23 janvier 2010

MJC : la page est tournée

En 23 ans il en a fait cette vénérable Maison qui a offert à quelques dizaines de milliers de vésigondins une ouverture sur d’autres cultures, un loisir, un passe temps, un lieu d’échange et de détente. Son projet, transférer ses activités dans un espace rénové, moins étriqué, moins anxiogène vu la dangerosité de ses accès, échouera sur le fil.

Les mauvaises fées s’étaient liguées et la MJCnouvelle formule – fut la victime collatérale du rejet d’une politique obtuse menée contre vents et marées. Surfant sur les mécontentements un personnage peu glorieux va tirer les marrons du feu. Nécrophage boulimique il attisera les appétits de petits aigris réunis dans une confrérie de soi disant amis d’une place qu’ils ne fréquentaient guère.

On sait ce que sont les amis d’hier devenus, une fois leur forfait accompli, des petits ennemis …

Las, dans cette pitoyable affaire, le nécrophage ne se contenta pas de ruiner le projet il assécha les finances et mit tout son talent de destructeur revanchard à pousser dehors celui qui depuis 23 ans présidait à la tête de l’art et de la culture, Jacques Burgand. D’une redoutable verdeur, ce dernier a négocié son inéluctable éloignement contre un engagement – prière de ne pas sourire – du maire de réimplanter sa Maison. Il pouvait dès lors annoncer son départ, ce qu’il fit lors de la dernière AG, en présence d’un absent.

Dans quelle ville le maire laisse-t-il sa chaise vide quand vient le jour d’honorer celui qui a construit une telle institution ? Nulle part ailleurs qu’au Vésinet. Comme dab il avait fui, laissant à une grouillote le devoir de le représenter. Incapable d’assumer les inconséquences de ses décisions, trop poltron pour assister au réquisitoire qu’un procureur adoubé par une génération de jeunes dont certains aujourd’hui un peu grisés n’aurait pas manqué de lui infliger, lui le nonagénaire par anticipation. On l’imagine,
à l’évocation de ses turpitudes, blafard, hennissant plutôt que respirant, tremblant comme un mouton noir promis à l’éradication … Il s’était fait porter pale.

Jacques l’aurait liquéfié, atomisé, pulvérisé, ce destructeur des espérances de toute une Maison. Coupez les vivres d’une MJC, puis lui faire l’aumône de 100.000€ pour survivre quand on en a dépensé 40.000 à refaire son petit bureau : c’est pitoyable ! Le spectre d’un Matalou bis, la hantise d’être conspué, sifflé,
bousculé, le ridicule de se replacer sous la protection des flics l’ont condamné à rester dans son bunker, et à improviser une solution de substitution quelques heures avant une AG.

Aucune étude, aucun travail de réflexion, aucune consultation de parents, de responsables associatifs, de conseillers municipaux, et surtout pas celle du maitre des lieux. Le Bébert, maire-bis qui loge à la mairie, chargé de trouver une parcelle hors PLU, déniche in extremis
un vague terrain dont nul ne peut encore dire s’il peut abriter les 1.000 m² indispensables au transfert des activités.

C’est l’incroyable scénario qu’une godillote vieillotte a présenté chevrotant, devant une assemblée contemplative d’abord, puis sonnée et hilare apprenant qu’un Rémi, septuagénaire cacochyme, faisait acte de candidature au seul motif qu’il était pote au maire…Ça ne s'invente pas.

On taira les réactions d’un bureau où tous, héritiers d’un chef charismatique promu « honoraire » sans "s" sous les applaudissements, ont juré de continuer le travail qu’il a patiemment accompli.


Lire le rapport moral


11 commentaires:

  1. Il faut démissionner Varèse.

    RépondreSupprimer
  2. C'est absolument pitoyable et incroyablement lâche de la part du maire de n'avoir pas assisté au départ annoncé de Mr Burgand.
    Quand on prend des décisions, il faut les assumer jusqu'au bout, droit dans ses bottes et les yeux dans les yeux.
    Mr Varèse aurait dû être présent, au moins pour justifier son choix d'avoir supprimé les subventions de la MJC, pour prouver aux membres du bureaux et aux adhérents qu'il est réellement moteur du projet de nouvelle MJC, et surtout pour saluer comme il se doit le travail et l'investissement sans compter d'un homme au service de sa commune pendant 23 ans, même s'il s'en est fait un ennemi.
    Cette absence ne peut que conforter les septiques dont, je fais partie, sur le réel intérêt du maire pour la jeunesse vésigondine.

    Exemple: Hier soir, avait lieu le festival de l'illusion au CAL. En préambule, accompagné du président du Rotary, Monsieur Varèse est venu faire un discours avec un petit garçon qu'il tenait par l'épaule. A la fin de l'allocution, ce garçon est retourné à sa place...n'ayant servit à rien si ce n'est de caution morale à un maire, tentant en vain de se montrer proche des jeunes.
    Il ne lui a même pas donné la parole, ni fait une allusion à sa présence, de sorte que lui comme nous, nous sommes demandé pourquoi il était là.
    Alors un conseil Monsieur le maire, si vous lisez ce message dans la journée, puisqu'il y a une autre représentation ce soir, faites participer votre petite caution en lui posant une question, ou en lui faisant annoncer quelque chose. Vous verrez que mettre en valeur autrui, cela met en valeur soit même.

    RépondreSupprimer
  3. Peut-être faut-il rappeler que la MJC fut fondée dans les années soixante par Alain-Marie FOY.

    Pour ceux dont le "scepticisme" a définitivement fait place à la colère, en ce qui concerne nos élus locaux, il est clair que dans les faits et gestes du Maire, tout n'est que communication.
    Une communication si mal digérée que les quelques "symboles" qui truffent les événements, les discours se retournent contre leurs auteurs. A la manière d'une histoire drôle qu'on veut restituer sans l'avoir comprise.
    Résultat: le ridicule.

    RépondreSupprimer
  4. Ah si on avait un beau marché couvert et des gens imaginatifs à la mairie, il pourrait être sympa la marché du Vésinet... c'est pas demain la veille de voir chanter l'opéra sur la place..ah si peut-être mais de "quat' sous" pas plus... allez voir sur:
    http://www.esoqueseconocecomolaopera.com
    ça c'est un marché!

    RépondreSupprimer
  5. Impavide et imperturbable, sûr de lui et dominateur, l'homme de Carnot poursuit son travail de démolition...
    A qui le tour ?

    RépondreSupprimer
  6. Honte à Varèse et à sa clique de lâches !

    RépondreSupprimer
  7. La seule explication c'est que AM FOY avait fondé la MJC. Le seul travail de l'équipe en place est de démolir ce qui avait été construit auparavant, guidé par des rancoeurs personnelles. Vaste programme ! Encore 4 ans ?

    RépondreSupprimer
  8. Marcus Porcius Cato dixit ! Carthago delenda est ! Tout un programme, mais alzeihmer conduit aussi à rabâcher !
    Pour varier votre litanie :
    Friends, Romans, countrymen, lend me your ears;
    I come to bury Caesar, not to praise him;
    The evil that men do lives after them,
    The good is oft interred with their bones,
    So let it be with Caesar ...

    RépondreSupprimer
  9. Au Vésinet César s'est débarrassé de Brutus.

    Ce n'est pas des vestiges ambulants qui peuplent sa cour que sortira la dague qui nous en libérera.

    RépondreSupprimer
  10. Amis, Vésigondins, prêtez-moi votre oreille.
    Je viens pour condamner Robert, non pour le louer.
    Le mal qu’a fait cet homme n’a pas trouvé pareil;
    Le peu de bien qu’il fit, est si vite oublié.

    Le noble Phénix depuis longtemps nous informe,
    De tous les graves méfaits accomplis par cet homme.
    Et le Maire ne cesse de lui faire des procès,
    Usant l’argent public pour son seul intérêt.

    Phénix est mon ami ; bon, fidèle et sincère,
    Il a su parler des malheurs du Vésinet.
    Est-ce là ce qui a paru trouble à Robert ?
    Il est venu le temps de dire la vérité.

    Jugement, tu as fui chez les hommes d’ici,
    Et les vésigondins ont perdu leur raison.
    Je suis venu parler et ma seule ambition,
    Est d’épouser la cause d’un véritable ami.

    RépondreSupprimer
  11. Il faudrait prévenir l'Association des Maisons de la jeunesse et de la Culture:
    http://www.mjc-cmjcf.asso.fr
    adresse Courriel:
    cmjcf@mjc-cmjcf.asso.fr
    pour qu'ils sachent que la majorité municipale fait tout ce qu'il faut pour que la M.J.C du Vésinet disparaisse.
    Anonyme

    RépondreSupprimer