22 janvier 2010

Oubliez Voltaire !

"Je suis voltairien, il n’y aura pas ici d’atteinte à la liberté d’expression… " ainsi s’exprimait, mots pour mots, le petit Jacques lors de ses vœux. Voulait-il effacer la flaveur de censure que sa saillie sur l’Internet avait laissée flotter, corriger l’impression que les lois de la république ne s’appliquaient pas dans sa principauté de Maisons Laffitte, ou faire oublier sa tentative avortée d’empêcher les contestataires d’interpeller Valérie Pécresse lors de son passage éclair sur le marché du Vésinet ?

En finir avec les blogueurs c’est devenu une priorité à l’UMP. On se souvient d’IsaBel, candidate aux municipales, déclarant que son parti lui avait interdit de parler aux blogueurs ; le résultat ne s’est pas fait attendre, une déculottée. On sait tout le mal que Mitterrand pense de ces média qui n’ont pas été tendres avec son pote Polanski, et on découvre aujourd’hui que
Fillon en rajoute une couche au prétexte que certains propos racistes y seraient tenus ; à quand la fermeture de tous les cafés du commerce ?

Quant au p’tit Robert il a pas attendu de feu vert pour bruler ses cartouches. D’enquêtes préliminaires en dépôts de plainte par personne interposée, par maire adjointe à l’insu de son plein gré, en son nom personnel, en constitution de partie civile il dépense sans compter l’argent public pour nourrir ses conseils. Des dizaines de milliers d’euros ont déjà été consumés pour les caprices du prince. Dernière action connue en date du 19 janvier !

Ces dérives monarchiques et psychanalytiques sont-elles dénoncées ailleurs que sur les blogs ? La vérité c’est que seule la gauche du Conseil municipal s’en empare pour en questionner le bien fondé. A droite le silence est complice, l’absence d’éloges flatteur interdirait de blâmer. Les pannes d’ascenseurs sont crûment évoquées.

Défendre la liberté d’expression, soutenir les réfractaires au tsarisme n’est pas un combat suffisamment digne pour une opposition courageuse et téméraire dont le plus haut fait d’arme aura été d’invoquer Voltaire pour mieux se taire.

De grâce, oubliez Voltaire* !


* « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire »


4 commentaires:

  1. non mais ... par qui est contrôlé la moitié du capital de l'AFP ? Combien de subventions versées aux grands quotidiens ? Et j'en passe. En quoi votre chouchou de gauche va changer cela ?
    il fera ce que son organe supérieur lui dira ( pas son cerveau ... le PS ou le nom qu'il portera)
    la presse a toujours été sous contrôle d'état.
    Quant aux annonces de messieurs FILLON et MITTERRAND : Vrai que là on affiche une réalité : Faire taire le peuple car il dit parfois n'importe quoi ... Et parfois pas.
    Les blogs sont ennuyeux . Il ne faudrait pas que la vérité se sache en plus .

    RépondreSupprimer
  2. En vérité, censure ou pas, les vésigondins sont des boeufs. Ils se font racketter par le maire. On leur dit. On leur répète. Ils ne bougent pas le petit doigt.
    Alors blogueur ou pas blogueur, ça ne changera pas grand chose.

    RépondreSupprimer
  3. Les Vésigondins ont peur!Ils n'osent pas sauf une minorité, mettre leur nom sur une pétition!

    RépondreSupprimer
  4. Il faut démissionner Varèse.

    RépondreSupprimer