et du Cher Robert par là... C'est quoi ces simagrées ? Entre vous et moi, ça sent un peu fort le f... de g...Qu'en disent ces bons électeurs Herr PV ?

    RépondreSupprimer
  5. Deux crocodiles dans le même marigot, tout le monde le sait, c'est un de trop !

    RépondreSupprimer
  6. @ Phenix

    Tu aurai aussi pu mettre sur le blog la copie du mail que Chatard a envoyé à ses amis avec en 'pièce jointe' le courrier du 9 juillet 2008 ci dessus. Dans ce mail (daté du 20 dec 09) C. Chatard écrit: "La situation financière de notre Ville, dramatiquement obérée par les engagements passés hors de proportion avec ses capacités, exige une gestion bien réfléchie et économe de ses équipements et investissements avec une vision (actuellement absente) sur le long terme au delà du mandat actuel".
    Rappel: La construction de la patinoire + le parking + la MJC + La bibliothèque + La médiathèque = 10 M€ pour la Ville, pour les engagements passés.
    Le résultat de la gestion Chatard + Varèse = 22 M€ pour un parking 100% à la charge des Vésigondins.
    Chatard a mis trois mois pour reconnaître qu'il s'était moqué des vésigondins, mais sans trop le dire. Et les autres?

    RépondreSupprimer
  7. Si l'on pense que la dépense de 22 Millions s'est faite das ce contexte! Quelle belle gestion!les deux hommes ne se parlaient plus!

    RépondreSupprimer
  8. Pas un pour racheter l'autre ! Claudio aurait-il maintenant des vues sur le fauteuil de Roberto dans 4 ans ? Il manquerait plus que ça ! Dehors les clowns !

    RépondreSupprimer
  9. Chatard aurait écrit: "La situation financière de notre Ville, dramatiquement obérée par les engagements passés hors de proportion avec ses capacités, exige une gestion bien réfléchie et économe de ses équipements et investissements avec une vision (actuellement absente) sur le long terme au delà du mandat actuel" (20/12/09)
    Baratin !!!
    Que n'a-t-il développé l'idée en juillet 2008!
    En plus, c'est une sorte de proposition creuse, banale, de la parfaite langue de bois dont nous n'avons cure!!
    Exit Chatard.
    Au(x) suivant(s).

    RépondreSupprimer
  10. Cocu mais content .....23 décembre 2009 à 19:22

    Comme disait lama dans sa chanson je suis ........ mais content que des nuls et il va falloir les supporter pendant quelques années et l' opposition aussi nulle , aucune actions que du bla bla , on est mal barré.....si l' opposition veut mobiliser les vésigondins ils va falloir qu'il se bougent un peu les fesses .....

    RépondreSupprimer
  11. C'est bizarre, ça me rappelle quelque chose...

    1991 :
    un homme démissionne
    et est remplacé par ...
    une femme ...

    "a ma botte" ! !!!

    (ça y est vous rappelez)

    Moi cette lettre elle m'en rappellerai plutôt cela!
    ;-))

    .. .Il avait choisi, pour le remplacer, un adversaire déclaré mais qui en plus ne faisait pas le poids (une façon de banaliser la fonction ?)...

    RépondreSupprimer
  12. @ HARRY
    ça sent l'haleine de hareng
    sort
    de derrière ton masque

    moi je ne lis que
    1.) 1 homme exclu de certaines réunions
    2.) conséquences quitte le RPV
    3.) ne renonce pas son action, donc ne démisssionne pas de son poste mais en laisse le poids à celui qui l'y anommé

    => sur quel écrit s'appuie ce verbiage "MOSSIEU HARRY" ?

    Le seul constat de cet écrit c'est qe la transparence promise n'est toujours pas à l'ordre du jour.
    Encore qq années avant que cela ne s'arrange.
    Peut-être plus j'ai l'impression qu'il y a ici bcp + de passions, de rancoeurs devrais-je dire, que d'analyse critique fondée . Et ça n'est pas de bon augure.

    "que Dieu me préserve de mes amis ..."
    (au secours Voltaire)

    RépondreSupprimer